Le Mashup, figuration d’une mémoire participative ?

Après la première séance de notre séminaire, dont Stéphanie a également rédigé un bilan, beaucoup de pistes de réflexion ont été dégagées. L’environnement web et numérique, qui a conditionné l’émergence du Mashup, a en effet permis une redistribution verticale de la parole culturelle et médiatique, faisant de la figure de « l’amateur » un acteur incontournable de la transmission culturelle, et par extension, garant d’une forme de patrimonialisation éloignée des institutions classiques. Ce phénomène, décrit comme l’illustration de la notion de « réversibilité » de Walter Benjamin par Laurence Allard, invitée lors de cette séance, permet de dépasser l’aspect ludique du recyclage culturel pour interroger ses enjeux mémoriels. L’utilisateur web en effet est pris entre une volonté de construction identitaire – Laurence Allard évoquant le concept d’individu bricoleur tiré de l’étude des usages et d’une sociologie de l’identité – et de partage communautaire (Stéphanie rappelle cette construction mosaïque via l’utilisation de Facebook). Cette pluralité de l’usage et cette défragmentation de la construction de l’individu instaure inévitablement une tension réflexive entre, d’une part, la croyance structuraliste d’un processus de fabrication ayant « du sens », ou au contraire, d’autre part, la foi quelque peu post-moderne en une approche iconique s’attachant à observer les éléments bruts, et non ce qu’ils représentent (et donc débarrassés des lectures sémiotiques)

Ces problématiques complexes ont toutefois été mises de côté pour favoriser une réflexion autour de la mémoire – mémoire du web, mémoire individuelle, et mémoire des cinéastes-mashupers. La simplification de l’accès à des informations non triées par des médias et la haute circulation du contenu en ligne ont entrainé la hausse de phénomènes d’engouement et de concentration dans le partage – ce que les médias populaires nomment « le buzz » et que Laurence Allard appelle « ritournelle » du web, autrement dit une sorte de « running gag » se jouant de l’accumulation et la surenchère, via le détournement d’un objet dont le potentiel absurde et comique avait été perçu par les utilisateurs – le « meme » étant l’exemple le plus marquant, notamment quand il emploie des images cinématographiques d’acteurs pris en flagrant délit de sur-jeu (Par exemple, la fameuse « mort » ratée de Marion Cotillard dans The Dark Knight Rises de Christopher Nolan). Une crainte qu’avait pourtant prophétisée Robert Bresson si le cinéma persistait à imiter le jeu stéréotypé, selon lui, des acteurs de théâtre : « Les films de cinéma sont des documents d’historiens […] : comment jouait la comédie, à telle époque, tel ou tel acteur »[1]. « Visage expressif de l’acteur [de cinéma] où le plus petit pli, grossi à la loupe, évoque les excès du Kabuki »[2]. Lire la suite