“Le Manège de Yankel”, de Christian Tran (2020, 60 min)

Tourné en Ardèche, le film devait à l’origine être une expérience, puis est devenu un documentaire, explique le cinéaste.

On fait ainsi connaissance avec Jacques Kikoïne, dit Yankel, mort à près de 100 ans, en 2020, peu après le tournage du film. Un temps « passé comme un éclair » avait dit l’artiste.

Son atelier donne l’impression d’un capharnaüm, voire d’une caverne pleine de trésors, d’une antre où l’artiste aurait concocté on ne sait quelles créations. C’est le cas d’un livre acheté dans une brocante, qu’il a rempli avec des journaux, peintures, de « fleurs séchées comme dans un vieil herbier » ; ou d’un catalogue, dans lequel il colle des bouts de papier sur des pages blanches, documents faisant l’effet de grimoires imagés, laissant aussi une impression de griffonnage, barbouillage, hors de toute règle académique.

Hétéroclite, éclectique : ces qualificatifs viennent à l’esprit dans les créations comme dans les propos de l’artiste. Le manège en question est en effet confectionné avec des objets plus ou moins indéterminés, en fer rouillé (machine à coudre, vélo, échelle, etc.), qui tournent, comme une composition surréaliste, même si Yankel fait peu référence à ce mouvement. De même, on peut repérer au passage, petites poupées, figurines, toile dans laquelle il a fait un trou, pot donnant l’apparence de croutes en terre…

On sent une familiarité entre l’artiste et le réalisateur, qui le laisse parler de longs moments, reste longtemps à l’observer. Avec un côté direct, spontané, Yankel, revient sur ses origines et sa vie : né à Paris, 15ème, à « la Ruche », cité d’artistes, « le jour où on enterrait Modigliani ». A été géologue. A enseigné aux Beaux-arts à Paris. Tenant un chandelier israélite, il se dit « très mauvais Juif ». Faisant tourner un globe terrestre, il nomme Haïfa, Tel Aviv, Haïti, mais non la Russie pourtant d’où il vient. Il parle de ses rencontres, dont Sartre et de Beauvoir ; évoque Chagall, Soutine ; dit « adorer » les couleurs et fait référence au bleu de Klein, au noir de Soulages ; cite Picasso : « L’esprit, l’idée, est plus important que la matière ».

Tout au long du film, Yankel rit souvent de lui-même, et de même à propos de son dernier tableau : un couple, mais, dit-il, comme s’il y avait trois personnes, mari, femme, amant… Avant que le film se termine sur un mot de l’artiste au cinéaste, parlant de « l’amour de ton art, peindre, filmer », manière de transmettre sinon une expérience, une marque de sympathie, un sentiment, toujours bon à faire partager.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.