« ‘Le Verrou’, Fragonard, vers 1775-1777», d’Alain Jaubert (1992, 30 min)

Un homme et une femme dans une chambre, dans un mouvement d’étreinte, l’homme poussant le verrou de la porte. Le film procède à une sorte de reconstitution rapide : avancée sur la porte de la chambre, rires off, halètements, tout en se déplaçant sur le tableau, comme une invite à entrer dans une scène, ouvrant sur une description détaillée, accompagnée d’un chant lyrique.

En reprenant les différents dessins sur le sujet, la toile, marquant une plus ou moins grande proximité de ces exercices préparatoires, peut être considérée comme un instantané, la saisie du moment d’une action, ensemble de dessins réunis en un seul plan, manière aussi de rendre compte d’une temporalité. On assiste à une « composition agrandie et simplifiée pour ne pas distraire le regard », le film soulignant par des traits de couleur « la diagonale de la lumière et un réseau de plis modulés ».

Outre des teintes de noir, blanc, vermillon, ocre, vert, Jean-Honoré Nicolas Fragonard (1732-1806), influencé par les peintres italiens et hollandais, exploite la gamme du jaune dans ses tableaux. A côté de ce type d’analyse esthétique, le film propose une reconstitution de la scène en suivant les objets du tableau et leur état. En effet, le commentaire explique que le caractère érotique de la scène se trouve partout, par les formes données aux matériaux et dans le moindre détail des objets : pomme, associée au péché originel ; oreiller, évoquant une poitrine de femme ; vase renversé, métaphore du sexe féminin ; embrasure de rideau comme un sexe ouvert, etc. Dans un mélange de subtilité et de trivialité, les objets ne sont pas là uniquement comme décor, mais pour faire référence à la sexualité, au désir, aux sens, et, en la matière, Le Verrou semble inépuisable.

Le tableau a connu bien des vicissitudes, notamment un soupçon de faux, au moment où Le Louvre l’a acquis en 1974, bénéficiant pour cet achat d’une subvention spéciale. L’histoire du tableau est également saisissable grâce aux procédés techniques, comme « la photographie fluorescente ultra-violette, qui montre les restaurations », des gros plans sur le matériau de la toile montre les marques du temps (retouches, craquelures).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.