When saying “those old movies” is not enough

This text is translated from “Cuando decir “esas películas viejas” es insuficiente” already published in Spanish on this blog. We warmly thank Itzíar Gómez Carrasco for helping with this translation.

Motivated by a feeling of surprise, my students were looking for words to express their opinion about a program of short films, that I had selected from different film archives as part of the FIAF Programming Game call.

These 35 students were part of the Found Footage Workshop that I teach at the recently inaugurated Pohualizcalli Community Film School in the Municipality of Iztapalapa, Mexico City. Their expectations for joining the workshop were to create audiovisual works using archive material, some as part of a documentary and others as part of the experimental found footage tradition. The students were aged between 24 and 65, and the vast majority of them had never experienced an invitation to watch one movie after another as part of something called a “program”, following an order that was outlined in a paragraph without anticipating what they were going to learn, feel or think.

Continuer la lecture de « When saying “those old movies” is not enough »

Cuando decir “esas películas viejas” es insuficiente

Alimentados por la sorpresa, mis estudiantes buscaban las palabras para expresar su opinión acerca de un programa de cortometrajes, que seleccioné provenientes de distintos archivos fílmicos como parte de la convocatoria FIAF Programming Game.

Capture d’écrand u site de la FIAF. 11 mars 2021

Estos 35 estudiantes forman parte del taller de cine de reempleo que imparto en la recién inaugurada Escuela de Cine Comunitario Pohualizcalli en la Alcaldía de Iztapalapa, Ciudad de México. Sus expectativas para unirse al taller son crear obras audiovisuales utilizando material de archivo, algunos de ellos como parte de un documental y otros siguiendo la tradición del found footage. Los alumnos tienen entre 24 y 65 años y la gran mayoría de ellos no había experimentado la invitación a mirar una película tras otra en algo llamado “programa” respondiendo a un orden que era esbozado en una párrafo pero que no les anticipa lo que iban a conocer, sentir o pensar. 

Continuer la lecture de « Cuando decir “esas películas viejas” es insuficiente »

Programming is a Serious Game !

En avril dernier, alors qu’un certain nombre de ses affiliés se voyaient contraints à la fermeture de leurs salles du fait de la pandémie de Covid-19, la FIAF a mis en ligne son FIAF Programming Game (FPG). Il faut cependant resituer cette publication dans une autre chronologie, interne à la fédération, puisque peu de temps auparavant une liste des collections en ligne des affiliés était venue enrichir les ressources en ligne de la Commission pour la programmation et l’accès aux collections/FIAF Programming and Access to Collections Commission (PACC). Quelques semaines avant également, s’était également tenue la 5e édition de la Winter School : événement de formation consacré à la programmation, créé en 2016.

Continuer la lecture de « Programming is a Serious Game ! »

La célébration de l’art dramatique et du pouvoir des femmes : deux thématiques trouvées dans la programmation des films européens en Uruguay

Ce texte est basé sur la présentation « La programmation de films classiques en Amérique du sud à travers les échanges avec la Cinémathèque française ». Il vise à analyser la façon dont des films européens arrivés en Uruguay, à travers le réseau FIAF, ont été programmés par Cine Universitario, un des ciné-clubs les plus importants de Montevideo et un membre fondateur de la Cinémathèque uruguayenne. Cine Universitario a, en effet, créé cette cinémathèque en 1952 et elle a été acceptée comme membre correspondant de la FIAF cette même année au Congrès d’Amsterdam. En 1953, Cine Club del Uruguay, un autre ciné-club de même importance, a décidé de rejoindre le projet et, cette même année, la Cinémathèque uruguayenne a été acceptée comme membre à part entière de la FIAF au Congrès du Vence.  La Cinémathèque uruguayenne fournissait des films principalement pour les projections de ces deux ciné-clubs étant à l’origine de sa fondation. Cependant, elle organisait parfois aussi des projections indépendantes.[1] 

Continuer la lecture de « La célébration de l’art dramatique et du pouvoir des femmes : deux thématiques trouvées dans la programmation des films européens en Uruguay »

Séquence 6 : Le congrès de la FIAF, vitrine et moment d’évaluation des cinémathèques et archives du film

Le congrès vient rythmer, en général chaque année[1], la vie de la communauté FIAF. Des activités scientifiques, professionnelles et culturelles sont proposées aux congressistes : un Symposium[2], des projections, des visites d’organismes archivistiques et cinématographiques locaux, ainsi que des excursions plus touristiques. C’est aussi le moment où se tient l’assemblée générale de la fédération. Les membres construisent leur position dans la communauté internationale alors réunie.  Soulignons, qu’à une époque où l’entremise d’internet n’existe pas, le congrès favorise les interactions directes grâce aux moments de travail et de sociabilité qu’il offre. Si des rapports personnels, qui favoriseront ensuite les échanges et les invitations entre certains membres, se tissent, des projets collectifs plus larges sont lancés. Ils donnent lieu à la constitution de groupes de travail inter-archives. C’est au sein de ces commissions, nous semble-t-il, que les pratiques et normes professionnelles se discutent et se définissent au niveau international, articulant les expertises des différents contributeurs[3].

Comme pour les membres participant, le congrès constitue un lieu de représentation pour l’archive accueillant ce rassemblement rituel. Cela peut être l’occasion de montrer concrètement ses collections et ses installations. C’est globalement un moment où la communauté se donne à voir. Nous évoquerons ces aspects à travers deux documents d’actualités filmées, relatifs aux congrès de 1954 et 1962.

Continuer la lecture de « Séquence 6 : Le congrès de la FIAF, vitrine et moment d’évaluation des cinémathèques et archives du film »

Séquence 5 : La représentation française à la FIAF, images d’une transformation

Au cours de la période 1944-1970, le paysage des acteurs de la valorisation du patrimoine cinématographique en France se structure. Plusieurs configurations se succèdent, au sein desquelles la Cinémathèque française occupe une position déterminante. Lors d’une première phase, de la Libération à 1960[1], les activités sont concentrées autour de la CF, ce qui est favorisé par le subventionnement de l’association par l’Etat. Dans une deuxième phase, d’autres projets de cinémathèques-musées apparaissent, avec un volume d’activité plus modeste mais marquant néanmoins un désir de changement. Lors de la troisième phase, activée en 1968, la répartition des compétences patrimoniales entre les acteurs de droit privé[2] et l’Etat se voit parachevée par la création d’un service des archives du film au CNC. Ces transformations ont un impact sur la représentation française à la FIAF et des images en témoignent.

Continuer la lecture de « Séquence 5 : La représentation française à la FIAF, images d’une transformation »

Au-delà des échanges bilatéraux, une communauté internationale

A l’instar d’autres organismes patrimoniaux, les cinémathèques et archives du film interagissent au sein d’organisations internationales qui permettent de dépasser le cadre des relations institutionnelles bilatérales[1]. La Fédération internationale des archives du film est créée en juin 1938[2] par quatre organismes : la Film Library du MoMA, le Reichsfilmarchiv, la National Film Library[3] et la Cinémathèque française. Le réseau prospère après la Seconde Guerre mondiale, comme nous permet de l’observer la chrono-cartographie développée par la FIAF[4].

 

Continuer la lecture de « Au-delà des échanges bilatéraux, une communauté internationale »