Enfin le cinéma ! Arts, images et spectacles en France, 1833-1907

Fiche de synthèse – exposition temporaire

L’exposition porte sur un ensemble de thèmes – « Vie », « Ville », « Nature », « Temps », « Voyeurs », « Réalité augmentée », « Histoire », « Salle » – qui tous ont en commun de traiter du « mouvement », le film en étant désormais l’incarnation. Les passages de l’inanimé à l’animé, par lesquels il s’agit de donner corps et âme aux objets comme à la nature, proviennent de nombreuses expérimentations visuelles et sonores des périodes passés, comme en attestent les différents appareils et machines exposées, tout en reprenant des sujets largement représentés en tableaux, comme les évènements historiques. En relation avec les évolutions techniques, urbaines, scientifiques, esthétiques, le spectacle de la ville comme celui de la nature s’offre désormais à tout le monde, photographie et cinéma venant, après la peinture, développer des tendances à l’œuvre notamment au XIXe siècle.

INFORMATIONS DE BASE

Titre  : Enfin le cinéma !
Arts, images et spectacles en France, 1833-1907

Sujet  : Les relations du cinéma des premiers temps avec la peinture et la photographie, en relation avec les courants de modernité à l’œuvre à cette époque : moyens de transport, urbanisme, découvertes scientifiques, progrès techniques, etc.

Dates : 28 septembre 2021 – 16 janvier 2022

Lieu : Musée d’Orsay, 75007 Paris

Types de publics visés : Tout public

Commissariat : Dominique Païni (commissaire général), Paul Perrin (conservateur pour la peinture au musée d’Orsay), Marie Robert (conservatrice en chef pour la peinture et le cinéma au musée d’Orsay).
Exposition organisée par les musées d’Orsay et de l’Orangerie, Paris.

Documents d’accompagnement : fascicule de présentation (8 pages), avec photos, en noir et blanc et en couleurs, tableaux et affiches, photogrammes des films projetés durant l’exposition; Catalogue d’exposition.

Environnement numérique : oui.

Manifestations corrélées :

“Autour de l’exposition”: Spectacles et performances, ciné-concert, concerts, rencontres, dans la nef et dans l’auditorium du musée. Journées d’études à la Fondation Jérôme Seydoux – Pathé,

Au musée d’Orsay : spectacles et performances, concerts, rencontres, ciné-concert, programmations de films pour les enfants, etc.

Les journées d’études, Quel regard sur le cinéma des premiers temps ?, des 6-7 décembre 2021, organisées par la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé et l’Établissement public du musée d’Orsay et de l’Orangerie Valéry Giscard d’Estaing.
Présentation générale: ici
Programme : http://www.fondation-jeromeseydoux-pathe.com/sites/default/files/Journe%CC%81e-etude-Enfin-le-cine%CC%81-211129-web%20%28002%29.pdf

Également en relation avec l’exposition : Un documentaire sur les origines du cinéma, diffusé sur Arte, en revenant sur les inventions et découvertes de l’époque (train ; appareils de prise de vue et d’enregistrement du son), l’urbanisation (le Paris haussmannien), l’exposition universelle à Paris en 1900, etc. : L’Œil, le pinceau et le cinématographe. Naissance d’un art, écrit et réalisé par Stefan Cornic (lire la fiche APPIA sur le film).

NOTES DE VISITE

Date de visite : 2 novembre 2021

  • Composants de l’exposition

Vraies choses  : Tableaux, dessins; photographies, ouvrages, manuscrit, lithographies, albums relié sur papier albuminé, jumelles, daguerréotypes, magazines, affiches, films, vues Lumière, sculptures, appareils d’enregistrement d’images et de sons, bijoux, mobilier décoré (paravents)

Substituts : Photographies, tirages originaux ou modernes, épreuves sur papier albuminé; fac-similés

Outils de présentation : cadres, vitrines, écrans suspendus ou incrustés dans un décor,

Outils de signalisation : devant la nef du musée – ancienne gare, faut-il le rappeler, lieu de mouvement permanent des personnes et des moyens de transport – grand rideau rouge : utilisation de l’espace du musée pour installer un écran faisant office d’entrée de salle de spectacle (Cf. “Signalétique” en fin de page).

Environnement plastique : Tout le long du parcours de l’exposition, très nombreux écrans suspendus ou fixés au mur ou incrustés sur un décor, écrans seuls ou regroupés, et de tailles différentes, faisant comme une composition plastique ; dispositifs de vision individuelle (pour le thème « Voyeurs » en particulier) ; succession de films de durées variables sur un même écran ; organisation d’un lieu de projection : quelques bancs dans un espace avec écran au mur (cf. dans “Notes sur la scénographie”).

  • Présence des images animées :
    Notes photographiques sur la scénographie :

9 sections: “La vie même” [introduction], “Le spectacle de la ville”, “Mouvements de la nature”, “Du temps donné à voir”, “Le corps mis à l’épreuve”, “Regards de voyeurs, corps de femmes”, “Une réalité augmentée”, “L’histoire en tableaux”, “La salle de cinéma” [conclusion].

Chaque thème est présenté en français et en anglais.

SECTION 1: “LA VIE MEME”

Le premier thème “La vie même”, de l’exposition ‘Enfin le cinéma !’

Pour “illustrer” le mouvement, le visiteur est invité à appuyer sur un bouton pour découvrir les possibilités de changement d’un visage, association peinture et cinéma : des “tableaux vivants”.

“Appuyer sur le bouton”
Visage qui se modifie

SECTION 2: “LE SPECTACLE DE LA VILLE”

Un texte – écrit en tutoiement – explique la manière de regarder un tableau, faisant passer de la peinture (cadre) au cinéma (cadrage).

Comment regarder un tableau

La ville attire les regards, elle fait l’objet de représentations en tout genre : Lyon, Paris…

Actualités : Sur des écrans dans des panneaux, sont montrées des actualités, comme la cérémonie de l’enterrement de Victor Hugo, succession de photographies, une série de prises de vues mises en mouvement.

Exemple de décors d’intérieur

Pierre Bonnard, Promenade des nourrices, frises des fiacres, 1897 – Paravent constitué d’une suite de quatre feuilles lithographiées en cinq couleurs, Paris, musée d’Orsay – Le paravent représente l’animation de la place de la Concorde à Paris (intitulé et descriptif ext rait du cartel).

“Mobilier urbain”, comme on le dira plus tard

Exemple de plaque

Mouvement : “suite de figures”…

…”spectacle vivant”, Loïe Fuller

Une exposition de la temporalité :

Série d’images de la construction de la Tour Eiffel

SECTION 3 : “MOUVEMENTS DE LA NATURE”

Sous le thème “Nature”, sont présentées des images concernant différents “éléments” :

– Eau

Film d’Alice Guy, servant à illustrer le mouvement de l’eau

– Sang

Film : “Sciences naturelles : biologie-le-sang 1899 © Collection Gaumont”

Appareils et machines produisant différents phénomènes physiques (effets lumineux, éclairs, étincelles, spectre solaire, etc.)

 

SECTION 4: “DU TEMPS DONNE A VOIR”

Vitrine “Joujoux scientifiques” qui offre le spectacle dans le cadre domestique de diverses machines mettant des images en mouvement.

Différents manières de montrer le passage du temps :

– Jour / nuit

– Saisons

En relation avec la série de toiles de Claude Monet sur la cathédrale Notre-Dame de Rouen

Des “vues Lumière” en photogrammes

SECTION 5: “LE CORPS MIS A L’EPREUVE”

Mouvements des corps et des visages, rappelant au passage les influences du cirque sur le cinématographe : acrobates et clown (légendes : génériques des films)

Représentations de danse

Techniques pré-cinématographiques (détails de la vitrine)

SECTION 6: “REGARDS DE VOYEURS, CORPS DE FEMMES”

Le texte du cartel précise que dans le cas où les cavaliers approchent, le public prend peur ; au contraire, quand les spectateurs voient “Le coucher de la Parisienne”, ils veulent entrer dans l’écran, retenus par leurs femmes.

Visionnage individuel…

Exemples de visionnage

… avant le Cinématographe

Exemples de programme “Voyeurs”

SECTION 7 : “UNE REALITE AUGMENTEE”

Le spectacle de la folie humaine, Benjamin Glaize (1872)

Détails des documents de la vitrine

Portraits réalisés par Nadar
Images d’après “la méthode Marey”

Peinture et spectacle, œuvre de Touloue-Lautrec

SECTION 8: “L’HISTOIRE EN TABLEAUX”

Traitements de sujets historiques, à la suite de peintures

SECTION 9 : “LA SALLE DE CINEMA”

Dans l’espace aménagé pour une projection, le caractère de salle de cinéma vient surtout de l’écran : le film montré propose la projection d’un film de Léonce Perret, Léonce cinématographiste, montrant des spectateurs, aussi bien la salle dans son ensemble que des « détails » (comme pour un tableau), gros plans de spectateurs, y compris homme qui fait du pied à une femme (une autre face, non artistique, du cinéma) : en somme, une mise en abyme du spectacle de cinéma.

  • Signalétique
Dans le hall d’entrée du musée
Entrée de l’exposition

Dans le parcours de l’exposition :

Indication de parcours entre les thèmes “Voyeurs” et “Réalité augmentée”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.