“J’ai aimé vivre là”, de Régis Sauder (2019, 89 min)

Film sorti le 29 septembre 2021.

De la ville nouvelle de Cergy en région parisienne, les habitants, interrogés ou en voix off, témoignent comme d’un « lieu sans passé, d’une ville surgie de terre » ; parlent de « non – lieux, non personnes » ; expriment le sentiment d’être « étrangère, intruse ». Mais les habitants laissent des traces, à l’image de cette inscription sur une passerelle : « On ne voit bien qu’avec le cœur » ; ou bien, la célébration des 50 ans de Cergy, qui marquent aussi les 15 ans de la formation musicale La Ruche ; ou encore, au passage, une sculpture de Don Quichotte – qui prendrait une forme d’allégorie tant les habitants des villes nouvelles paraissent aux prises avec de grands ensembles démesurés ; ainsi que des pratiques collectives : un cercle de silence, dont les participants disent : « Notre silence crie ».

Mais surtout, à défaut de présenter des œuvres d’art, les films croisent des récits de vie pleins d’effervescence, eux-mêmes mêlés à l’expérience littéraire des livres d’Annie Ernaux, Journal du dehors (1993), La Vie extérieure (2000), dont sont lus des extraits par des habitants.

On suit la simulation d’une journée sur la territoire, avec en début de film, l’arrivée du train de Paris ; à la fin : nuit, retour du train dans l’autre sens. Entre ces passages, se déroule une très longue ballade, faite de vues aérienne sur villes, campagnes, forêts, tours ; de parcours en tous sens et en tous lieux de vie, paysage ordinaire des villes, dédiés au travail, à la culture, aux loisirs, à la consommation, aux promenades, etc. Sans oublier aussi des nuisances, comme des bruit des avions (l’aéroport de Roissy n’est pas loin). A l’inverse, on peut relever que les médias et techniques (téléphone) sont absents ou très discrets.

Le tournage a eu lieu dans les derniers mois du siècle passé : « la pièce va finir » est-il dit, ce qui peut cependant se voir aussi comme un nouveau départ, un commencement, un avenir à écrire. En effet, les habitants rappellent, comme un contrepoint à une ville qui n’aurait pas d’histoire, des courants de pensée toujours actifs : « utopie collective », culture et éducation populaire pour un « embellissement du monde ». Il est fait ainsi retour vers des époques de référence, mais aussi des perspectives, puisque les habitants se voient comme des héritiers possibles, des continuateurs, toujours à l’œuvre. Un Malien, de 43 ans, parle d’un « homme sans histoire, homme sans âme ». C’est bien la démonstration d’une ville cosmopolite, mélange de couples, familles, tous âges, toutes cultures, y compris dans l’exemple bien concret de l’attente de migrants, devant la Préfecture, jusqu’à y rester dormir, pour l’obtention de titres de séjour.

En définitive, l’ensemble tend à donner l’impression d’un compromis entre un monde à la fois relativement pacifié, où les habitants se sont faits une place dans cette ville nouvelle, et toujours inquiet face au monde actuel ou à venir.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.