“Giacomo Casanova”, d’Alain Jaubert (1998, 100 min)

Le dernier film de ces journées portait sur un personnage dont le nom est bien connu, mais dont on dispose de peu de portraits, « deux sûrs », que le film nous fait découvrir.

Mais reste surtout de Casanova (1725-1798) son œuvre, Histoire de ma vie, inachevée malgré les 3670 pages disponibles, manuscrit rédigé en français, dont le film montre l’original, impressionnante compilation de feuillets.

Partant de ce récit, se déroule une vie d’aventures en tous genres à travers l’Europe, non uniquement amoureuses, mais aussi dans la politique, la guerre, la diplomatie, l’espionnage, l’Inquisition, en bibliothèque, dans la traduction et fondation de gazette, etc. ; vie faite également de rencontres avec d’autres fortes personnalités, Mozart, Voltaire, Benjamin Franklin…

Pour représenter cette vie, sont proposées deux « visions » : Philippe Solers, avec en arrière-plan un décor de prison, en couleurs, l’écrivain parlant d’emblée d’un « très grand texte » et s’attachant à montrer toutes les facettes de l’homme ; dans une tout autre tonalité, alternant avec le récit, des lectures intérieures, en voix off, par Anouk Grinberg, filmée en noir et blanc et de noir vêtue, semblant, comme dans une fiction, ignorer la caméra, dans un appartement, un salon « cosy » doté d’un grand fauteuil en cuir, une chambre à coucher, lieux respirant l’élégance, plongés dans des éclairages intimes, les sensations de la comédienne étant suggérées par l’expression de son visage mis en relief par la lumière, dans cet ensemble faisant penser à un écrin conçu pour mettre en valeur un objet précieux.

Le film prend des allures de fresque, par le déploiement et le foisonnement d’images et de sons, ensemble pertinent pour rendre compte de l’ampleur de la vie de Casanova, et autant hommage à son personnage – aux sens de personnalité et de création d’un rôle. C’est en effet tout un monde que l’on parcourt, par de nombreux documents d’époque, et de vues actuelles. Venise, naturellement, fait l’objet de nombreuses prises de vue, comme par exemple une sorte de « nuit vénitienne », lors du récit par le menu de son évasion des Piombi. On est plongé dans des airs d’opéra(Cosi fan tutte) ; des « décors galants, miroirs, alcôves » ; des représentations théâtrales (Arlequin serviteur de deux maîtres ; Le jeu de l’amour et du hasard) ; des gravures de femmes, et autres peintures (dont Le Verrou, de Fragonard) ; des spécialités culinaires savamment étalées ; des divertissements, carnaval, casino ; mais aussi des maladies vénériennes, fréquentes à l’époque ; etc. Tout un patrimoine matériel et immatériel vise à rendre compte d’une « expression de plaisir », et tout autant un art de vivre, à une époque et dans un monde que l’aventurier voit disparaître et voudrait retenir, est-il dit à la fin.

Enfin, Philippe Sollers rappelle que ses « Mémoires » ont-elles aussi connu une histoire mouvementée : ignorées pendant deux siècles, vendue plusieurs fois et parues dans des versions expurgées ou raccourcies, et passant par des traductions pirates puis rectifiées et corrigées, pour être publiées en France dans les années 1960, dans leur état originel et définitif, et dont le film veut faire partager la saveur.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.