26 novembre 2021 : rendez-vous à la Cinémathèque française et retour d’expérience

En lien avec la publication de La Cinémathèque-Musée, une innovation cinéphile au cœur de la patrimonialisation du cinéma en France (1944-1968) à l’AFRHC et dans le cadre du partenariat de l’association avec la Cinémathèque française, deux séances des « Fenêtres sur les collections » se sont tenues le 26 novembre 2021, à 18h30 et 20h15.

Photogramme tiré du film Musée du cinéma (anonyme, 1955)

Les deux programmes proposés invitaient à s’interroger sur les modalités d’une histoire visuelle des cinémathèques à partir des films. Un premier type de contenu à cette fin semble constitué par les films de non-fiction permettant de documenter la vie de l’institution, comme des documentaires, reportages télévisés mais aussi films amateurs. Un corpus corrélé est constitué par les films de fiction donnant une représentation de l’institution. Enfin, cette tentative d’approche historique visuelle peut aussi passer par la reconstitution de programmes, bien que la pertinence d’une telle hypothèse doive être évaluée.

Photogramme issu du film Les Innocents (Bernardo Bertolucci, 2002). Représentation des mobilisations en faveur du retour de Langlois à la Cinémathèque française en 1968.

 

Dans le cas de la Cinémathèque française à la période Langlois, cette piste vaut la peine d’être explorée du fait des nombreux témoignages nous étant parvenus sur l’impact visuel des programmes que celui-ci pouvait concocter.

Nous remercions le département des Collections de la Cinémathèque française pour son accompagnement dans la concrétisation de ces deux séances, dont l’idée consistait à exhumer deux types des sources visuelles précédemment évoquées et à tenter l’expérience de reconstitution de programmes dans les conditions d’une véritable séance.

  • Principe de la programmation

La programmation de nos deux séances du 26 novembre a été établie selon le principe suivant.

1) Mettre en évidence la matrice muséale promue par la Cinémathèque française en montrant un film à vocation documentaire sur le Musée du cinéma, réalisés dans les années 1950-1960.

2) Tenter de réactiver l’expérience visuelle des spectateurs ayant regardé des programmes conçus par Langlois.

Pour ce faire, le département des collections m’a proposé une sélection de films sur le Musée du cinéma présents dans les collections de la Cinémathèque française. De mon côté, j’ai sélectionné une série de séances dont le programme me semblait propre à surprendre par ses associations. Tous étaient tirés d’une programmation intitulée « 40 ans de films d’avant-garde » proposée en 1955 par la Cinémathèque française au Musée d’art moderne de la ville de Paris. Elle me semblait particulièrement propice à cet exercice de questionnement visuel, car chaque séance était composée de courts-métrages. Chacune constituait un observatoire potentiel de l’éventuel montage visuel proposé par Langlois avec cette séance. De plus, cette programmation de 1955 me semblait particulièrement adaptée pour mettre en évidence certains points de l’histoire de la Cinémathèque française, que j’ai abordés dans mes introductions aux projections du 26 novembre (voir la synthèse publiée dans un autre billet).

  • Composition des programmes proposés

Voici le programme des deux séances qui, comme en témoigne le site de la Cinémathèque française, ont été décalées de février à novembre 2021 du fait des mesures sanitaires appliquées dans le contexte épidémique de la COVID-19.

Capture du site de la Cinémathèque française le 2 décembre 2021.

 

Séance n°1 (durée de projection 65 minutes)

Musée du cinéma (Anonyme / France / 1960 / 5 min / 16mm)

Les Foules de Lourdes (Jacques Lemare / France / 1933 / 10 min / DCP)

Le Mont Saint-Michel (Maurice Cloche / France / 1934 / 30 min / 35mm)

Peter Breughel l’Ancien (Edmond Levy, Arcady, Gérard Pignol / France / 1953 / 20 min / DCP)

Séance n°2 (durée de projection 44 minutes)

Musée du cinéma (Anonyme / France / 1955 / 3 min / 35mm)

Kipho (Guido Seeber / Allemagne / 1925 / 6 min / 16mm)

Jazz of Lights (Ian Hugo / Etats-Unis / 1954 / 15 min / 16mm)

Le Pain de Barbarie (Roger Leenhardt / France / 1949 / 20 min / 35mm)

Comme on le voit, les films des séances Langlois (signalés ici en couleurs), relèvent pour le premier programme plutôt du documentaire et du film sur l’art, alors que dans le second sont associés deux films expérimentaux et un documentaire. Le programme 1 associe quant à lui un film amateur (Les Foules de Lourdes[1]), un premier film de deux étudiants de l’IDHEC (Peter Breughel l’Ancien[2]) et un documentaire primé en festival (Le Mont Saint-Michel[3]). Le programme 2 propose quant à lui une sélection de films de cinéastes de différentes générations, déjà relativement installés dans leurs carrières au moment de ces réalisations. Le contraste du thème et du ton du film de Roger Leenhardt avec les deux précédents est certainement l’élément le plus déroutant de ce programme.

Globalement, et au-delà de l’appréciation de chaque film individuellement, leur association dans les programmes Langlois 1 et 2 donne matière à réflexion. On doit cependant garder en tête que l’origine de ces questionnements est largement ancrée dans l’expérience des spectateurs de 2021 qui cherchent, comme les y a invités, à percer un secret de programmation de Langlois.

L’autre écart qui existe entre les spectateurs de 2021 et ceux de 1955 réside dans la matérialité des films projetés. Lors de ces séances de novembre 2021, tous les films n’ont pu être montrés en pellicule. Les Foules de Lourdes a fait l’objet d’une numérisation in extremis car il était atteint du syndrome du vinaigre. Le public s’est aussi confronté à des copies en très mauvais état comme celle du Pain de Barbarie. Pour ce film, la copie d’origine, dont était issue cette copie de projection,  avait été détériorée par la fonte de la gélatine. Par conséquent, une partie de l’image et du son au début de chaque bobine était altérée ; l’expérience visuelle finale s’approchant plus du visionnage d’un found footage que du documentaire pontifiant de Leenhardt. Face à ces films détériorés, parce que quasiment tombés dans l’oubli et peu montrés, on constate la bonne fortune de Kipho ou Jazz of Lights tous deux inscrits au catalogue de Light Cone et en distribution sur des copies en bon état, en plus de celles conservées à la Cinémathèque française. On constate dès lors la nécessaire complémentarité de l’action des archives et d’autres organismes pour parvenir au sauvetage et à la transmission du plus grand ensemble possible de films constitutifs d’une histoire du cinéma dont les objets et les approches n’ont cessé de se diversifier. C’est finalement la question essentielle de la conservation des sources et des conditions matérielles de l’historiographie à laquelle nous a finalement ramenés cette séance.

[1] Le film a été remarqué pour son « audace » dans la presse au moment de sa sortie. Voir : MC, « Le Cinéma d’Amateurs », Ciné-Magazine, juillet 1933, p.38.

[2] Edmond Lévy et Gérard Pignol, se sont associés à Arcady en cours de projet. Voir au sujet de la genèse du film, notamment : Paul Jay, Analyse et Critique du film de Arcady, E. Levy et G. Pignol, Peter Brueghel L’ancien ou le triomphe de la vie, Mémoire, sous la direction de Daniel Ternois, Institut d’histoire des Arts de l’Université de Lyon, 1974, 433p. Consultable notamment à la Bibliothèque nationale de France sous la cote : 4-V-44419

[3] La version de 1934 obtient la Médaille d’Or de l’Institut International du Cinéma Éducatif à la Biennale de Venise. Ce film a aussi été projeté au Palais de la France à l’Exposition de 1939, au cours de laquelle la Cinémathèque française a organisé des séances de gala à vocation rétrospective (cf. La Cinématographie française, 24 juin 1939, p.57-59). A noter aussi, une version ultérieure du film de Maurice Cloche date de 1953.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.