Séquence 6 : Le congrès de la FIAF, vitrine et moment d’évaluation des cinémathèques et archives du film

Le congrès vient rythmer, en général chaque année[1], la vie de la communauté FIAF. Des activités scientifiques, professionnelles et culturelles sont proposées aux congressistes : un Symposium[2], des projections, des visites d’organismes archivistiques et cinématographiques locaux, ainsi que des excursions plus touristiques. C’est aussi le moment où se tient l’assemblée générale de la fédération. Les membres construisent leur position dans la communauté internationale alors réunie.  Soulignons, qu’à une époque où l’entremise d’internet n’existe pas, le congrès favorise les interactions directes grâce aux moments de travail et de sociabilité qu’il offre. Si des rapports personnels, qui favoriseront ensuite les échanges et les invitations entre certains membres, se tissent, des projets collectifs plus larges sont lancés. Ils donnent lieu à la constitution de groupes de travail inter-archives. C’est au sein de ces commissions, nous semble-t-il, que les pratiques et normes professionnelles se discutent et se définissent au niveau international, articulant les expertises des différents contributeurs[3].

Comme pour les membres participant, le congrès constitue un lieu de représentation pour l’archive accueillant ce rassemblement rituel. Cela peut être l’occasion de montrer concrètement ses collections et ses installations. C’est globalement un moment où la communauté se donne à voir. Nous évoquerons ces aspects à travers deux documents d’actualités filmées, relatifs aux congrès de 1954 et 1962.

Continuer la lecture

Séquence 4 : Langlois et les autres… Quelques vues comparées d’expositions non-film dans les années 1940 en Europe

Lorsque François Albera  évoque l’exposition Images du cinéma français, proposée par la Cinémathèque française à Lausanne, après Paris, en 1945, il parle de « l’effarement »[1] qu’elle produisit sur les visiteurs non préparés à cette expérience visuelle[2]. Il évoque ce que ces visiteurs ont potentiellement pu voir auparavant, et notamment l’exposition itinérante Le Film hier et aujourd’hui, conçue par Georg Schmidt, Werner Schmalenach et Peter Bächlin, inaugurée au Musée des arts et métiers de Bâle en 1943, puis reprise à Berne (1944), Zurich (1945) et Bruxelles (1947).

Le Ciné-Journal suisse a consacré des sujets à ces deux manifestations des années 1940. Ils ne sont pas consultables en ligne, mais figurent toutefois sur le DVD édité en 2018 par la Cinémathèque suisse sur Lausanne , des Lumière à Godard 1896-1982[3]. Des photogrammes nous permettent de comparer des typologies expographiques assez éloignées l’une de l’autre.

Continuer la lecture

Le Brady, 60 ans de projections

Fiche de synthèse sur

l’exposition temporaire Le Brady, 60 ans de projections

Le Brady, dans le 10ème arrondissement de Paris, donne l’exemple d’une salle qui a résisté aux transformations de l’exploitation à l’heure où la plupart des cinéma de quartier ont désormais disparu, qui a su continuer à proposer des programmations très variées et à se reconvertir techniquement, comme le montrent les affiches, programmes et photographies de l’exposition. Cette dernière attache également de l’importance aux métiers et savoir-faire via des documents relatifs aux projections par exemple, qui donnent également l’occasion de mettre en valeur la culture populaire à la fois par la salle et par le quartier.
Le caractère patrimonial de la salle est mis en avant tout en donnant lieu à un certain fétichisme, qui va de pair avec les programmes de films de genre, horreur, épouvante, érotisme, qui ont fait la réputation de ce cinéma pendant une trentaine d’années. Mais Le Brady montre aussi des cinématographies peu connues (comme les films indiens). Il a été notamment la propriété de Jean-Pierre Mocky à partir de 1994 pour une quinzaine d’années et a été classé « Art et essai » en 2014, l’histoire de la salle illustrant une certaine idée du cinéma.

Exposition « Le Brady 60 ans de projections »

Affiche de l’exposition « Le Brady 60 ans de projections »
© Ruppert & Mulot

Continuer la lecture