Autour des “Comiques Transatlantiques”…

Titre : Comiques Transatlantiques, de Linder à Chaplin (1910-1925)

La Fondation présente l’exposition d’affiches, photos et documents, au rez-de-chaussée et en sous-sol avant la salle de projection.
Affiches, photos et dessins, en grand nombre, documents originaux, en vitrine et sur les murs, montrent des figures très expressives, suggèrent le mouvement que les spectateurs vont découvrir en film (exemple de Little Moritz), ou bien imposent un personnage, les films s’inspirant les uns des autres, réalisés par échanges, imitations, copies etc. L’ensemble donne une impression de vitalité, d’inventivité, pour un moyen d’expression encore neuf et un genre en grande évolution, sous l’influence en particulier des cinéastes américains, Charlie Chaplin en premier lieu.

Continuer la lecture

Présentation d’une Table Mashup à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Table Mashup – capture http://www.mashuptable.fr/

Dispositif de manipulation de la matière filmique, la table permet recréer des films en associant des extraits, selon le principe du mashup. Il s’agit d’une table avec écran. le choix des films s’effectue en posant des cartes sur une surface et en les plaçant les unes après les autres, au gré de ses envies, les faisant bouger, et en choisissant des sons à partir de cartes, son évoluant selon sa place sur l’écran, etc.

A l’heure d’une dématérialisation qui se généralise, associer des supports de différentes natures, outil numérique, cartes en papier peut se concevoir – non comme un retour aux sources et encore moins comme une régression – comme une innovation. Il s’agit en effet de tirer parti des ressources existantes et de leurs potentialités, qui se renforcent les unes les autres. Les techniques les plus avancées et toujours en progression proviennent d’autres techniques plus anciennes, chacune apportant sa contribution, résultats d’évolutions de long terme.

Table Mashup, Romuald Beugnon, 2019. D. R.

Lors de l’exposition Comiques transatlantiques, Romuald Beugnon a présenté une table mashup. Il a alors parlé de « rematérialisation », jouant des cartes et des écrans, opération manuelle, ludique et créatrice, utilisant des cartes pour choisir sons et musiques, en pouvant procéder à montage, bruitage, mixage, ouvrant sur une infinité de possibilités. Cette table se veut un outil de recréation, d’appropriation, de collaboration, avec des objets qu’on peut toucher, partager, etc., manière de ne pas rester uniquement dans le virtuel.

La table, qui existe en support démontable pour démonstration, propose, dit le réalisateur, une « quatrième génération d’interface, en passant de clavier à souris, puis de tactile à tangible » ; elle permet de « Faire du soi avec de l’autre ».

De « Peau d’âne » (1970) à « Peau d’âme » (2017) : Pour une archéologie d’un tournage

 

Conférence d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film : la fouille d’un conte de fée (“Peau d’âne”, Demy 1970) », École des chartes, 16 juin 2018

Depuis 2012, une équipe d’archéologie, dirigée par Olivier Weller, chercheur au CNRS à l’UMR Trajectoires, a mené des fouilles sur les lieux de tournage du film de Jacques Demy, Peau d’âne (1970), réalisé d’après le conte de Charles Perrault, avec Catherine Deneuve, Jean Marais, Delphine Seyrig, Jacques Perrin.
Les fouilles ont porté en particulier dans le parc du château de Neuville, à Gambay, dans les Yvelines (78), où avaient été construits  les décors de la cabane de « Peau d’âne » et du repaire de la fée, sa marraine.
Ces opérations de fouilles archéologiques ont donné lieu à un film, Peau d’Ame, de Pierre Oscar Levy et Olivier Weller (2017), cf. Shellac, distributeur de Peau d’Ame (cf. livret sur le film, shellac-peau-dame-document-2353).

Dans le cadre des Journées nationales de l’archéologie, l’École nationale des chartes (75002) –  ENC_ProgrammeJournéesArcheol16juin2018 –  a proposé, le 16 juin 2018, des conférences, dont l’une d’Olivier Weller, « Archéologie d’un film : la fouille d’un conte de fée (Peau d’âne, Demy 1970) ». Continuer la lecture

Chris Marker, les 7 vies d’un cinéaste

Fiche de synthèse sur l’exposition temporaire
Chris Marker, les 7 vies d’un cinéaste

Chris Marker (1921-2012), cinéaste, a créé une œuvre multiforme en images fixes et animées, et en écrits, sur toutes sortes de support (pellicule, vidéo, bande sonore, numérique, papier, photographie). Tout au long de sa vie, il s’est approprié les évolutions et les découvertes techniques, lui-même étant un inventeur (la mise au point de logiciels par exemple), tout en s’associant avec d’autres créateurs, cinéastes, artistes, inventeurs, intellectuels, etc., en intégrant des larges influences, d’Alfred Hitchcock à Alexandre Medvedkine, en passant par Armand Gatti, Simone Signoret, André Bazin, Pierre Schaeffer…

Continuer la lecture

Montmartre décor de cinéma

Fiche de synthèse sur l’exposition temporaire

Montmartre décor de cinéma

Le quartier de Montmartre à Paris (18ème arrondissement, et limites du 9ème) fait l’objet de tournages de films depuis plus d’un siècle, soit comme « décor naturel », soit en tant que reconstitution.

Ses bâtiments, places et monuments emblématiques (comme le Moulin rouge, la basilique du Sacré-Cœur, la butte Montmartre, la place du tertre) et les noms associés au quartier (Pigalle, Barbès) se retrouvent dans bien des films, de toutes époques et de tous genres (dramatique, comique, policier, historique, etc.). Des films français en grande majorité, et quelques films américains. Depuis Onésime débute au théâtre, de Jean Durand (1913), avec une poursuite sur les toits du Gaumont Palace (immense salle située place Clichy à l’époque), au Fabuleux destin d’Amélie Poulain, de Jean-Pierre Jeunet (2001), en passant par des réalisations aussi diverses que Juliette ou la clé des songes, de Marcel Carné (1950), Baisers volés de François Truffaut (1968), Moulin Rouge (de John Huston, 1952 ; de Baz Luhrmann, 2001), ou Pigalle, de Karim Dridi (1994).

Affiches, photos, documents écrits, extraits de films composent l’exposition présentée, sur deux étages, au Musée de Montmartre – Jardins Renoir.

Continuer la lecture

Jean Rouch, l’Homme-Cinéma

Fiche de synthèse sur l’exposition temporaire

Jean Rouch, l’homme caméra

Dans le cadre des manifestations organisées à l’occasion du centenaire de la naissance de Jean Rouch (1917-2004),  la BnF présente une synthèse de l’œuvre cinématographique, scientifique et technique du cinéaste et anthropologue. Photographies,  films,  documents écrits,  objets techniques retracent la démarche de Jean Rouch :  idée de réalisation collective; importance de l’enregistrement sonore; travail dans la durée…
Pour Jean Rouch, le cinéma était conçu comme lien et moyen d’échange entre cultures, entre générations, et toujours matière à réflexion. Il était bien un “Homme-cinéma”, expression faisant évidemment penser à L’homme à la caméra, de Dziga Vertov, une référence pour l’ethnologue, selon laquelle la caméra peut aller partout : cf. ci-dessous les thématiques traitées dans l’exposition, des rituels de possession jusqu’à la vie en métropole, en passant par  la mise en scène du corps ou la mise au point de techniques d’enregistrement visuel et sonore. Un parcours est ainsi proposé par cet ensemble de travaux, de nature à constituer un patrimoine, matériel (les productions cinématographiques) et immatériel (les pratiques filmées et transmises par le cinéma).

Continuer la lecture

Le Brady, 60 ans de projections

Fiche de synthèse sur

l’exposition temporaire Le Brady, 60 ans de projections

Le Brady, dans le 10ème arrondissement de Paris, donne l’exemple d’une salle qui a résisté aux transformations de l’exploitation à l’heure où la plupart des cinéma de quartier ont désormais disparu, qui a su continuer à proposer des programmations très variées et à se reconvertir techniquement, comme le montrent les affiches, programmes et photographies de l’exposition. Cette dernière attache également de l’importance aux métiers et savoir-faire via des documents relatifs aux projections par exemple, qui donnent également l’occasion de mettre en valeur la culture populaire à la fois par la salle et par le quartier.
Le caractère patrimonial de la salle est mis en avant tout en donnant lieu à un certain fétichisme, qui va de pair avec les programmes de films de genre, horreur, épouvante, érotisme, qui ont fait la réputation de ce cinéma pendant une trentaine d’années. Mais Le Brady montre aussi des cinématographies peu connues (comme les films indiens). Il a été notamment la propriété de Jean-Pierre Mocky à partir de 1994 pour une quinzaine d’années et a été classé « Art et essai » en 2014, l’histoire de la salle illustrant une certaine idée du cinéma.

Exposition « Le Brady 60 ans de projections »

Affiche de l’exposition « Le Brady 60 ans de projections »
© Ruppert & Mulot

Continuer la lecture

Gaumont – Le train du cinéma

Fiche de synthèse sur

l’exposition temporaire Gaumont – Le train du cinéma

Après l’exposition Gaumont 120 ans de cinéma (au 104 à Paris, 15 avril – 15 août 2015), un partenariat Gaumont, la SNCF et le Syndicat des transports d’Île-de-France (STIF) continue de célébrer le cinéma. Un train du RER francilien est entièrement décoré, par des affiches, photos, inscriptions de répliques, etc., l’ensemble constituant une “exposition itinérante“.

Toutes ces images, composant une forme de vitrine, sont une manière de revenir sur l’histoire du cinéma et sur l’histoire de Gaumont (images des frères Lumière et de Léon Gaumont; présentation des films de Charlot; photo de L’arrivée du train en gare de La Ciotat; photos du Gaumont-Palace; cinéma des années 1930-1970 jusqu’à aujourd’hui, etc.). Elles font appel à la mémoire collective (exemples des répliques des Tontons flingueurs, de Georges Lautner; des images du Grand Bleu, de Luc Besson; des “trognes” des Visiteurs, de Christian Clavier; des visages de vedettes,  Bernadette Lafond, Jean-Claude Brialy, Yves Montand, Fernandel, etc.).

Une invite pour se distraire en regardant photos, affiches et textes comme à déambuler dans les wagons; en levant ou baissant les yeux, il y a toujours quelque chose à voir.

Gaumont, SNCF et le STIF célèbrent ensemble les 120 ans du cinéma

Gaumont, SNCF et le STIF célèbrent ensemble les 120 ans du cinéma – Photo du Dossier de presse

Continuer la lecture

Lumière ! Le cinéma inventé

Fiche de synthèse sur

l’exposition temporaire “Lumière ! Le cinéma inventé”

L’exposition “Lumière !” au Grand Palais à Paris vise à rendre compte de toutes les facettes du Cinématographe créé par Louis et Auguste Lumière : industrielle, familiale, esthétique, culturelle, patrimoniale. Elle rend compte également d’autres de leurs inventions relatives à l’image (comme les autochromes, la photographie étant un autre domaine de prédilection de deux frères), ainsi que des évolutions techniques du cinéma depuis 120 ans, jusqu’au numérique d’aujourd’hui. Une large place est aussi accordée à la découverte du monde rendue possible par le cinématographe, images rapportées par les “opérateurs Lumière”, les quelque 1400 films tournés entre 1895 et 1905 étant présentés dans l’exposition.

Affiche Exposition "Lumière" Grand Palais

Affiche Exposition “Lumière !”
Grand Palais, Paris, 2015

Continuer la lecture

Gaumont 120 ans de cinéma

Fiche de synthèse sur

l’exposition temporaire Gaumont 120 ans de Cinéma

A travers cette exposition commémorative, Gaumont, l’une des deux plus grandes et anciennes compagnies françaises de cinéma, propose un survol de ces activités, depuis les débuts du cinématographe jusqu’à aujourd’hui. Le 104, qui se présente comme un “espace de vie artistique et culturel permanent”, et la ville de Paris, qui fait en permanence la promotion du cinéma, offrent un espace à la célébration de ces 120 ans de création, production, distribution, exploitation. Le 104 était un lieu tout désigné pour cette exposition, par sa proximité géographique et historique de Gaumont (à l’origine installée dans le 19ème arrondissement de Paris); Gaumont comme le 104 affichent avec cette exposition leur volonté de s’adresser au public populaire. L’exposition associe le patrimoine cinématographique  de Gaumont et l’art contemporain (des œuvres d’Annette Messager évoquant films et stars; une “installation lumineuse et interactive” d’Alain Fleischer), répondant aussi à la vocation du 104 d’accueillir toutes les esthétiques .

Exposition Gaumont 120 ans. Affiche

Exposition Gaumont 120 ans. Affiche

Continuer la lecture