« Le Subtil Oiseleur, Foucault de Vélasquez à Picasso », d’Alain Jaubert (2020, 60 min)

Narration par Fanny Ardant.

A l’origine, un texte de Michel Foucault, rédigé d’après une proposition de la Galerie Maeght en 1970, sur le thème de la disparition du peintre, d’après Les Ménines, de Diego Velázquez (1656-1657), écrit resté sans suite à l’époque, et qui avait pour objet la recherche des traces laissées par le peintre. Le tableau, pour sa part, avait inspiré à Picasso 58 variations (1957).

Un peintre à la cour royale représente plusieurs membres de la famille du souverain Philippe IV : on sait quelles interrogations peut susciter la toile du XVIIe siècle. En effet, le tableau est réputé troublant puisque le regard du peintre, en fond de toile, est tourné vers les spectateurs, un miroir derrière lui censé refléter le couple royal dont il est en train de brosser les portraits, les autres personnages regardant vers les souverains, tandis que, dans un encadrement au fond, se détache un autre personnage sur le seuil de la pièce dont on ne connaît pas exactement l’objet de sa présence. C’est ainsi que Foucault, dans Les Mots et les choses (1966), explicite cette mise en abyme en parlant de la « simple réciprocité regardant / regardeur ».

On peut retrouver tout un jeu de regards des personnages sur la toile, et ainsi chez les spectateurs, démarche par laquelle la peinture est assimilée à un tableau vivant, Picasso faisant de la scène peinte un « pur spectacle », symbolisé par un théâtral rideau rouge. L’artiste du XXe siècle, comme on peut s’y attendre, rend le tableau à la fois reconnaissable et méconnaissable. Par surimpression entre les parties des différentes œuvres, on découvre comment l’original se démultiplie en « visions », faisant coïncider les formes et parties du tableau, Ici, la perspective entre en jeu, lorsque le peintre occupe toute la hauteur du tableau, hors de toute dimension, quand, dans une autre variation, il a complètement disparu, tout en ayant laissé une trace, comme l’indiquent les commentaires. Là, la toile prend l’aspect d’un négatif de pellicule ou d’une image vue à travers un filtre, autant qu’en ayant des aspects lumineux. Ailleurs, comme en « réponse » aux petites taches rouges sur la toile d’origine (croix sur le costume du peintre et sur la palette, nœud sur le costume et dans les cheveux de l’enfant, rubans de diverses tenues), Picasso « neutralise ces points rouges, décompose les couleurs, ocre, vert clair, blanc, en brun, violet, orange ». On suit toutes ces explorations philosophiques ou esthétiques, lesquelles sont autant de propositions de déclinaisons du thème, et débouchant sur un ensemble inépuisable de correspondances et dissonances entre les œuvres.



Citer ce billet
Nicolas Schmidt (2021, 5 juillet). « Le Subtil Oiseleur, Foucault de Vélasquez à Picasso », d’Alain Jaubert (2020, 60 min). APPIA. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ba7s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search