“Josep”, d’Aurel (2020, 74 min)

Film d’animation sorti en salle le 30 septembre 2020 – repris le 19 mai 2021. Il figurait dans la Sélection Officielle au festival de Cannes 2020, annulé en raison de la crise sanitaire ; a reçu le Prix Louis Delluc 2020 du premier film.

Les dessins du Républicain espagnol Josep Bartoli, dans les années 1930, prisonnier dans un camp du sud de la France après la guerre civile en Espagne, donnent lieu à un récit, lequel devient un héritage à prendre en charge. En effet, un policier du camp à l’époque, aujourd’hui malade, alité, vers la fin de sa vie, raconte à son petit-fils l’histoire de ce camp et la part qu’il a pris dans la vie du dessinateur d’alors. Dans ce lieu de détention, dessiner était devenu un moyen de résistance à la détention, à l’oppression, au racisme, aux humiliations et à tous les maux (famine, maladies : gale, scorbut, typhus) que subissaient les internés.

Dessins et films relatent la vie quotidienne tout en abordant des thèmes moraux, comme l’obéissance. Ils rendent compte de l’état politique du pays, en montrant par exemple gendarmes et tirailleurs marocains gardant le camp, présence de colonisés donc, aussi maltraités que les prisonniers. Une autre image de la politique de l’époque est également évoquée par les dessins des trois gendarmes lisant et s’échangeant des journaux représentant chacun diverses opinions : Le Figaro, L’Humanité, Je suis partout. On rappelle aussi le passage dans le camp d’un prêtre et d’un représentant de Franco, autorités collaborant les unes avec les autres et dont dépendait le sort des détenus – tandis que la destinée de Josep sera de s’évader, d’arriver au Mexique où il rencontrera une femme peintre, avant de partir pour les Etats-Unis.

Tonalité sombre ou passages colorés selon les périodes d’enfermement ou d’échappatoire, forme d’évasion par le dessin, avec accompagnement de procédés spécifiquement cinématographiques, comme le bruitage – hennissement des chevaux, sonnerie de clairon sur levée de drapeau, vols d’avion, marches militaires ; hurlements de femmes violées ; spectacle de danse avec loterie où les femmes sont mises en jeu, tirées au sort ; ainsi que le chant, symbolique, « No pasaran »…

Finalement, le vieil homme remet à son descendant un dessin du détenu, qu’il a gardé, associant ainsi Histoire et mémoire. C’est l’occasion de procéder à une mise en abyme : film d’un dessinateur sur un dessinateur, et redoublement encore de l’image dans l’image lorsque, à la fin, le jeune garçon ajoute, comme pour achever une œuvre, ce dessin à une toile exposée dans un musée, où sont exposées les créations de Bartoli. Cette transmission orale et matérielle donne ainsi lieu à des gestes mémoriels, sauvegarde et conservation d’un dessin, transmission d’une génération à l’autre, insertion de ce témoignage dessiné à une œuvre existante, et venant en quelque sorte la parachever.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.