« Cannes, un éternel retour ? » : sur Cannes, le festival libre (Frédéric Chaudier, 2018, 52 min.)

Documentaire sur la création du festival international du film de Cannes en 1939. Texte dit par Charlotte Rampling[1] .
A partir d’actualités d’époque, dont certaines en couleurs, et avec des extraits de films de fiction, Cannes, le festival libre propose une histoire double : la création du premier festival de Cannes, avorté, en 1939, qui devait répondre à la Mostra de Venise, toute dévouée au fascisme et au nazisme ; les destinées de ses deux principaux initiateurs, Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-arts du Front populaire, et Philippe Erlanger, chef des services artistiques des échanges internationaux en 1938, tous deux victimes des lois antisémites durant l’occupation, le premier s’engageant dans les combats, emprisonné par le régime de Vichy et plus tard assassiné par la milice le 19 juin 1944, le second recréant le festival en 1946.

« Cannes, le festival libre » de Frédéric Chaudier, Arte tv
Continuer la lecture

Séquence 5 : La représentation française à la FIAF, images d’une transformation

Au cours de la période 1944-1970, le paysage des acteurs de la valorisation du patrimoine cinématographique en France se structure. Plusieurs configurations se succèdent, au sein desquelles la Cinémathèque française occupe une position déterminante. Lors d’une première phase, de la Libération à 1960[1], les activités sont concentrées autour de la CF, ce qui est favorisé par le subventionnement de l’association par l’Etat. Dans une deuxième phase, d’autres projets de cinémathèques-musées apparaissent, avec un volume d’activité plus modeste mais marquant néanmoins un désir de changement. Lors de la troisième phase, activée en 1968, la répartition des compétences patrimoniales entre les acteurs de droit privé[2] et l’Etat se voit parachevée par la création d’un service des archives du film au CNC. Ces transformations ont un impact sur la représentation française à la FIAF et des images en témoignent.

Continuer la lecture

Au-delà des échanges bilatéraux, une communauté internationale

A l’instar d’autres organismes patrimoniaux, les cinémathèques et archives du film interagissent au sein d’organisations internationales qui permettent de dépasser le cadre des relations institutionnelles bilatérales[1]. La Fédération internationale des archives du film est créée en juin 1938[2] par quatre organismes : la Film Library du MoMA, le Reichsfilmarchiv, la National Film Library[3] et la Cinémathèque française. Le réseau prospère après la Seconde Guerre mondiale, comme nous permet de l’observer la chrono-cartographie développée par la FIAF[4].

 

Continuer la lecture

Journée d’études « Monter/ démonter l’histoire du cinéma »

Le vendredi 1er juin 2018, l’APPIA propose une journée d’études internationale intitulée: « Monter/ démonter l’histoire du cinéma. Les archives et les anthologies cinématographiques ou audiovisuelles. » Elle intervient en point d’orgue aux réflexions menée dans le cadre de la saison « Muséalité du Mashup » en 2017. Elle bénéficie du soutien le IHTP-Institut d’histoire du temps présent et de l’ESTCA (Université Paris 8), ainsi que de la participation de Ciclic.

Elle se tiendra de 9h30 à 18h dans les locaux du CNRS, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris.

Création graphique: Marie-Camille Imbo à partir d’un Mashup d’Antek

 

Version courte en PDF: Programme APPIA 1er juin

Programme détaillé ci-après.

Les communications donneront lieu à des projections.

La participation est libre sous réserve d’inscription préalable: louis.stefany@gmail.com

Continuer la lecture

Mashup, film de remploi : une pratique au potentiel critique (1/2)

Première partie : de la création à l’archivage

L’invitation faite par l’APPIA pour sa deuxième séance « Muséalité du Mashup » pour parler de ma démarche et de mes réflexions autour du Mashup, du found footage, et plus généralement du film de remploi, était pour moi l’occasion de partager mon expérience personnelle et de la prolonger par un ensemble de références qui éclairent selon moi cette pratique, son potentiel critique et ce qu’il dit des images sources. Le temps passant très (trop) vite à l’oral, j’ai donc rédigé ce billet afin de compléter et tenter de synthétiser mon intervention.

Continuer la lecture

Images des minorités ethniques des hautes terres des Cambodge, Laos et Vietnam

Fiche de synthèse

Portail documentaire

Depuis 2006, j’ai entrepris un travail autour des images de ces « minorités » ethniques, autrement appelés « Montagnards » (une définition de ce mot est visible > ici <). Cette approche, menée pour l’essentiel en dehors de tout cadre institutionnel, s’est – pour son aspect le plus visible – concrétisée dans un site web http://www.uplandsinfo.net qui se place parmi les principaux dépositaires et diffuseurs d’images de ces populations à l’échelle mondiale (le site présente en ligne au 20/01/2016 plus de 3900 documents, ce qui est comparable à ce que peut mettre en ligne au même moment le Musée du Quai Branly avec – pour les groupes considérés – 3941 documents [hors photographies des objets des collections]). Une présentation générale en est visible à l’adresse du lien.

Habitants du village Maa' de B'Tong en 1963. Photo : Jean-Paul Barry

Habitants du village Maa’ de B’Tong en 1963. Photo : Jean-Paul Barry http://www.uplandsinfo.net

Continuer la lecture

Cinémémoire: Cinémathèque de films amateurs en PACA

Notre séance du 9 octobre 2015 à l’IHTP a été l’occasion recueillir quelques notes sur la cinémathèque Cinémémoire, réunies ici dans une fiche de synthèse.

Fiche de synthèse

lieu de conservation

Nom : Association Cinémémoire

Date de création : 2001

Lieu : Marseille

Continuer la lecture

L’Exposition Rina Sherman, ou l’entrée en patrimoine d’une documentation anthropologique

Compte Rendu 

Séance #5

La cinquième séance de l’APPIA s’est déroulée à Paris autour de l’exposition Les Années Ovahimba. Rina Sherman à la Bibliothèque nationale de France. Le groupe a été accueilli sur le site François Mitterrand. D’abord par Alain Carou, conservateur au département de l’Audiovisuel, co-commissaire de l’exposition; ensuite par Rina Sherman elle-même. Une surprise bien agréable qui a enrichi notre visite, axée, comme à l’accoutumée sur l’étude des rapports entre patrimoine et images animées.

Visite avec Rina Sherman. Séance APPIA 13/11/2015. Copyright: S.E.LOUIS

Visite avec Rina Sherman. Séance APPIA 13/11/2015. Copyright: S.E.LOUIS

Continuer la lecture

Accompagner « Amateurs d’indépendances »

Dans le cadre de la programmation cinéma, les Rendez-vous de l’Histoire organisent des séances scolaires. Le film Amateurs d’indépendances ayant été diffusé dans ce cadre, j’ai réalisé une « Fiche pédagogique » destinée à donner quelques lignes d’appréhension du film aux enseignants souhaitant l’étudier en classe.

Le modèle initial de Fiche pédagogique est celui des Rendez-vous de l’Histoire. D’abord, des éléments techniques et biographiques; ensuite, des points d’analyse.

Continuer la lecture

Les archives cinématographiques, entre art et histoire. Regards croisés des activités cinématographiques de Christian Delage et Claude Bossion

Compte Rendu 

Séance  #4

Pour la reprise du séminaire APPIA, l’idée a été de mettre en parallèle les travaux de Claude Bossion et ceux de Christian Delage, le premier cinéaste, sociologue de formation, le second historien, devenu cinéaste. Malgré une pratique différente, la démarche des deux réalisateurs reste la même : détourner un matériau historiographique en un médium narratif-cinématographique. Une tension entre pédagogie ou vulgarisation scientifique d’une part, et création artistique d’autre part pourrait exister, mais leurs films et leurs démarches rappellent que le cinéma documentaire n’est pas voué à l’information, mais bel et bien à un jeu entre dispositif filmique et sujet traité, sous le prisme du regard et du discours du cinéaste lui-même ; or dans le cas de Claude Bossion et de Christian Delage, leurs mises en scène restent des mises en scène de l’histoire.

Continuer la lecture