Charles Pathé et Ferdinand Zecca exposés par Henri Langlois

En lien avec la séance organisée à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, j’évoquerai brièvement la place donnée à Charles Pathé et Ferdinand Zecca dans les activités d’exposition de la Cinémathèque française.

  • La cinémathèque-musée du cinéma, espace de l’histoire et de la mémoire

Le 11 juin dernier, la sélection de films proposée s’inspirait d’un des programmes composés par Henri Langlois dans le cadre des programmations annuelles qui étaient données à la cinémathèque française-musée du cinéma dans les années 1950. En l’occurrence, le programme s’intitulait « Le cinéma français : Zecca et le réalisme ». Il fut, d’après la brochure-programme que nous avons consultée, donné le 8 mai 1951 lors de trois séances successives dans cette même soirée (à 18h30, 20h30 et 22h30), dans le cadre du cycle annuel « 50 ans de cinéma européen ». Ce programme se composait de 14 films et avoisinait les deux heures. Il s’agissait ainsi d’aborder la figure, mythique, de Langlois programmateur.[1]  

Il s’agira ici de resituer cette séance dans la série des manifestations autour de Charles Pathé et/ou Ferdinand Zecca organisées sous le mandat de Langlois à la Cinémathèque française.

Séance du 11 juin 2021 à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Continuer la lecture de « Charles Pathé et Ferdinand Zecca exposés par Henri Langlois »

Présentation d’une Table Mashup à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Table Mashup – capture http://www.mashuptable.fr/

Dispositif de manipulation de la matière filmique, la table permet recréer des films en associant des extraits, selon le principe du mashup. Il s’agit d’une table avec écran. le choix des films s’effectue en posant des cartes sur une surface et en les plaçant les unes après les autres, au gré de ses envies, les faisant bouger, et en choisissant des sons à partir de cartes, son évoluant selon sa place sur l’écran, etc.

A l’heure d’une dématérialisation qui se généralise, associer des supports de différentes natures, outil numérique, cartes en papier peut se concevoir – non comme un retour aux sources et encore moins comme une régression – comme une innovation. Il s’agit en effet de tirer parti des ressources existantes et de leurs potentialités, qui se renforcent les unes les autres. Les techniques les plus avancées et toujours en progression proviennent d’autres techniques plus anciennes, chacune apportant sa contribution, résultats d’évolutions de long terme.

Table Mashup, Romuald Beugnon, 2019. D. R.

Lors de l’exposition Comiques transatlantiques, Romuald Beugnon a présenté une table mashup. Il a alors parlé de « rematérialisation », jouant des cartes et des écrans, opération manuelle, ludique et créatrice, utilisant des cartes pour choisir sons et musiques, en pouvant procéder à montage, bruitage, mixage, ouvrant sur une infinité de possibilités. Cette table se veut un outil de recréation, d’appropriation, de collaboration, avec des objets qu’on peut toucher, partager, etc., manière de ne pas rester uniquement dans le virtuel.

La table, qui existe en support démontable pour démonstration, propose, dit le réalisateur, une « quatrième génération d’interface, en passant de clavier à souris, puis de tactile à tangible » ; elle permet de « Faire du soi avec de l’autre ».