Exposition en ligne « Frames of Reconstruction. Réalités et visions de l’Europe retrouvée.  Le film documentaire dans la culture visuelle de l’après-guerre ».

Début octobre 2022 a été inaugurée l’exposition en ligne « Frames of Reconstruction », réalisée par l’équipe européenne du projet de recherche ViCTOR-E (Visual Culture of Trauma, Obliteration, and Reconstruction in Post-WW II Europe). Le cinéma de non-fiction sert de fil rouge à cette exposition qui retrace l’histoire visuelle de la Reconstruction de l’Europe de l’après-Seconde Guerre mondiale. À la fois média, témoin et agent des transformations de l’après-guerre, le cinéma de non-fiction s’inscrit à la croisée d’enjeux artistiques et esthétiques, mais aussi politiques, culturels, sociétaux et économiques. L’exposition propose une sélection de certains de ces films (une centaine) réalisés en Europe entre 1944-45 et 1956.

Page d’accueil de l’exposition, consultable à l’adresse https://www.frames-reconstruction.eu/
  • L’exposition et ses contenus

L’exposition met d’abord en avant le rôle du cinéma dans la diffusion des informations après la guerre et souligne sa contribution à renouer des liens « à distance », alors que les déplacements en Europe sont encore compliqués après la guerre. Elle donne accès aux images filmées des déplacements de population en Europe (retour des prisonniers de guerre et des déportés, exil forcé de certains groupes comme les Allemands des Sudètes) et aux images des infrastructures et des monuments détruits pendant la guerre. Le cinéma joue alors un rôle central en façonnant de nouvelles représentations qui incitent à se détourner des traumatismes de la guerre pour imaginer un avenir meilleur. Les tensions qui surviennent au début de la guerre froide renforcent d’autant plus le recours au cinéma pour valoriser les progrès de la Reconstruction et l’amélioration des conditions de vie.

Vignette de présentation du film Le Chant des fleuves (Joris Ivens, RDA, 1954) dans l’exposition

En outre, l’articulation de ces films avec une variété de documents visuels (affiches, photographies, dessins, documents d’archive) inscrit le cinéma de non-fiction dans une culture visuelle plus large et montre la circulation de certains motifs d’un média à l’autre.

Aperçu d’un chapitre constitué d’entretiens filmés, d’extraits de films, d’une photographie et d’une affiche publicitaire.

L’exposition propose aussi une série inédite d’entretiens filmés en 2020 et 2021 avec des témoins originaires d’Allemagne, de France, d’Italie et de la République tchèque qui partagent leurs souvenirs et leurs trajectoires dans l’après-guerre.

Aperçu des entretiens filmés avec des témoins
  • Les différentes voies d’accès aux contenus

L’un des points de départ de l’exposition reposait sur le constat partagé qu’en dépit de la numérisation accrue des films de non-fiction, ceux-ci restaient largement méconnus voire difficiles d’accès. L’exposition en ligne « Frames of Reconstruction » ambitionne dès lors de valoriser ces films issus de fonds très divers, répartis dans plusieurs régions d’Europe, en les faisant dialoguer. De même, le format choisi – celui d’une exposition exclusivement en ligne – présente l’avantage de permettre une accessibilité élargie à l’ensemble des continents, mais comporte aussi les risques d’une obsolescence et d’une attractivité potentiellement moins grande que celle proposée par l’expérience d’une exposition « in situ ». Pour répondre à ces défis, l’équipe de recherche a en premier lieu opté pour un design lisible qui permet une navigation la plus fluide et intuitive possible. Concrètement, cela se traduit par la mise en avant des différentes voies d’accès au contenu. L’exploration de l’exposition est en effet possible soit par chapitres thématiques (quatre chapitres intitulés « Le nouveau monde à l’écran » ; « Reconstructions du passé et construction de l’avenir » ; « À l’intérieur et à l’extérieur des frontières » ; « Société et vie quotidienne »), soit via une carte, une frise historique, les portraits de personnalités et des témoins interrogés, ou par mots clés (« Est & Ouest », « rural & urbain », « valeurs familiales », « racisme et exotisme », etc.).

Carte par laquelle accéder au contenu
Frise historique sur laquelle sont placés les extraits de films de l’exposition
Liste des mots clés
  • En complément un kit pédagogique et une collection numérique sur European Film Gateway

Par ailleurs, pour assurer la pérennité de l’exposition, celle-ci se complète d’un kit pédagogique proposant des activités à partir du contenu de l’exposition et en lien avec le programme scolaire. Ce matériel pédagogique contient des outils pour les enseignants et des exemples de leçons destinées à leurs élèves, autour notamment des crimes de guerre, des ruines de monuments ou de la Reconstruction des infrastructures. Le kit s’adosse à la plateforme européenne Historiana.eu, qui propose aux enseignants d’histoire européens des contenus pédagogiques élaborés à partir d’images et de films.

Aperçu du matériel pédagogique proposé dans l’exposition

D’autre part, l’exposition a été conçue et réalisée en étroite collaboration avec le portail European Film Gateway (EFG) qui donne accès aux collections numérisées de cinémathèques et d’archives européennes. Ce partenariat entre l’équipe ViCTOR-E et l’EFG permet non seulement de garantir la pérennité fonctionnelle de l’exposition (l’EFG s’assure de l’accessibilité du site et de la mise à jour des droits des films), mais aussi de renvoyer les chercheurs et les chercheuses vers l’intégralité du corpus de films numérisés étudié par ViCTOR-E. L’EFG met en effet à disposition plus de 600 films sur lesquels se sont appuyées les recherches de l’équipe européenne et dont une partie seulement a été sélectionnée pour l’exposition « Frames of Reconstruction ».

647 films consultables sur le portail EFG à l’adresse https://www.europeanfilmgateway.eu/search-efg/VICTOR-E

Enfin, l’exposition s’accompagnera en 2023 de la publication d’un ouvrage collectif aux presses universitaires d’Amsterdam. Intitulé Nonfiction Cinema in Postwar Europe. Visual Culture and Reconstruction of Public Space, l’ouvrage regroupe notamment des contributions des membres allemands (de la Goethe Universität de Francfort/Main), françaises (de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), italiens (de l’Université d’Udine) et tchèques (de l’Academy of Sciences de Prague) de l’équipe. Le projet ViCTOR-E s’est déroulé de 2019 à 2022. Il faisait partie des projets sélectionnés et financés par le programme de l’Union européenne HERA (Humanities in the European Research Area) et il était dirigé par Prof. Vinzenz Hediger.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search