Séquence 6 : Le congrès de la FIAF, vitrine et moment d’évaluation des cinémathèques et archives du film

Le congrès vient rythmer, en général chaque année[1], la vie de la communauté FIAF. Des activités scientifiques, professionnelles et culturelles sont proposées aux congressistes : un Symposium[2], des projections, des visites d’organismes archivistiques et cinématographiques locaux, ainsi que des excursions plus touristiques. C’est aussi le moment où se tient l’assemblée générale de la fédération. Les membres construisent leur position dans la communauté internationale alors réunie.  Soulignons, qu’à une époque où l’entremise d’internet n’existe pas, le congrès favorise les interactions directes grâce aux moments de travail et de sociabilité qu’il offre. Si des rapports personnels, qui favoriseront ensuite les échanges et les invitations entre certains membres, se tissent, des projets collectifs plus larges sont lancés. Ils donnent lieu à la constitution de groupes de travail inter-archives. C’est au sein de ces commissions, nous semble-t-il, que les pratiques et normes professionnelles se discutent et se définissent au niveau international, articulant les expertises des différents contributeurs[3].

Comme pour les membres participant, le congrès constitue un lieu de représentation pour l’archive accueillant ce rassemblement rituel. Cela peut être l’occasion de montrer concrètement ses collections et ses installations. C’est globalement un moment où la communauté se donne à voir. Nous évoquerons ces aspects à travers deux documents d’actualités filmées, relatifs aux congrès de 1954 et 1962.

Continuer la lecture

Séquence 5 : La représentation française à la FIAF, images d’une transformation

Au cours de la période 1944-1970, le paysage des acteurs de la valorisation du patrimoine cinématographique en France se structure. Plusieurs configurations se succèdent, au sein desquelles la Cinémathèque française occupe une position déterminante. Lors d’une première phase, de la Libération à 1960[1], les activités sont concentrées autour de la CF, ce qui est favorisé par le subventionnement de l’association par l’Etat. Dans une deuxième phase, d’autres projets de cinémathèques-musées apparaissent, avec un volume d’activité plus modeste mais marquant néanmoins un désir de changement. Lors de la troisième phase, activée en 1968, la répartition des compétences patrimoniales entre les acteurs de droit privé[2] et l’Etat se voit parachevée par la création d’un service des archives du film au CNC. Ces transformations ont un impact sur la représentation française à la FIAF et des images en témoignent.

Continuer la lecture

Au-delà des échanges bilatéraux, une communauté internationale

A l’instar d’autres organismes patrimoniaux, les cinémathèques et archives du film interagissent au sein d’organisations internationales qui permettent de dépasser le cadre des relations institutionnelles bilatérales[1]. La Fédération internationale des archives du film est créée en juin 1938[2] par quatre organismes : la Film Library du MoMA, le Reichsfilmarchiv, la National Film Library[3] et la Cinémathèque française. Le réseau prospère après la Seconde Guerre mondiale, comme nous permet de l’observer la chrono-cartographie développée par la FIAF[4].

 

Continuer la lecture