“Aubrun, l’absolue peinture”, de Frédéric Pajak (2019, 57 min)

On fait connaissance avec cet « artiste peu connu, à l’allure d’un artisan » ainsi que le présente le commentaire – mort en 2009, à 74 ans – par des films de famille, noir et blanc et couleurs, avec femme, enfants, jardin, chien : images d’une vie paisible, sereine, dans de beaux paysages du sud ; on découvre en même temps sa demeure : une ancienne maison de retraite de compagnie de Jésuites, un lieu qui a une histoire et voué à nouvelle utilisation, l’enceinte de la bâtisse étant explorée par la caméra, tout comme l’artiste en a fait le tour, d’autant que le bâtiment se situe près d’un cimetière où lui-même repose.

Est proposée une approche sensible de la personne : témoignages de ses descendants – il a eu six filles ; photo de lui en noir et blanc donnant un effet de relief à son visage, lui faisant prendre l’aspect d’une œuvre, sans être un autoportrait ; ton de confidence, qui fait entrer dans l’intimité sans être indiscret, le film exprimant une admiration légitime de la part de l’auteur ; documents : un cahier écrit, sans date des œuvres, ainsi qu’un livre, couvrant son travail de 1961 à 2008, sorti en 2012, dont on discute le choix de papier et de mise en page, reprise des toiles antérieures ou dessins d’enfance, de jeunesse, mais que le peintre ne considère pas comme des esquisses. Se « dessine » ainsi une vie vouée à la peinture, même si son père, psychiatre y était opposé, ou s’il dit lui-même aller « à l’atelier comme on va à l’usine, sans attendre l’inspiration », loin donc d’une idée de vocation.

D’autres films amateurs sur la Sainte-Victoire visent à donner l’idée de ses créations, pour introduire le sujet du peintre : la lumière. C’est ainsi qu’il compare la lumière à Arles et à Aix-en-Provence, respectivement métallique, abrupte ; évoque lumière du Nil la tombée du jour… Le peintre va même au-delà de cet élément essentiel, puisque, expliquent les commentaires, l’artiste s’attache à saisir l’invisible, en peignant « la réverbération de la lumière, plus que la lumière elle-même ». Son œuvre tient dans la recherche des « vibrations, de la transparence, de la fluidité », le peintre disant devoir beaucoup à Cézanne, tout en égrenant d’autres références, les impressionnistes, et Turner, Claude Lorrain, Ingres, Manet… Il se débarrasse de la forme puis de la couleur, puis de la matière – on le voit travailler sur des sortes de pâtes très épaisses – avec une autre référence : le carré blanc sur fond blanc de Malevitch. Enfin, ses toiles noires font figure de testament, « ultime bataille entre ombre et lumière ». Le film développe ainsi l’image d’un « peintre à part ; il le sait, tout le monde le sait ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.