Les Journées internationale du film sur l’art, 2021

Capture d’écran fournie par Laurence Martin-Brenneur.

Pour leur 14ème édition, du 22 au 31 janvier 2021, les Journées internationales du Film sur l’art, organisées par le Musée du Louvre (présentées en ligne depuis l’auditorium de l’établissement, compte tenu de la crise sanitaire), ont traité de « La correspondance des arts » en associant peinture et sculpture, littérature, dessin, histoire, danse, philosophie, bande dessinée…

Portant sur des œuvres et sur des artistes, les films diffusés étaient accompagnés, en direct, de rencontres avec les réalisateurs ou des spécialistes de ces créateurs. Avec cette programmation, le festival nous permet d’interroger les modalités de transmission du patrimoine artistique à travers le film.

Continuer la lecture de « Les Journées internationale du film sur l’art, 2021 »

“Le Manège de Yankel”, de Christian Tran (2020, 60 min)

Tourné en Ardèche, le film devait à l’origine être une expérience, puis est devenu un documentaire, explique le cinéaste.

On fait ainsi connaissance avec Jacques Kikoïne, dit Yankel, mort à près de 100 ans, en 2020, peu après le tournage du film. Un temps « passé comme un éclair » avait dit l’artiste.

Son atelier donne l’impression d’un capharnaüm, voire d’une caverne pleine de trésors, d’une antre où l’artiste aurait concocté on ne sait quelles créations. C’est le cas d’un livre acheté dans une brocante, qu’il a rempli avec des journaux, peintures, de « fleurs séchées comme dans un vieil herbier » ; ou d’un catalogue, dans lequel il colle des bouts de papier sur des pages blanches, documents faisant l’effet de grimoires imagés, laissant aussi une impression de griffonnage, barbouillage, hors de toute règle académique.

Continuer la lecture de « “Le Manège de Yankel”, de Christian Tran (2020, 60 min) »

“Jaume Plensa. Can You Hear Me ?”, de Pedro Ballesteros (2020, 75 min)

Les sculptures du catalan Jaume Plensa se prêtent à une double approche, aérienne et terrestre, gigantisme et finesse, etc. En effet, le film introduit à son œuvre par le transport dans les airs, par grue, d’une longue tête sculptée, pour être placée dans un champ. Ou bien, des œuvres monumentales peuvent passer inaperçues, comme ces grandes têtes sculptées en fines tiges de métal travaillé, suspendues dans les airs par des fils très fins eux aussi, l’ensemble se fondant dans le volumineux espace d’une verrière et auquel on ne fait pas nécessairement attention si on ne lève pas les yeux. Ou encore, des boules en métal dans les rues, avec lettres sculptées dessus, qu’on peut ne pas remarquer. Et aussi, des allées de colonnes de couleur, qui peuvent passer pour du mobilier urbain, entre lesquelles déambule Jaume en personne. On mesure ainsi cette « importance de l’échelle », comme le dit l’artiste lui-même. Une même impression de contraste se retrouve dans un très vaste atelier où sont réalisées ses œuvres, faisant se côtoyer une extrême précision dans la découpe de métal et le caractère massif des pièces ainsi créées.

Continuer la lecture de « “Jaume Plensa. Can You Hear Me ?”, de Pedro Ballesteros (2020, 75 min) »

Redécouvrir la Victoire de Samothrace

Fiche de synthèse sur

l’expositions temporaire La Victoire de Samothrace. Redécouvrir un chef d’œuvre

Découverte par Charles Champoiseau sur l’île de Samothrace (mer Égée), la Victoire est exposée au Louvre depuis 1866. Le monument composé d’un rostre de navire sur lequel repose une déesse ailée. La quatrième restauration de l’œuvre a été accompagnée d’un travail de renseignement (dessins, scanners, radiographies) dont les résultats ont d’abord permis d’orienter les choix des restaurateurs, sont aujourd’hui exposés dans la salle des Sept-Cheminées permettant au grand public de mieux  connaître cette statue emblématique du Louvre.

Capture d’écran de la page d’accueil du mini-site de l’exposition

Continuer la lecture de « Redécouvrir la Victoire de Samothrace »