“Paris calligrammes”, d’Ulrike Ottinger (2019, 129 min)

Film sorti en salle le 14 octobre 2020.

La librairie « Calligrammes » – nom donné en référence à un poème d’Apollinaire – a été fondée à Paris dans les années 1930, par Fritz Picard, Juif allemand réfugié en France, devenu un lieu d’accueil et de rencontre pour créateurs et auteurs de tous horizons ; un livre d’or qu’on feuillette, rempli de signatures, dessins, dédicaces, rend compte de ses riches heures.

La librairie est le point de départ du récit d’une aventure intellectuelle vécue par la jeune femme, peintre, qui se présente de chez elle aujourd’hui devant une de ses toiles. Ses souvenirs donnent l’occasion de revoir le Paris des décennies 1950-1970 comme un creuset pour les mouvements artistiques ou intellectuels. La réalisatrice témoigne ainsi de la manière dont les créations culturelles traitent de l’histoire, de la peinture, de la politique, de la littérature, du théâtre, etc., et qui prennent une valeur d’héritage, transmis par un film comme celui qu’elle a tourné. Des intertitres, en écriture manuelle, stylisés et coloriés, égrènent un itinéraire riche et bien occupé, dont rendent compte de nombreuses actualités et documents d’époque.

On revient sur la guerre d’Algérie : extraits du film de Jacques Panigel, Octobre à Paris ; extrait de la pièce de Jean Genet, Les Paravents, jouée au théâtre de l’Odéon et violemment attaquée ; Le Déserteur, chantée par Boris Vian. Les évènements de Mai 68 donnent lieu à une bande dessinée. La mode est évoquée par Dior, Vasarely. La guerre du Viêt-Nam suscite manifestations et arrivée à Paris du « Flower Power ». Les découvertes scientifiques et techniques rappellent le développement de la cybernétique. Le maccarthysme aux Etats-Unis fait venir Jules Dassin travailler en France. La nouveauté est également présente, avec Le Signe du lion, premier long métrage d’Éric Rohmer (1959), histoire d’un Américain, errant sans le sou un mois d’août à Paris, comme un clin d’œil à un compatriote, moins chanceux qu’elle. Ou bien, « Paris s’éveille », chantée part Jacques Dutronc durant cette décennie, comme en écho à tous ces mouvements.

Tenant du livre d’histoire contemporaine, de l’album de souvenirs, le film fait partager une certaine mythologie du monde germanopratin de l’époque, édition, bohême, chansons, romans, avec ses grandes figures, comme Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, Camus, Juliette Gréco, aux terrasses des cafés, lieux de vie et de rencontre, quartier microcosme et macrocosme à la fois, plein de personnages souvent pittoresques, auxquels l’auteure fait partager un fort attachement. Appartenant aussi à une sorte de folklore parisien : les toits de la capitale aujourd’hui, vus depuis les chambres de bonnes, genre de logement qu’a occupé l’artiste elle-même, comme beaucoup de gens de son époque, et toujours en vogue aujourd’hui.

Différents lieux symboliques de conservation et de diffusion de patrimoines sont présentés comme des rendez-vous incontournables pour une intellectuelle engagée des années 1960, avec des appellations de sa part qui associent admiration, prestige, rayonnement, et dont restent un émerveillement et des souvenirs intacts. Ainsi d’un « lieu légendaire » : la Cinémathèque Française, avec sa figure tutélaire, Henri Langlois, et un extrait du Voyage dans la lune, de Georges Méliès ; la « Malle au trésor des arts » : le Musée du Louvre, visité aujourd’hui avec écouteurs, évolution technique oblige ; Le « Temple du livre » : la Bibliothèque Nationale, et la célèbre Salle Labrouste, etc.

Le film ne manque pas cependant de montrer aussi l’envers du décor, comme les bidonvilles de la région parisienne. Ou encore, la « Présence coloniale », avec des photos des femmes en Algérie dans les quartiers réservés, passé rappelé aujourd’hui par des vues du quartier Saint-Denis avec ses salons de coiffure. Ces vestiges d’une époque sont également présents d’une façon inattendue, et bienvenue pour montrer des retournements idéologiques : l’Hôtel Drouot aujourd’hui, « carrefour de l’histoire coloniale », où « tous s’y retrouvent », amis ou ennemis d’hier, descendants de ces histoires, vendent aux enchères leur mémoire. Un patrimoine rappelé différemment par l’ethnologie, et ses grandes figures, Marcel Mauss, Claude Lévi-Strauss ; et Jean Rouch, au Musée de l’Homme, sur l’Esplanade du Trocadéro où se déroule aujourd’hui le « rituel mondialisé du selfie », à considérer à titre de pratiques culturelles, de nouvelles manières de communiquer.

D’autres épisodes ou figures mémorables sont évoqués, donnant l’idée d’un « Happening permanent » : La Chinoise, de Jean-Luc Godard ; le « Petit livre rouge » du maoïsme, et les défilés gigantesques en Chine ; le visage de Daniel Cohn-Bendit ; Sartre et de Beauvoir vendant La Cause du peuple dans les rues ; les mouvements féministes, et une égérie : Delphine Seyrig… L’auteure cependant ne manque pas de rappeler d’autres lieux symboliques de Paris, sans lien direct avec ses activités, mais comme aussi un rendez-vous indispensable, dont on mesure la disparition : Les Halles, où régnait un « affairement inimaginable ».

Avec « Mes nuits parisiennes », la réalisatrice évoque Juliette Gréco, Eddie Constantine, Barbara, la Grande Eugène, et le jazz défini par Jean Cocteau comme « mélange de sérieux et d’anarchie , d’élégance et d’excentricité », image qui peut s’appliquer au film. Il en va de même du final (comme on le dirait du dernier numéro d’un spectacle) : trois balayeurs aujourd’hui, au beau milieu du quartier Saint-Germain, saluent comme sur une scène avec, en fond sonore, Je ne regrette rien, par Edith Piaf, mélange d’émotion et de considérations sociales, chanson de référence traversant les époques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.