« La Tentation du réel, l’Agneau mystique des frères Van Eyck », de Jérôme Laffont et Joachim Thôme (2019, 66 min)

Les auteurs comparent leur « expérience sidérante » devant ce triptyque démesuré (5 x 4 mètres), au musée de Gand, à la fuite des spectateurs de cinéma lors de la projection de L’Arrivée du train en gare de La Ciotat, des frères Lumière – bien que l’on sache qu’il s’agit d’une légende. Mais importe la comparaison pour exprimer l’impression ressentie.

En effet, ce triptyque, datant de 1432, donne l’idée d’une coprésence d’extrêmes, de l’infiniment grand à l’infiniment petit. Le cinéma rend compte de ces deux « dimensions » en se faisant, selon les auteurs, « télescope ou microscope ».

Outre des mouvements de caméra de bas en haut et de haut en bas, le gigantisme de la toile est souligné par rapport à taille humaine, ombre d’une personne qui semble minuscule. Comme en contrepoint à l’immensité de l’œuvre et à la petitesse des gens, les visages des intervenants, qui s’adressent au réalisateur, sont montrés en très gros plan : commentateurs extérieurs, ils sont mis en scène non seulement analyser l’œuvre mais aussi pour rendre compte de l’échelle de plan.

Toujours en termes de taille, d’infimes détails, de quelques millimètres, peuvent être saisis grâce aux procédés du cinéma, en l’occurrence le zoom. Là, intervient un débat entre historiens : les détails sont destinés à Dieu et à l’éternité ; ou bien, ils donnent la possibilité aux commanditaires de voir les surfaces complétées au fur et à mesure de la fabrication de la toile. Cette hypothèse renvoie aussi à l’histoire économique de l’art : une œuvre de cette envergure a été commanditée par de riches marchands. En outre, l’analyse très attentive des œuvres livre des observations inattendues ou rares : les ombres sur la peau des personnages peuvent révéler leur état de santé ; un restaurateur a également repéré un regard étrangement humain à l’agneau, qui se confond avec celui des frères Van Eyck.

Tout au long du film, il est question de « réalisme révolutionnaire » du tableau ; des « formes, matières, lumières : illusions visuelles » ; des « effets de trompe l’œil » ; d’une eau qui coule et « évoque le son », etc. Autant de considérations qui conduisent les auteurs à parler d’une « expérience multimédia » à propos de ce retable, qui peut les faire penser à Andy Warhol.

Les techniques d’hier et d’aujourd’hui sont mises en relation dans une perspective scientifique. Il est dit que la peinture à l’huile permet de reproduire toutes les subtilités de la lumière. On feuillette également un ouvrage d’époque, d’un grand format : « phénomènes optiques, réflexions et réfractions ». Ce traité d’optique reste actuel quand on voit David Hockney proposer la thèse suivante : le triptyque a été réalisé avec l’aide d’un miroir grossissant, aux surfaces courbes, permettant de visualiser les ombres et les perspectives ; sans ces lentilles de miroir, il serait impossible de voir les arbres, les portraits, tels qu’ils sont représentés. Hockney en fait la démonstration esthétique et technique : il projette les arbres sur un mur avec un miroir de ce type et dessine les contours de l’image ainsi formée.

On reste sur un final étudié, à la mesure de l’œuvre et des impressions qu’elle suscite : on referme le retable, dans une demi-obscurité, sur fond musical, comme dans un moment de recueillement.

« Écho de la peinture », de Pauline Lafille (2019, 11 min)

La Bataille de San Romano, de Paolo Uccello, donne lieu à la recherche de sons qui pourraient être associés à la peinture, le son étant considéré par l’auteure par comme un « aiguillon du regard », dans une démarche concernant l’histoire du sensible et l’histoire culturelle.

Il ne s’agit pas d’entreprendre une « sonorisation » de la toile, mais d’évoquer un écho, tenant les traits de la toile comme une anticipation des lignes sonores et proposant une gamme de sonorités : exemple d’un fond sonore lointain, assourdi, suivi de notes plus claires ; ou bien, en animant le tableau pour faire ressortir des sons, avant de revenir image fixe. Dans cette perspective de bruitage du tableau, la réalisatrice avance « espérer que la peinture se mette à parler, comme le cinéma ».

Evoquer ou susciter des sons, faire appel à d’autres sens que la vue, sont là d’autres potentialités d’une œuvre, que le cinéma peut rendre concrètes.

« ‘Le Verrou’, Fragonard, vers 1775-1777», d’Alain Jaubert (1992, 30 min)

Un homme et une femme dans une chambre, dans un mouvement d’étreinte, l’homme poussant le verrou de la porte. Le film procède à une sorte de reconstitution rapide : avancée sur la porte de la chambre, rires off, halètements, tout en se déplaçant sur le tableau, comme une invite à entrer dans une scène, ouvrant sur une description détaillée, accompagnée d’un chant lyrique.

En reprenant les différents dessins sur le sujet, la toile, marquant une plus ou moins grande proximité de ces exercices préparatoires, peut être considérée comme un instantané, la saisie du moment d’une action, ensemble de dessins réunis en un seul plan, manière aussi de rendre compte d’une temporalité. On assiste à une « composition agrandie et simplifiée pour ne pas distraire le regard », le film soulignant par des traits de couleur « la diagonale de la lumière et un réseau de plis modulés ».

Continuer la lecture de « « ‘Le Verrou’, Fragonard, vers 1775-1777», d’Alain Jaubert (1992, 30 min) »

« Hokusai, La Vague – La Menace suspendue », d’Alain Jaubert (1999, 30 min)

Dans La Vague (1831), par Hokusai (1760-1849), un désastre est évoqué la menace d’engloutissement d’une frêle barque chargée de marins par une gigantesque vague, dont les traits suggèrent l’amorce, le développement, le déferlement, manière aussi d’intégrer le temps dans un tableau.

Continuer la lecture de « « Hokusai, La Vague – La Menace suspendue », d’Alain Jaubert (1999, 30 min) »

« Géricault, Le Radeau de la Méduse – La Beauté du désastre », d’Alain Jaubert (2002, 30 min)

Pour Le Radeau de La Méduse (1818-1819), de Théodore Géricault (1791-1824), représentant les 147 rescapés du naufrage de « La Méduse » (dont 15 ont survécu 13 jours entassés sur un radeau, et se sont livrés à l’anthropophagie), « Théodore Géricault tente de raconter tout en une seule scène » : c’est ainsi que le commentaire explique la manière dont le temps est intégré dans une image fixe. Cette voix off est là aussi pour indiquer les sources d’inspiration et les moyens utilisés pour exprimer la douleur vécue par les naufragés : on apprend ainsi que le peintre a emprunté des cadavres pour analyser la tonalité des chaires mortes, démarche esthétique qui a eu pour conséquence une accusation à l’époque d’un « goût morbide » ; de même, pour montrer la souffrance collective, il avait peint des « corps entrelacés », représentation qui a suscité l’ironie considérant une forme d’érotisme dans cette vision ; ou encore qu’il avait assisté en Angleterre à la « monstruosité placide des exécution ». Enfin, peindre des visages tournés vers les spectateurs dans un tableau qui peut être considéré comme un « monument d’excès » fournit un exemple de la modernité du peintre.

« Palettes », d’Alain Jaubert

« Palettes » donne un exemple d’utilisation du cinéma en explorant les toiles par d’amples mouvements de caméra, de l’ensemble au détail et inversement, description fine de toutes les parties du tableau, accompagnée d’un commentaire « off » sur un ton bien affirmé, sans emphase, comme pour une visite guidée, sans se montrer prescripteur.

La collection suit une méthode consistant à faire l’historique de l’œuvre, des origines (esquisses, dessins préparatoires représentant le geste de l’artiste) jusqu’à sa postérité (sa réception au fil du temps, la circulation de l’œuvre, son entrée au musée ou en collection), en passant par des données biographiques de l’auteur, le tout en s’appuyant sur une large documentation – archives, textes d’époque, ouvrages, lettres, manuscrits, gravures, etc. – et donnant le sentiment d’une enquête minutieusement menée, donnant lieu à une reconstitution très élaborée.

Afin de mettre en valeur la composition picturale de l’œuvre, les films recourent à différents moyens, comme des traits ou flèches en couleurs sur la toile, désignant des parties du tableau à bien observer (personnages, objets, dispositions sur la toile), faisant ainsi prendre aux films un caractère pédagogique (non recherché à l’origine, selon le réalisateur).

« Le Subtil Oiseleur, Foucault de Vélasquez à Picasso », d’Alain Jaubert (2020, 60 min)

Narration par Fanny Ardant.

A l’origine, un texte de Michel Foucault, rédigé d’après une proposition de la Galerie Maeght en 1970, sur le thème de la disparition du peintre, d’après Les Ménines, de Diego Velázquez (1656-1657), écrit resté sans suite à l’époque, et qui avait pour objet la recherche des traces laissées par le peintre. Le tableau, pour sa part, avait inspiré à Picasso 58 variations (1957).

Continuer la lecture de « « Le Subtil Oiseleur, Foucault de Vélasquez à Picasso », d’Alain Jaubert (2020, 60 min) »

A propos de «Cannes 1939, le festival n’aura pas lieu», film de Julien Ouguergouz

Ce documentaire sur le projet de création du festival international du film de Cannes en 1939 écrit par Julien Ouguergouz et Olivier Loubès, a été diffusé dans le cadre de l’émission « La case du siècle » sur France 5, le 12 mai 2019 (52 mn). 1

Continuer la lecture de « A propos de «Cannes 1939, le festival n’aura pas lieu», film de Julien Ouguergouz »

  1. Fiche Inathèque : http://inatheque.ina.fr/doc/TV-RADIO/TV_6443815.001/cannes-1939-le-festival-n-aura-pas-lieu?rang=1 []

« Cannes, un éternel retour ? » : sur Cannes, le festival libre (Frédéric Chaudier, 2018, 52 min.)

Documentaire sur la création du festival international du film de Cannes en 1939. Texte dit par Charlotte Rampling[1] .
A partir d’actualités d’époque, dont certaines en couleurs, et avec des extraits de films de fiction, Cannes, le festival libre propose une histoire double : la création du premier festival de Cannes, avorté, en 1939, qui devait répondre à la Mostra de Venise, toute dévouée au fascisme et au nazisme ; les destinées de ses deux principaux initiateurs, Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-arts du Front populaire, et Philippe Erlanger, chef des services artistiques des échanges internationaux en 1938, tous deux victimes des lois antisémites durant l’occupation, le premier s’engageant dans les combats, emprisonné par le régime de Vichy et plus tard assassiné par la milice le 19 juin 1944, le second recréant le festival en 1946.

« Cannes, le festival libre » de Frédéric Chaudier, Arte tv
Continuer la lecture de « « Cannes, un éternel retour ? » : sur Cannes, le festival libre (Frédéric Chaudier, 2018, 52 min.) »

Cannes 1939-Orléans 2019: la ville exposée à l’événement?

Le festival Cannes 1939-Orléans 2019 a donné lieu à de nombreuses manifestations cinématographiques, présentées dans un précédent billet. L’événement s’étendait, cependant, au-delà des salles obscures: se déployant visuellement à l’échelle de la ville.

Théâtre d’Orléans – Façade – Arrivée au festival © IHTP – UMR 8244 – CNRS-Paris 8

Continuer la lecture de « Cannes 1939-Orléans 2019: la ville exposée à l’événement? »

Cannes 1939-Orléans 2019: retour sur un festival

Conçu comme un « grand événement culturel, festif et populaire », le festival Cannes 1939-Orléans 2019 constitue une manifestation cinématographique patrimoniale d’un genre assez nouveau – sinon unique. Il s’est agi en effet de faire voir la sélection initialement prévue en 1939, mais que personne de vit, du fait de l’entrée en guerre, tout en l’intégrant dans une série d’évocations historiques et mémorielles.

Continuer la lecture de « Cannes 1939-Orléans 2019: retour sur un festival »

Autour des « Comiques Transatlantiques »…

Titre : Comiques Transatlantiques, de Linder à Chaplin (1910-1925)

La Fondation présente l’exposition d’affiches, photos et documents, au rez-de-chaussée et en sous-sol avant la salle de projection.
Affiches, photos et dessins, en grand nombre, documents originaux, en vitrine et sur les murs, montrent des figures très expressives, suggèrent le mouvement que les spectateurs vont découvrir en film (exemple de Little Moritz), ou bien imposent un personnage, les films s’inspirant les uns des autres, réalisés par échanges, imitations, copies etc. L’ensemble donne une impression de vitalité, d’inventivité, pour un moyen d’expression encore neuf et un genre en grande évolution, sous l’influence en particulier des cinéastes américains, Charlie Chaplin en premier lieu.

Continuer la lecture de « Autour des « Comiques Transatlantiques »… »

Présentation d’une Table Mashup à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Table Mashup – capture http://www.mashuptable.fr/

Dispositif de manipulation de la matière filmique, la table permet recréer des films en associant des extraits, selon le principe du mashup. Il s’agit d’une table avec écran. le choix des films s’effectue en posant des cartes sur une surface et en les plaçant les unes après les autres, au gré de ses envies, les faisant bouger, et en choisissant des sons à partir de cartes, son évoluant selon sa place sur l’écran, etc.

A l’heure d’une dématérialisation qui se généralise, associer des supports de différentes natures, outil numérique, cartes en papier peut se concevoir – non comme un retour aux sources et encore moins comme une régression – comme une innovation. Il s’agit en effet de tirer parti des ressources existantes et de leurs potentialités, qui se renforcent les unes les autres. Les techniques les plus avancées et toujours en progression proviennent d’autres techniques plus anciennes, chacune apportant sa contribution, résultats d’évolutions de long terme.

Table Mashup, Romuald Beugnon, 2019. D. R.

Lors de l’exposition Comiques transatlantiques, Romuald Beugnon a présenté une table mashup. Il a alors parlé de « rematérialisation », jouant des cartes et des écrans, opération manuelle, ludique et créatrice, utilisant des cartes pour choisir sons et musiques, en pouvant procéder à montage, bruitage, mixage, ouvrant sur une infinité de possibilités. Cette table se veut un outil de recréation, d’appropriation, de collaboration, avec des objets qu’on peut toucher, partager, etc., manière de ne pas rester uniquement dans le virtuel.

La table, qui existe en support démontable pour démonstration, propose, dit le réalisateur, une « quatrième génération d’interface, en passant de clavier à souris, puis de tactile à tangible » ; elle permet de « Faire du soi avec de l’autre ».

De « Peau d’âne » (1970) à « Peau d’âme » (2017) : Pour une archéologie d’un tournage

 

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film : la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018

Depuis 2012, une équipe d’archéologie, dirigée par Olivier Weller, chercheur au CNRS à l’UMR Trajectoires, a mené des fouilles sur les lieux de tournage du film de Jacques Demy, Peau d’âne (1970), réalisé d’après le conte de Charles Perrault, avec Catherine Deneuve, Jean Marais, Delphine Seyrig, Jacques Perrin.
Les fouilles ont porté en particulier dans le parc du château de Neuville, à Gambay, dans les Yvelines (78), où avaient été construits  les décors de la cabane de « Peau d’âne » et du repaire de la fée, sa marraine.
Ces opérations de fouilles archéologiques ont donné lieu à un film, Peau d’Ame, de Pierre Oscar Levy et Olivier Weller (2017), cf. Shellac, distributeur de Peau d’Ame (cf. livret sur le film, shellac-peau-dame-document-2353).

Dans le cadre des Journées nationales de l’archéologie, l’École nationale des chartes (75002) –  ENC_ProgrammeJournéesArcheol16juin2018 –  a proposé, le 16 juin 2018, des conférences, dont l’une d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film : la fouille d’un conte de fée (Peau d’âne, Demy 1970) ». Continuer la lecture de « De « Peau d’âne » (1970) à « Peau d’âme » (2017) : Pour une archéologie d’un tournage »