Charles Pathé et Ferdinand Zecca exposés par Henri Langlois

En lien avec la séance organisée à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, j’évoquerai brièvement la place donnée à Charles Pathé et Ferdinand Zecca dans les activités d’exposition de la Cinémathèque française.

  • La cinémathèque-musée du cinéma, espace de l’histoire et de la mémoire

Le 11 juin dernier, la sélection de films proposée s’inspirait d’un des programmes composés par Henri Langlois dans le cadre des programmations annuelles qui étaient données à la cinémathèque française-musée du cinéma dans les années 1950. En l’occurrence, le programme s’intitulait « Le cinéma français : Zecca et le réalisme ». Il fut, d’après la brochure-programme que nous avons consultée, donné le 8 mai 1951 lors de trois séances successives dans cette même soirée (à 18h30, 20h30 et 22h30), dans le cadre du cycle annuel « 50 ans de cinéma européen ». Ce programme se composait de 14 films et avoisinait les deux heures. Il s’agissait ainsi d’aborder la figure, mythique, de Langlois programmateur.[1]  

Il s’agira ici de resituer cette séance dans la série des manifestations autour de Charles Pathé et/ou Ferdinand Zecca organisées sous le mandat de Langlois à la Cinémathèque française.

Séance du 11 juin 2021 à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Continuer la lecture de « Charles Pathé et Ferdinand Zecca exposés par Henri Langlois »

Séquence 2: un bouleversement muséographique

Le projet de la Cinémathèque française, apparu au milieu des années 1930, prend véritablement corps à la Libération avec l’ouverture au public d’un lieu permettant l’organisation d’expositions non-film (avenue de Messine).  Des expositions de collections cinématographiques se sont déjà tenues à Paris auparavant[1], mais c’est un véritable bouleversement muséographique qui se joue alors. Trois éléments-clés peuvent le définir : la mutation de ce que l’on entendait auparavant par « musée du cinéma », une scénographie singulière et la place du film dans le circuit de visite.

Pour mieux saisir ce bouleversement, deux films peuvent nous aider : L’histoire du cinéma par le cinéma, de Raoul Grimoin-Sanson (1927, 44 min), et Naissance du cinéma, de Roger Leenhardt (1946, 39 min).

Continuer la lecture de « Séquence 2: un bouleversement muséographique »

Cycle APPIA : « Imageries de l’autre pour l’histoire »

Pour sa deuxième saison l’APPIA propose, dans le cadre de l’accueil de l’Atelier à l’IHTP, trois séances sur le thème « Imageries de l’autre pour l’histoire ».
La notion d' »Imageries » évoque non seulement les ensemble d’images, mais aussi les dispositifs d’échange et de production de celles-ci. Quant à « l’autre », c’est évidemment celui qui se distingue de celui qui filme; mais plus largement aussi, de ceux qui regardent ou s’emparent de ces images pour les remonter.

Continuer la lecture de « Cycle APPIA : « Imageries de l’autre pour l’histoire » »