“Hokusai, La Vague – La Menace suspendue”, d’Alain Jaubert (1999, 30 min)

Dans La Vague (1831), par Hokusai (1760-1849), un désastre est évoqué la menace d’engloutissement d’une frêle barque chargée de marins par une gigantesque vague, dont les traits suggèrent l’amorce, le développement, le déferlement, manière aussi d’intégrer le temps dans un tableau.

Le tableau fait appel aux symboles de la culture japonaise, à commencer par le Mont Fuji, la toile appartenant à la série d’estampes « 36 vues du Mont Fuji », tandis qu’il est rappelé que les estampes, traditionnellement, représentent différents sujets – portraits d’acteurs et courtisans, scènes de vie quotidienne, images érotiques – mais pouvaient aussi servir de papier d’emballage, loin donc de préoccupation esthétique. Cependant la culture européenne est également sollicitée dans une de ses dimensions essentielles : la perspective, créant un sentiment de profondeur qui rend la vague au premier plan encore plus impressionnante.

Un abondant commentaire guide la vision du tableau, qui traite de l’origine des couleurs : encre de Chine pour le noir ; ocre pour le jaune ; bleu de Prusse, nouvellement utilisé, donne lieu de réaliser un ensemble de tonalités bleues. De même, sont mises en évidence des « rimes plastiques », créées par les rapports entre les « pleins et vides » du tableau, à l’exemple du mont Fuji représenté en arrière-plan en écho à la vague au premier plan, cette composition évoquant la « double figure du Yin et du Yang », au-delà donc du sujet immédiatement perçu. Enfin, point commun à toutes les estampes, séries, etc., une même démarche consiste en une impression sur papier replié, sur lequel est représenté le sujet, jusqu’à la gravure sur bois.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.