L’Œil, le pinceau et le cinématographe. Naissance d’un art

En lien avec l’exposition Enfin le cinéma!, APPIA propose une fiche sur le documentaire : L’Œil, le pinceau et le cinématographe. Naissance d’un art, Stefan Cornic, Arte France, Beal Productions, Musées d’Orsay et de l’Orangerie, 2020, 53 min. ; produit par Jean-Marie Nizan ; voix : Vimala Pons

« Révolutionnaire » : le film utilise le terme à plusieurs reprises à propos des machines et appareils, ainsi que pour les manières de représenter le mouvement, dans la période du XIXe-XXe siècle : exemple-type de l’association du train et du cinématographe, qui donne lieu au travelling – technique si courante depuis longtemps, et dont on voit ici des traces de son histoire. Dans cette perspective, il est logique de parler d’« expérience » chez les individus et le public en général, dans leurs possibilités désormais de percevoir le monde. Mais il sera également fait état du caractère « standard du regard » qu’imposera plus tard le cinématographe – devenu cinéma.

En matière de regard, la même époque connaît d’autres bouleversements tout aussi décisifs : le paysage urbain connaît une « dynamique de transformation », notamment par une nouvelle organisation des circuits et moyens de déplacements, offrant ainsi une « multiplicité de points de vue ». D’où une conquête de l’espace, le monde – quotidien ou lointain – en pleine mutation devenant spectacle permanent. La comparaison de la ville avec le théâtre est explicite lorsque le balcon des appartements parisiens voulus par Haussmann est comparé à une « loge généralisée ». Sans compter encore avec d’autres appareillages et équipements : que de scènes à découvrir des prises de vues en ballon de Nadar !

Attraction et divertissement aussi dans la maîtrise du temps : prises d’instantanés de Henri Rivière, train filmé au ralenti, film projeté en arrière… Qui plus est, saisir le temps ouvre sur une autre perspective : la constitution de récits. Raconter des histoires fait logiquement remonter à la peinture, laquelle se voit à son tour combinée avec le cinéma : une méthode d’examen minutieux d’un tableau permet d’y repérer une « multiplicité de petites histoires reprises dans le flot du temps par le cinéma ».

Comme pour de nombreuses inventions, celle du Cinématographe associe à la fois continuité et rupture. Les passages de tableau à film rapprochent ces modes de représentation qui offrent des points communs aux regards : sont mises en évidence des perspectives proches, des visions similaires. La lumière est pour sa part considérée par les impressionnistes comme un « objet physique » et on sait combien elle est inhérente au cinéma.

C’est ainsi que les temporalités – « avant, pendant, après »  – figurent dans les images filmées, étant entendu, comme il l’est bien précisé, que l’image figée – photographie, dessin- fait partie du mouvement, elle en est un moment, une suite de scènes faisant récit. Et le cinématographe continuera à se perfectionner par les sciences et techniques, avec les traitements de l’image, la couleur, le montage…

Concernant les récits, le cinématographe suivra la tendance des représentations picturales antérieures consistant à raconter l’Histoire et ses récits héroïques, à relater événements et actualités, offrant ainsi un « répertoire » de sujets à filmer, patrimoine disponible et renouvelable. Une autre source tient dans les feuilletons des journaux ou les tableaux vivants du Musée Grévin – exemple de Ferdinand Zecca en 1901, qui ajoutera à ces récits les représentations mentales du rêve.

Se retrouve une même volonté de raconter des histoires de la part d’Alice Guy ou de Georges Méliès. On relève aussi une évolution visible de l’image par la « mise en scène de certains films Lumière », la sortie des célèbres « Usines » lyonnaises ou la légendaire « Arrivée du train en gare de La Ciotat ». A propos de ce dernier film, on ne manque pas, très pertinemment, de rappeler l’accident à la gare Montparnasse à Paris, en octobre 1895 – locomotive qui a traversé une verrière et est tombée sur un quai : image marquant la mémoire et objet de curiosité, suscitant au moins autant de commentaires que la découverte des premiers films en décembre de la même année.

Le cinématographe s’inscrit ainsi dans un courant de modernité scientifique, technique, économique, culturelle : on connaît l’intérêt pour le train, dès le milieu du XIXe siècle, de Turner et plus tard de Monet ; les gares sont qualifiées de « nouvelles cathédrales de l’industrie » ; la presse illustrée se répand ; à son échelle, l’individu a sous les yeux et dans la main les images sur les boîtes d’allumettes, tandis que les affiches des grands magasins s’imposent à la vue de tous, faisant de Paris une « immense ville – écran »…

Par le cinéma, on peut assister à une évolution de grande ampleur, sans doute inconnue jusqu’alors, tenant dans la « fusion théâtre, littérature, architecture, peinture, photographie », ce qui fait dire que le cinéma semble résulter de « 400 ans d’expérimentation » – en passant par les incontournables pionniers Muybridge, Marey, Reynaud. Le film lui-même semble se livrer à des applications techniques ou à des fantaisies en reprenant les dessins des travaux dans les rues : les grues de chantier se mettent à bouger, comme pour répéter l’ancestrale technique des vues animées.

Association originale et sans doute inédite par son ampleur, « peintres, scientifiques, photographes, opérateurs de prises de vue », qualifiés de « magiciens des images », font part d’une « Histoire vécue et écrite » par eux-mêmes. De leur côté, les intervenants dans le film – historien de l’art, conservateur, artiste, commissaire d’exposition – partagent et visent à faire ressentir un même sentiment de grandeur et de grandiose, de valeur artistique et de légitimité culturelle pour le cinématographe naissant.

Indissociable de cet essor, l’individu, désormais partie prenante des opérations, prend tour à tour le rôle de voyageur, spectateur, flâneur et, finalement, médium lui-même, tout comme le cinéma : dans les toiles de Caillebotte, des gens font partie intégrante de la représentation, ils regardent la ville ; la fenêtre d’un train offre une « vision panoramique, pré-cinématographique » ; le trottoir roulant de l’Exposition universelle en 1900 à Paris fait des visiteurs des « caméras mobiles », pour « montrer le monde et s’y montrer » ; etc. La conclusion du film souligne d’ailleurs le rôle déterminant du public dans le développement du cinéma – dont, est-il rappelé, rien en 1900 ne disait le grand avenir qu’il avait alors et a toujours. Si le cinématographe a marqué un tournant culturel, on peut rappeler que « révolution » désigne aussi le mouvement de la Terre sur elle-même !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.