De « Peau d’âne » (1970) à « Peau d’âme » (2017) : Pour une archéologie d’un tournage

 

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film : la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018

Depuis 2012, une équipe d’archéologie, dirigée par Olivier Weller, chercheur au CNRS à l’UMR Trajectoires, a mené des fouilles sur les lieux de tournage du film de Jacques Demy, Peau d’âne (1970), réalisé d’après le conte de Charles Perrault, avec Catherine Deneuve, Jean Marais, Delphine Seyrig, Jacques Perrin.
Les fouilles ont porté en particulier dans le parc du château de Neuville, à Gambay, dans les Yvelines (78), où avaient été construits  les décors de la cabane de « Peau d’âne » et du repaire de la fée, sa marraine.
Ces opérations de fouilles archéologiques ont donné lieu à un film, Peau d’Ame, de Pierre Oscar Levy et Olivier Weller (2017), cf. Shellac, distributeur de Peau d’Ame (cf. livret sur le film, shellac-peau-dame-document-2353).

Dans le cadre des Journées nationales de l’archéologie, l’École nationale des chartes (75002) –  ENC_ProgrammeJournéesArcheol16juin2018 –  a proposé, le 16 juin 2018, des conférences, dont l’une d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film : la fouille d’un conte de fée (Peau d’âne, Demy 1970) ».

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018

 

Un résumé de la conférence d’Olivier Weller, École nationale des chartes,
16 juin 2018

Clous rouillés, morceaux de plexiglas, mégots : des objets ce genre, que l’on aurait a priori pas l’idée de conserver ou d’exposer dans un musée, sont pourtant au cœur d’une recherche archéologique. Ils sont en effet des traces, précieuses, d’une activité bien définie, un tournage de film, et ainsi à même de témoigner de la fabrication d’une production culturelle, le film de Jacques Demy appartenant lui-même au patrimoine cinématographique.

Le chercheur invite à une « Archéologie du merveilleux. La cabane de Peau d’Âne »

Archéologie du merveilleux – Olivier Weller

Archéologie du merveilleux 2 – Olivier Weller

 

 

 

 

 

Archéologie du merveilleux 3 – Olivier Weller

Spécialiste du sel, Olivier Weller fait d’emblée le rapprochement entre cet ingrédient « invisible » et le caractère également invisible de la fabrication d’une fiction, comme celle de Peau d’âne, de Jacques Demy.

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Présentation

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Présentation

Le chercheur commence par qualifier le film de « transgénérationnel », dans la mesure où il continue à être régulièrement diffusé, à la télévision notamment, durant les fêtes de Noël. Il précise également que le film touche à un sujet sensible : l’inceste. Enfin, cette démarche de l’archéologue est la même que pour tout autre objet.
Une recherche de ce type rend compte d’un patrimoine matériel et culturel, attaché à une réalisation et une époque déterminées, tout en prenant un caractère universel.

1 – Archéologie contemporaine

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Archéologie contemporaine

Après un rappel des traumatismes des faits de violence qu’ont été les deux guerres mondiales du XXe siècle, est évoquée une opération d’archéologie de même nature, qui avait eu lieu en 1983 : « Le déjeuner sous l’herbe », par Daniel Spoerri, artiste qui avait fait enterrer dans une tranchée les traces d’un repas d’une grande tablée, restes, vaisselle, couverts, etc. En 2010, Jean-Paul Demoule avait opéré une fouille sur cette opération.
Des travaux de ce type manifestent leur intérêt pour la vie quotidienne, relevant en cela de l’histoire culturelle, qui s’intéresse aux objets et activités ordinaires et s’attache à rendre compte des créations comme des entreprises, regroupant activités et acteurs de toute nature (conception, fabrication, diffusion, etc.).

2 – Naissance d’un projet : « La cabane de Peau d’âne »

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Naissance d’un projet

Le chercheur commence par faire référence à Bruno Latour, lequel indique qu’une recherche commence à la machine à café. En effet, une discussion autour d’un café peut faire démarrer une recherche : Pierre-Arnaud de Labriffe, enfant, évoque le souvenir du tournage auquel il a assisté.
En 2012, commencent les repérages : « Du château à la ferme ». L’idée est de rechercher tous les lieux de tournage, la cabane de Peau d’âne et le repaire de la fée, dans le parc du château.
Certaines pièces de décor (comme le trône du prince) avaient été peu utilisées (s’étant finalement révélées peu commodes), mais sont toujours en usage aujourd’hui, dans le château (bâtiment loué pour des fêtes ou prises de vues).
De même, des enfants avaient joué dans la cabane de la fée, abandonnée après le tournage.
Dans la forêt, l’équipe recherche le chêne où avait été construit ce décor de cabane. Elle trouve sur un arbre des clous, plantés pour la scène où le prince monte sur la cabane pour apercevoir la jeune femme.
Les décors de cinéma se voient détournés de leur fonction, après usage pour le tournage, ne prenant alors aucun caractère patrimonial ou mémoriel.

3 – Les prospections

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Les prospections

Des techniques modernes (détecteur de métaux ; usage de courant électriques) sont utilisées pour repérer des anomalies métalliques et l’équipe plante des couverts en plastique (1 millier environ) aux endroits ainsi découverts.
Il est précisé qu’il est impossible, d’après ces repères, de déterminer les dimensions de la cabane (une estimation est fixée entre 5 et 7 mètres).
Le chercheur fait part d’un autre aspect de l’opération : les questions administratives. En effet, après la prospection, une demande d’autorisation de fouille, sans demande de subvention, est adressée au SRA (Service régional d’archéologie) et à la DRAC (Direction régionale de l’action culturelle). Refus : la démarche ne relève pas du code du patrimoine. Ni interdiction ni autorisation : les fouilles sont engagées.
A noter que « Le Déjeuner sous l’herbe » (évoqué ci-dessus) a reçu la même réponse.
Tout objet peut devenir patrimonial dans la mesure où il entre dans le cadre d’une recherche, même s’il ne s’agit pas de reconstituer des lieux ou bâtiments disparus; mais encore faut-il qu’il soit considéré comme significatif.

4 – Quatre saisons de fouille, 2013-2016

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Quatre saisons de fouille

Aujourd’hui, environ 4000 objets, fragments de verre, clous, ont été relevés.
Les objets retrouvés ont été classés en trois familles :
– « magique » : éléments de décor, de costume, vus à l’écran. Restent quelques traces matérielles des robes (strass, diamants). Les vêtements originaux ont disparu (les robes « couleur de lune », « couleur du soleil », « couleur du temps », ont été reconfectionnées par Rosalie Varda pour l’exposition « Le monde enchanté de Jacques Demy » à la Cinémathèque française en 2013).
– matériel technique : étais en métal, verre bleu plexiglas, plâtre, fragments de bouteille ayant contenu des produits chimiques, fragments de miroir, scotch rouge de fixation de câbles électriques, pièce de monnaie de 1964, perles en plastique, marteau de tapissier,  noyaux de bobines de pellicule 35 mm, électrodes de lampes à arc (Demy ne filmait pas en studio), etc.
– matériel domestique : bouteilles, fume cigarillos (fumés par des visiteurs du tournage, comme François Truffaut), filtres, bâtons de sucettes Pierrot Gourmand : objets de l’équipe de tournage et des enfants ayant occupé la cabane après le tournage.
Verre bleu : flashes ; 500 fragments de verre bleu, venant de lampes de projecteurs, équivalant à trois ampoules.
Hors fouille, a été retrouvée une fausse branche en fer (de 2 mètres de hauteur), représentant le cadre du miroir de la fée.
Ces objets coexistent, comme dans toute activité humaine ; réunis,  ils prennent leur sens en étant les traces de présences dans, hors et après tournage (adultes, enfants ; équipe, visiteurs de passage).

5 – Mémoires et archives

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film _ la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018_Mémoires et archives

L’assistant du chef opérateur n’avait pas de souvenir du tournage ; puis, une fois sur place, a reconstitué le décor en fonction des trouvailles des archéologues.
L’opération fait appel à différentes sources d’information : la documentation écrite et iconographique : scénario manuscrit et dactylographié, photos de tournage. Le matériel conservé après le tournage entre dans les réserves de la Cinémathèque française, comme la peau d’âne, la baguette de la fée (non complète, il lui manque des ‘diamants)’.
Une bande magnétique a également été retrouvée ; l’équipe cherche de moyens pour récupérer le son.
La recherche réunit ainsi des sources différentes, qu’il est parfois difficile de croiser.
Enfin, la recherche continue ; d’autres fouilles doivent avoir lieu en août prochain.
On voit comment un travail de recherche peut faire ré émerger des souvenirs, en retournant sur les lieux de l’action, et en étant mis en présence des trouvailles des archéologues.
Ces fouilles archéologiques donnent l’exemple d’une recherche nécessairement au long cours – on ne sait pas ce qu’on peut trouver, ce qu’il reste à trouver – qui associe matériel et imaginaire, partant du plus ordinaire pour retrouver le féérique.

La conférence d'Olivier Weller sur Peau d'âne est reprise en partie, ainsi que des propos du film, dans le Journal du CNRS : https://lejournal.cnrs.fr/articles/peau-dame-un-archeologue-chez-jacques-demy

 

Journée d’études « Monter/ démonter l’histoire du cinéma »

Le vendredi 1er juin 2018, l’APPIA propose une journée d’études internationale intitulée: « Monter/ démonter l’histoire du cinéma. Les archives et les anthologies cinématographiques ou audiovisuelles. » Elle intervient en point d’orgue aux réflexions menée dans le cadre de la saison « Muséalité du Mashup » en 2017. Elle bénéficie du soutien le IHTP-Institut d’histoire du temps présent et de l’ESTCA (Université Paris 8), ainsi que de la participation de Ciclic.

Elle se tiendra de 9h30 à 18h dans les locaux du CNRS, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris.

Création graphique: Marie-Camille Imbo à partir d’un Mashup d’Antek

 

Version courte en PDF: Programme APPIA 1er juin

Programme détaillé ci-après.

Les communications donneront lieu à des projections.

La participation est libre sous réserve d’inscription préalable: louis.stefany@gmail.com

Lire la suite

Montmartre décor de cinéma

Fiche de synthèse sur l’exposition temporaire

Montmartre décor de cinéma

Le quartier de Montmartre à Paris (18ème arrondissement, et limites du 9ème) fait l’objet de tournages de films depuis plus d’un siècle, soit comme « décor naturel », soit en tant que reconstitution.

Ses bâtiments, places et monuments emblématiques (comme le Moulin rouge, la basilique du Sacré-Cœur, la butte Montmartre, la place du tertre) et les noms associés au quartier (Pigalle, Barbès) se retrouvent dans bien des films, de toutes époques et de tous genres (dramatique, comique, policier, historique, etc.). Des films français en grande majorité, et quelques films américains. Depuis Onésime débute au théâtre, de Jean Durand (1913), avec une poursuite sur les toits du Gaumont Palace (immense salle située place Clichy à l’époque), au Fabuleux destin d’Amélie Poulain, de Jean-Pierre Jeunet (2001), en passant par des réalisations aussi diverses que Juliette ou la clé des songes, de Marcel Carné (1950), Baisers volés de François Truffaut (1968), Moulin Rouge (de John Huston, 1952 ; de Baz Luhrmann, 2001), ou Pigalle, de Karim Dridi (1994).

Affiches, photos, documents écrits, extraits de films composent l’exposition présentée, sur deux étages, au Musée de Montmartre – Jardins Renoir.

Lire la suite

Séance: Patrimonialisation de Paris et images animées

En 2018, APPIA propose un cycle de rencontres sur le thème « Patrimonialisation des territoires et images animées ».
Une prochaine séance  se tiendra le mercredi 25 avril à partir de 14h30 dans le petit auditorium du Forum des images, autour de la patrimonialisation de Paris par l’image animée.
Cette séance permettra de découvrir l’espace de consultation du Forum des images, qui fut inauguré en février 1988 originellement au sein de la Vidéothèque de Paris.
Natacha Couthon, assistante à la coordination des collections au Forum des images accueillera le groupe, puis suivra une intervention de Thibault Le Hegarat, intitulée « la destruction des Halles de Paris, un traumatisme en direct à la télévision ».
Thibault Le Hegarat est docteur en histoire, chercheur associé au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaine de l’Université de Versailles. Il
évoquera la médiatisation du déménagement du marché et de la destruction des pavillons de 1968 au début des années 1970.
Cette intervention permettra de mettre en perspective le projet puis l’inauguration de la Vidéothèque de Paris au cours des années 1980, dans le cadre du développement d’une politique patrimoniale intégrant l’image animée sous le mandat de Jacques Chirac.
Participation sur inscription jusqu’au 24 avril 12h: louis.stefany@gmail.com

Jean Rouch, l’Homme-Cinéma

Fiche de synthèse sur l’exposition temporaire

Jean Rouch, l’homme caméra

Dans le cadre des manifestations organisées à l’occasion du centenaire de la naissance de Jean Rouch (1917-2004),  la BnF présente une synthèse de l’œuvre cinématographique, scientifique et technique du cinéaste et anthropologue. Photographies,  films,  documents écrits,  objets techniques retracent la démarche de Jean Rouch :  idée de réalisation collective; importance de l’enregistrement sonore; travail dans la durée…
Pour Jean Rouch, le cinéma était conçu comme lien et moyen d’échange entre cultures, entre générations, et toujours matière à réflexion. Il était bien un « Homme-cinéma », expression faisant évidemment penser à L’homme à la caméra, de Dziga Vertov, une référence pour l’ethnologue, selon laquelle la caméra peut aller partout : cf. ci-dessous les thématiques traitées dans l’exposition, des rituels de possession jusqu’à la vie en métropole, en passant par  la mise en scène du corps ou la mise au point de techniques d’enregistrement visuel et sonore. Un parcours est ainsi proposé par cet ensemble de travaux, de nature à constituer un patrimoine, matériel (les productions cinématographiques) et immatériel (les pratiques filmées et transmises par le cinéma).

Lire la suite

« Histoire de l’appropriation et du détournement audiovisuels » : en ligne et sous forme de frise chronologique, une histoire synthétique et illustrée du mashup

Capture d'écran "Histoire de l'appropriation et du détournement audiovisuels", UPoPi.

Une frise chronologique conçue par Claire Chatelet, maître de conférence en audiovisuel et nouveaux médias à l’université de Montpellier 3 et publiée sur l’UPoPi, l’université populaire des images, propose de retracer de façon synthétique et illustrée l’histoire de la pratique du mashup au cinéma et en audiovisuel.

Lire la suite

Séance #7 : « Geste muséal du Mashup »

Le mercredi 26 avril se tiendra la troisième séance de l’atelier « Muséalité du Mashup » de la saison 2016-2017 d’APPIA. Les deux premières séances ont permis d’explorer l’environnement web, facteur décisif d’une accessibilité grandissante aux images, favorisant ainsi une reconfiguration des déploiements culturels, et l’émergence de la figure de l’anonyme comme producteur de discours sur les images. De ce fait, le jeu de reprise et de remontage du Mashup a pu être analysé dans sa perspective esthétique et artistique, ainsi que dans sa dimension discursive: en détournant des images, un premier travail de décortication et d’analyse s’impose à l’utilisateur – posant ainsi la question du « pourquoi ces images » (question donc de mémoire) du « comment » (question du détournement esthétique).

Cette nouvelle séance sera donc l’occasion d’explorer en profondeur la fonction muséale que peut prendre en charge le mashup : c’est-à-dire épouser la logique du geste muséal, dépassant ainsi, peut-être, la fonction de cartel. Cela sera l’objet des réflexions proposées par Barbara Le Maître, professeure à l’Université Paris 10 Nanterre, et de Stéphanie-Emmanuelle Louis, post-doctorante à l’IHTP.

Barbara Le Maître a codirigé avec Jennifer Verraes, Cinéma Muséum. Le Musée d’après le cinéma, qui a inspiré le titre de ce séminaire. Elle viendra présenter cet ouvrage collectif et sa recherche personnelle sur le thème de la muséalité du cinéma. Elle a, par ailleurs coordonné le chapitre « Access, reuse and exhibition » dans le manuel Preserving and Exhibiting Media Art. Challenges and Perspectives, où Stéphanie-Emmanuelle Louis a publié un texte sur la programmation patrimoniale comme montage. Cette séance sera l’occasion de mettre ces réflexions en perspective, sous l’angle des gestes de cinéastes notamment.

Barbara Le Maître, « Du film comme objet muséal au film comme geste muséal »

Stéphanie-Emmanuelle Louis, « Un montage patrimonial? Le mashup à l’aune des pratiques muséographiques du cinéma »

Nous vous invitons à vous inscrire à l’évènement en nous écrivant à carnet.appia@gmail.com

Au plaisir de vous voir nombreux

L’équipe APPIA, Atelier de prospection sur le patrimoine et les images animées

Mercredi 26 avril- 14h

59 rue Pouchet – Batiment du CNRS – Paris 17e (metro Guy Mocquet)

Salle 108

Kinoscope, un voyage en cinéma et en réalité virtuelle / Un film 360°, création originale pour et dans le cadre d’une exposition de cinéma

Dans le cadre de l’exposition temporaire « De Méliès à la 3D : La machine cinéma » qui s’est tenue du 5 octobre 2016 au 29 janvier 2017 à la Cinémathèque française à Paris, un film en 360° était proposé aux visiteurs via des postes équipés de casques de réalité virtuelle et de fauteuils pivotants. Lire la suite

Mashup, film de remploi : une pratique au potentiel critique (1/2)

Première partie : de la création à l’archivage

L’invitation faite par l’APPIA pour sa deuxième séance « Muséalité du Mashup » pour parler de ma démarche et de mes réflexions autour du Mashup, du found footage, et plus généralement du film de remploi, était pour moi l’occasion de partager mon expérience personnelle et de la prolonger par un ensemble de références qui éclairent selon moi cette pratique, son potentiel critique et ce qu’il dit des images sources. Le temps passant très (trop) vite à l’oral, j’ai donc rédigé ce billet afin de compléter et tenter de synthétiser mon intervention.

Lire la suite

Recension d’un numéro de revue : ExPosition #2, « Exposer les images en mouvement »

Revue ExPosition visuel

Le deuxième numéro de la revue ExPosition, dont la mission porte sur l’ « analyse des enjeux propres à l’exposition des œuvres et objets d’art », est consacré à l’ « exposition des images en mouvement ». Il résulte de communications présentées lors d’une journée d’étude organisée par Caroline Tron-Carroz et Hélène Trespeuch, historiennes de l’art, et le Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales de l’université Paul-Valéry – Montpellier 3, dont le thème était « Images en mouvement : enjeux d’exposition et de perception ».

Ce numéro de la revue s’articule autour d’exemples d’expositions – de 2002 à 2014 – à partir desquels les auteurs questionnent la mise en exposition des images en mouvement, dans le respect de l’intention qui a présidé à leur production et aux conditions de leur monstration.

Caroline Tron-Carroz introduit ce deuxième numéro en rappelant la diversité des approches possibles lorsqu’il s’agit d’examiner la conception et la scénographie d’une exposition de ce type d’images. Lire la suite

Mexique 1900-1950

 Fiche de synthèse sur

l’expositions temporaire Mexique 1900-1950

L’exposition était organisée par la RMN-Grand Palais et le Secretaria de Cultura Instituto Nacional de Bellas Artes, Museo Nacional de Arte, Mexico. Elle proposait un panorama des arts du Mexique au XXe Siècle. Si la peinture était la plus représentée, comme le suggéraient les noms de Diego Rivera ou Frida Kahlo figurant sur l’affiche, l’art cinématographique y avait aussi sa place. D’eisenstein à Iñarritu. Outre trois espaces de projections cinématographiques, d’autres écrans étaient disséminés dans l’exposition, dédiés à la diffusion d’audiovisuels documentaires ou d’œuvres vidéo.

Affiche de l'exposition Mexique 1900-1950

Affiche de l’exposition Mexique 1900-1950

Lire la suite

Cambodge, la mémoire en débat/ Interview d’Adrien Genoudet autour de Quinzaine claire

La diffusion, au Louvre, de Quinzaine claire dans le cadre des 10e JIFA- Journées internationales du film sur l’art le 21 janvier, nous offre l’occasion de donner la parole au réalisateur de ce documentaire, Adrien Genoudet.  Nous le remercions d’avoir pris le temps de répondre par écrit aux quelques questions inspirées par son film.

Affiche du film Quinzaine claire, réalisé par Adrien Genoudet

Affiche du film Quinzaine claire, réalisé par Adrien Genoudet

Lire la suite

Le Mashup, figuration d’une mémoire participative ?

Après la première séance de notre séminaire, dont Stéphanie a également rédigé un bilan, beaucoup de pistes de réflexion ont été dégagées. L’environnement web et numérique, qui a conditionné l’émergence du Mashup, a en effet permis une redistribution verticale de la parole culturelle et médiatique, faisant de la figure de « l’amateur » un acteur incontournable de la transmission culturelle, et par extension, garant d’une forme de patrimonialisation éloignée des institutions classiques. Ce phénomène, décrit comme l’illustration de la notion de « réversibilité » de Walter Benjamin par Laurence Allard, invitée lors de cette séance, permet de dépasser l’aspect ludique du recyclage culturel pour interroger ses enjeux mémoriels. L’utilisateur web en effet est pris entre une volonté de construction identitaire – Laurence Allard évoquant le concept d’individu bricoleur tiré de l’étude des usages et d’une sociologie de l’identité – et de partage communautaire (Stéphanie rappelle cette construction mosaïque via l’utilisation de Facebook). Cette pluralité de l’usage et cette défragmentation de la construction de l’individu instaure inévitablement une tension réflexive entre, d’une part, la croyance structuraliste d’un processus de fabrication ayant « du sens », ou au contraire, d’autre part, la foi quelque peu post-moderne en une approche iconique s’attachant à observer les éléments bruts, et non ce qu’ils représentent (et donc débarrassés des lectures sémiotiques)

Ces problématiques complexes ont toutefois été mises de côté pour favoriser une réflexion autour de la mémoire – mémoire du web, mémoire individuelle, et mémoire des cinéastes-mashupers. La simplification de l’accès à des informations non triées par des médias et la haute circulation du contenu en ligne ont entrainé la hausse de phénomènes d’engouement et de concentration dans le partage – ce que les médias populaires nomment « le buzz » et que Laurence Allard appelle « ritournelle » du web, autrement dit une sorte de « running gag » se jouant de l’accumulation et la surenchère, via le détournement d’un objet dont le potentiel absurde et comique avait été perçu par les utilisateurs – le « meme » étant l’exemple le plus marquant, notamment quand il emploie des images cinématographiques d’acteurs pris en flagrant délit de sur-jeu (Par exemple, la fameuse « mort » ratée de Marion Cotillard dans The Dark Knight Rises de Christopher Nolan). Une crainte qu’avait pourtant prophétisée Robert Bresson si le cinéma persistait à imiter le jeu stéréotypé, selon lui, des acteurs de théâtre : « Les films de cinéma sont des documents d’historiens […] : comment jouait la comédie, à telle époque, tel ou tel acteur »[1]. « Visage expressif de l’acteur [de cinéma] où le plus petit pli, grossi à la loupe, évoque les excès du Kabuki »[2]. Lire la suite