“Jaume Plensa. Can You Hear Me ?”, de Pedro Ballesteros (2020, 75 min)

Les sculptures du catalan Jaume Plensa se prêtent à une double approche, aérienne et terrestre, gigantisme et finesse, etc. En effet, le film introduit à son œuvre par le transport dans les airs, par grue, d’une longue tête sculptée, pour être placée dans un champ. Ou bien, des œuvres monumentales peuvent passer inaperçues, comme ces grandes têtes sculptées en fines tiges de métal travaillé, suspendues dans les airs par des fils très fins eux aussi, l’ensemble se fondant dans le volumineux espace d’une verrière et auquel on ne fait pas nécessairement attention si on ne lève pas les yeux. Ou encore, des boules en métal dans les rues, avec lettres sculptées dessus, qu’on peut ne pas remarquer. Et aussi, des allées de colonnes de couleur, qui peuvent passer pour du mobilier urbain, entre lesquelles déambule Jaume en personne. On mesure ainsi cette « importance de l’échelle », comme le dit l’artiste lui-même. Une même impression de contraste se retrouve dans un très vaste atelier où sont réalisées ses œuvres, faisant se côtoyer une extrême précision dans la découpe de métal et le caractère massif des pièces ainsi créées.

Ces installations figurent dans le monde entier, Tokyo, Chicago, Madrid, Göteborg, Porquerolles, Barcelone, Montréal, occasion de suivre Plensa dans ses multiples déplacements, ces derniers accompagnés d’une musique douce. En ville, dans un parc, en bord de mer, dans l’eau, les sculptures, avec leurs effets décoratifs ou esthétiques, se rendent souvent surprenantes. Ici, une sculpture qui émerge de l’eau – « comme un naufragé qui s’approche d’une île », dit son auteur – donne un aspect insolite à un lieu de promenade familier. Ailleurs, des passants se font photographier se bouchant les yeux, imitant en cela les personnages représentés dans une imposante sculpture. Ou encore, une haute fontaine, consistant en un visage numérique animé, sert de jeu, faisant se rejoindre l’imposant et l’immatériel.

Quelle que soit la nature de de ses œuvres, on est invité à entrer dans un univers imprégné de poésie, depuis le titre, « Can You Hear Me? » ayant pour origine un poème de l’artiste, jusqu’à ses propos considérant l’humain comme aux prises avec les sens, évoquant des sphères comme des « planètes en suspension, comme nos voix dans l’air », ou bien « la musique de ma voix », et alors qu’il a sculpté une humain à base de lettres. De toutes ses créations qui ornent le monde, émerge un propos fort de sa part, « Savoir revenir », comme un attachement à un « Chez soi », l’un des thèmes que le film égrène avec d’autres, « Sphères », « Mots », « Place », « Mémoire », « Silence », « Temps », tous visités par un sculpteur qui se définit comme un « artiste de zone industrielle ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.