Les Journées internationale du film sur l’art, 2021

Capture d’écran fournie par Laurence Martin-Brenneur.

Pour leur 14ème édition, du 22 au 31 janvier 2021, les Journées internationales du Film sur l’art, organisées par le Musée du Louvre (présentées en ligne depuis l’auditorium de l’établissement, compte tenu de la crise sanitaire), ont traité de « La correspondance des arts » en associant peinture et sculpture, littérature, dessin, histoire, danse, philosophie, bande dessinée…

Portant sur des œuvres et sur des artistes, les films diffusés étaient accompagnés, en direct, de rencontres avec les réalisateurs ou des spécialistes de ces créateurs. Avec cette programmation, le festival nous permet d’interroger les modalités de transmission du patrimoine artistique à travers le film.

Continuer la lecture de « Les Journées internationale du film sur l’art, 2021 »

“Cunningham”, d’Alla Kovgan (2019, 93 min)

Film sorti en salle le 1er janvier 2020.
Pour Merce Cunningham, mort à 90 ans en 2009, « tout mouvement est possible pour danser, y compris l’immobilité », et, par divers témoignages, on apprend que les recherches du chorégraphe ont fait découvrir des possibilités insoupçonnées. C’est ce qu’on peut retrouver tout au long du film, qui, reprenant des danses créées entre 1942 et 1972, fait entrer dans toutes sortes de ballets perpétuels, commençant par une danse dans un couloir voûté, très brillant, donnant une impression de profondeur infinie, d’une perspective illimitée, comme prélude à une suite ininterrompue et à une démultiplication d’images et de sonorités, ensemble déconcertant notamment pour les non familiers de la danse.

Le regard ainsi dispersé fait de l’écran lui-même une forme de spectacle vivant, un espace scénographique, de chorégraphie audiovisuelle ainsi que le permettent les techniques cinématographiques et numériques, en particulier par la 3D : coprésence d’écrans suivant différents découpages (placés latéralement les uns les autres, bien partagés entre plusieurs images de dimensions différentes, composant une sorte de quadrillage, etc.) ; enchaînements de noir et blanc et de couleurs ; successions sans transition d’un lieu à un autre, intérieur – extérieur ; passages entre ombre et luminosité ; répétitions avec un chronomètre, procédé considéré comme choquant pour certains danseurs par son caractère « froid, automatique », tandis qu’à l’opposé, il est question d’ un « espace ouvert », laissant la place « à la chance, au hasard » ; jeux sur les textes de Cunningham, dits en off et écrits au fur et à mesure qu’il parle et dans tous les sens sur l’écran comme un film d’animation…

Ainsi, il semble que toutes, ou presque, les ressources audiovisuelles soient mobilisées, créant une sensation de vision éclatée, de plongée dans un monde continuellement en mouvement, à un rythme enlevé, accéléré ou ralenti, montage à l’image, déplacements circulaires ou autres selon les espaces ; jeu sur la taille des personnages, minuscules ou tout proches ; très gros plans sur pieds, orteils, mains au piano ; danseurs et danseuses semblant soit se fondre dans l’espace, décors et costumes paraissant le prolongement les uns des autres (exemple d’un harmonieux décor de taches colorées), soit, d’abord immobiles puis se mouvant (comme sur les toits d’immeubles de New-York) dans des couleurs tranchantes, voyantes, rouge, jaune, noir… Dans cette profusion d’images, c’est la construction du film lui-même qui se laisse découvrir, tout comme on voit le travail de danse en train de se faire.