CinEx Lab « Penser la muséologie du cinéma : théorie, outils, savoir-faire » / Atelier in situ

Le 13 et le 14 avril 2023 à la Cinémathèque française

Le CinEx Lab est un espace de rencontre et d’échange entre professionnels et chercheurs intéressés par l’exposition des collections cinématographiques au sens large, et non seulement filmiques. L’objectif est de partager les expériences, mais aussi de réfléchir collectivement aux savoir-faire liés à ces expositions et à leur histoire. A cette fin, et après son école d’automne inaugurale, le CinEx Lab propose un atelier in situ dans une institution française qui a marqué l’histoire internationale de la muséologie du cinéma : la Cinémathèque française.  

Ce partenariat permettra aux participant.e.s de l’atelier de bénéficier des retours d’expériences de nombreuses personnes impliquées dans la mise en œuvre des expositions temporaires à la Cinémathèque française depuis son installation au 51 rue de Bercy. C’est ainsi que pourront être évoqués, à travers une série d’entretiens, différents métiers méconnus et pourtant essentiels dans la vie des expositions. Production, activités éditoriales, prise de vues photographiques, conception d’audiovisuels et bien sûr, commissariat d’expositions, seront autant d’aspects abordés au fil de cet atelier. 

D’autres interventions offriront des perspectives à la fois institutionnelles et historiographiques. Les activités de la Cinémathèque française seront replacées dans leurs réseaux partenariaux grâce à la participation d’institutions étrangères, qui viendront présenter leurs pratiques d’exposition du cinéma tout en éclairant les phénomènes de coopération et de circulation des expositions temporaires à l’heure actuelle. Tous ces témoignages contribueront à documenter une histoire future de ces pratiques.  En outre, des présentations de documents ouvriront la réflexion à des périodes plus anciennes de l’histoire de l’institution. Elles viendront enrichir le questionnement du programme de recherche CinEx sur les sources de l’histoire des expositions. Les participant.e.s qui le souhaitent pourront participer à deux initiations à la description documentaire, en groupe restreint, et obtenir à ce titre une attestation de suivi. 

Projet porté par le Centre Jean Mabillon (EA3624)/Ecole nationale des chartes-Université PSL. 

Organisation: Stéphanie-Emmanuelle Louis (CJM) et Véronique Rossignol (Cinémathèque française), avec la collaboration d’Agathe Moroval (Cinémathèque française)

Partenaires de l’atelier : La Cinémathèque française ; Fundación ”la Caixa”. 

Partenaires du programme de recherche CinEx : Translitterrae-Université PSL ; FIAF ; PG Arts-Université PSL. 

Public : Etudiant.e.s ; chercheurs et chercheuses confirmé.e.s ; professionnel.le.s des musées et des archives. Sessions de conférences et entretiens (3 premières demi-journées ouverte à tous dans la limite des places disponibles ; dernière demi-journée, accessible à un public restreint : 20-25 personnes). 

Inscription obligatoire via ce formulaire :

https://www.fiafnet.org/pages/Training/cinexlab-april-2023-inscription.html

Continuer la lecture de « CinEx Lab « Penser la muséologie du cinéma : théorie, outils, savoir-faire » / Atelier in situ »

Enfin le cinéma ! Arts, images et spectacles en France, 1833-1907

Fiche de synthèse – exposition temporaire

L’exposition porte sur un ensemble de thèmes – « Vie », « Ville », « Nature », « Temps », « Voyeurs », « Réalité augmentée », « Histoire », « Salle » – qui tous ont en commun de traiter du « mouvement », le film en étant désormais l’incarnation. Les passages de l’inanimé à l’animé, par lesquels il s’agit de donner corps et âme aux objets comme à la nature, proviennent de nombreuses expérimentations visuelles et sonores des périodes passés, comme en attestent les différents appareils et machines exposées, tout en reprenant des sujets largement représentés en tableaux, comme les évènements historiques. En relation avec les évolutions techniques, urbaines, scientifiques, esthétiques, le spectacle de la ville comme celui de la nature s’offre désormais à tout le monde, photographie et cinéma venant, après la peinture, développer des tendances à l’œuvre notamment au XIXe siècle.

Continuer la lecture de « Enfin le cinéma ! Arts, images et spectacles en France, 1833-1907 »

Charles Pathé et Ferdinand Zecca exposés par Henri Langlois

En lien avec la séance organisée à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, j’évoquerai brièvement la place donnée à Charles Pathé et Ferdinand Zecca dans les activités d’exposition de la Cinémathèque française.

  • La cinémathèque-musée du cinéma, espace de l’histoire et de la mémoire

Le 11 juin dernier, la sélection de films proposée s’inspirait d’un des programmes composés par Henri Langlois dans le cadre des programmations annuelles qui étaient données à la cinémathèque française-musée du cinéma dans les années 1950. En l’occurrence, le programme s’intitulait « Le cinéma français : Zecca et le réalisme ». Il fut, d’après la brochure-programme que nous avons consultée, donné le 8 mai 1951 lors de trois séances successives dans cette même soirée (à 18h30, 20h30 et 22h30), dans le cadre du cycle annuel « 50 ans de cinéma européen ». Ce programme se composait de 14 films et avoisinait les deux heures. Il s’agissait ainsi d’aborder la figure, mythique, de Langlois programmateur.[1]  

Il s’agira ici de resituer cette séance dans la série des manifestations autour de Charles Pathé et/ou Ferdinand Zecca organisées sous le mandat de Langlois à la Cinémathèque française.

Séance du 11 juin 2021 à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Continuer la lecture de « Charles Pathé et Ferdinand Zecca exposés par Henri Langlois »

“A l’affiche!”: interview avec Morgane Spinec

Couverture du livre-poster publié à l’occasion de l’exposition “A l’affiche”

Alors que les restrictions sanitaires imposées par l’épidémie de Covid-19 ont conduit à la fermeture des expositions, l’une d’elles restaient néanmoins visible dans le déambulatoire du Haut de jardin de la Bibliothèque nationale de France. Morgane Spinec, commissaire de l’exposition “A l’affiche!” a accepté de répondre à nos questions sur cette exposition en temps de pandémie.

Gros plan sur l’agenda en ligne de la Bnf. Capture d’écran du 24/02/2021

Continuer la lecture de « “A l’affiche!”: interview avec Morgane Spinec »

Séquence 4 : Langlois et les autres… Quelques vues comparées d’expositions non-film dans les années 1940 en Europe

Lorsque François Albera  évoque l’exposition Images du cinéma français, proposée par la Cinémathèque française à Lausanne, après Paris, en 1945, il parle de « l’effarement »[1] qu’elle produisit sur les visiteurs non préparés à cette expérience visuelle[2]. Il évoque ce que ces visiteurs ont potentiellement pu voir auparavant, et notamment l’exposition itinérante Le Film hier et aujourd’hui, conçue par Georg Schmidt, Werner Schmalenach et Peter Bächlin, inaugurée au Musée des arts et métiers de Bâle en 1943, puis reprise à Berne (1944), Zurich (1945) et Bruxelles (1947).

Le Ciné-Journal suisse a consacré des sujets à ces deux manifestations des années 1940. Ils ne sont pas consultables en ligne, mais figurent toutefois sur le DVD édité en 2018 par la Cinémathèque suisse sur Lausanne , des Lumière à Godard 1896-1982[3]. Des photogrammes nous permettent de comparer des typologies expographiques assez éloignées l’une de l’autre.

Continuer la lecture de « Séquence 4 : Langlois et les autres… Quelques vues comparées d’expositions non-film dans les années 1940 en Europe »

Séquence 3 : De la promotion de la cinémathèque-musée à l’étranger

Dans l’immédiat après-guerre et les années 1950, la diffusion du modèle de cinémathèque-musée du cinéma est essentiellement liée aux activités de la Cinémathèque française. Il s’appuie sur le rayonnement de l’institution en France et à l’étranger grâce aux expositions et aux programmations qu’elle organise. Ce rayonnement bénéficie d’un réseau international. J’évoquerai ici un exemple en Italie.

Nous voici à Milan grâce à une actualité cinématographique de la Settimana Incom, en date du 6 mai 1954[1]. Ce sujet nous offre un éclairage synthétique et efficace sur la manière dont la cause patrimoniale et l’action des cinémathèques-musées peuvent être publicisées.

Continuer la lecture de « Séquence 3 : De la promotion de la cinémathèque-musée à l’étranger »

Séquence 2: un bouleversement muséographique

Le projet de la Cinémathèque française, apparu au milieu des années 1930, prend véritablement corps à la Libération avec l’ouverture au public d’un lieu permettant l’organisation d’expositions non-film (avenue de Messine).  Des expositions de collections cinématographiques se sont déjà tenues à Paris auparavant[1], mais c’est un véritable bouleversement muséographique qui se joue alors. Trois éléments-clés peuvent le définir : la mutation de ce que l’on entendait auparavant par « musée du cinéma », une scénographie singulière et la place du film dans le circuit de visite.

Pour mieux saisir ce bouleversement, deux films peuvent nous aider : L’histoire du cinéma par le cinéma, de Raoul Grimoin-Sanson (1927, 44 min), et Naissance du cinéma, de Roger Leenhardt (1946, 39 min).

Continuer la lecture de « Séquence 2: un bouleversement muséographique »

Chris Marker, les 7 vies d’un cinéaste

Fiche de synthèse – exposition temporaire

Chris Marker (1921-2012), cinéaste, a créé une œuvre multiforme en images fixes et animées, et en écrits, sur toutes sortes de support (pellicule, vidéo, bande sonore, numérique, papier, photographie). Tout au long de sa vie, il s’est approprié les évolutions et les découvertes techniques, lui-même étant un inventeur (la mise au point de logiciels par exemple), tout en s’associant avec d’autres créateurs, cinéastes, artistes, inventeurs, intellectuels, etc., en intégrant des larges influences, d’Alfred Hitchcock à Alexandre Medvedkine, en passant par Armand Gatti, Simone Signoret, André Bazin, Pierre Schaeffer…

Continuer la lecture de « Chris Marker, les 7 vies d’un cinéaste »

Montmartre décor de cinéma

Fiche de synthèse – exposition temporaire

Le quartier de Montmartre à Paris (18ème arrondissement, et limites du 9ème) fait l’objet de tournages de films depuis plus d’un siècle, soit comme « décor naturel », soit en tant que reconstitution.

Ses bâtiments, places et monuments emblématiques (comme le Moulin rouge, la basilique du Sacré-Cœur, la butte Montmartre, la place du tertre) et les noms associés au quartier (Pigalle, Barbès) se retrouvent dans bien des films, de toutes époques et de tous genres (dramatique, comique, policier, historique, etc.). Des films français en grande majorité, et quelques films américains. Depuis Onésime débute au théâtre, de Jean Durand (1913), avec une poursuite sur les toits du Gaumont Palace (immense salle située place Clichy à l’époque), au Fabuleux destin d’Amélie Poulain, de Jean-Pierre Jeunet (2001), en passant par des réalisations aussi diverses que Juliette ou la clé des songes, de Marcel Carné (1950), Baisers volés de François Truffaut (1968), Moulin Rouge (de John Huston, 1952 ; de Baz Luhrmann, 2001), ou Pigalle, de Karim Dridi (1994).

Affiches, photos, documents écrits, extraits de films composent l’exposition présentée, sur deux étages, au Musée de Montmartre – Jardins Renoir.

Continuer la lecture de « Montmartre décor de cinéma »

Kinoscope, un voyage en cinéma et en réalité virtuelle / Un film 360°, création originale pour et dans le cadre d’une exposition de cinéma

Dans le cadre de l’exposition temporaire « De Méliès à la 3D : La machine cinéma » qui s’est tenue du 5 octobre 2016 au 29 janvier 2017 à la Cinémathèque française à Paris, un film en 360° était proposé aux visiteurs via des postes équipés de casques de réalité virtuelle et de fauteuils pivotants. Continuer la lecture de « Kinoscope, un voyage en cinéma et en réalité virtuelle / Un film 360°, création originale pour et dans le cadre d’une exposition de cinéma »

Recension d’un numéro de revue : ExPosition #2, « Exposer les images en mouvement »

Revue ExPosition visuel

Le deuxième numéro de la revue ExPosition, dont la mission porte sur l’ « analyse des enjeux propres à l’exposition des œuvres et objets d’art », est consacré à l’ « exposition des images en mouvement ». Il résulte de communications présentées lors d’une journée d’étude organisée par Caroline Tron-Carroz et Hélène Trespeuch, historiennes de l’art, et le Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales de l’université Paul-Valéry – Montpellier 3, dont le thème était « Images en mouvement : enjeux d’exposition et de perception ».

Ce numéro de la revue s’articule autour d’exemples d’expositions – de 2002 à 2014 – à partir desquels les auteurs questionnent la mise en exposition des images en mouvement, dans le respect de l’intention qui a présidé à leur production et aux conditions de leur monstration.

Caroline Tron-Carroz introduit ce deuxième numéro en rappelant la diversité des approches possibles lorsqu’il s’agit d’examiner la conception et la scénographie d’une exposition de ce type d’images. Continuer la lecture de « Recension d’un numéro de revue : ExPosition #2, « Exposer les images en mouvement » »

Le Brady, 60 ans de projections

Fiche de synthèse – exposition temporaire

Le Brady, dans le 10ème arrondissement de Paris, donne l’exemple d’une salle qui a résisté aux transformations de l’exploitation à l’heure où la plupart des cinéma de quartier ont désormais disparu, qui a su continuer à proposer des programmations très variées et à se reconvertir techniquement, comme le montrent les affiches, programmes et photographies de l’exposition. Cette dernière attache également de l’importance aux métiers et savoir-faire via des documents relatifs aux projections par exemple, qui donnent également l’occasion de mettre en valeur la culture populaire à la fois par la salle et par le quartier.
Le caractère patrimonial de la salle est mis en avant tout en donnant lieu à un certain fétichisme, qui va de pair avec les programmes de films de genre, horreur, épouvante, érotisme, qui ont fait la réputation de ce cinéma pendant une trentaine d’années. Mais Le Brady montre aussi des cinématographies peu connues (comme les films indiens). Il a été notamment la propriété de Jean-Pierre Mocky à partir de 1994 pour une quinzaine d’années et a été classé « Art et essai » en 2014, l’histoire de la salle illustrant une certaine idée du cinéma.

Exposition « Le Brady 60 ans de projections »
Affiche de l’exposition « Le Brady 60 ans de projections »
© Ruppert & Mulot

Continuer la lecture de « Le Brady, 60 ans de projections »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search