Mashup et société: écologie et recyclage créatif

Une conférence « Mashup & Société », nous a réunis avec Alain Zind et Némésis Srour dans le cadre de Mashup Film Festival 2020.

  • Sur le thème écologie et recyclage créatif : le programme « Mash moi vert » du MFF2020

Pour réfléchir au sujet « Mashup et société », avec en tête les thèmes de l’écologie et du recyclage créatif, le MFF2020 offrait avec le programme « Mash moi vert » un ensemble de films assez représentatifs , dont j’ai extrait certains des exemples cités en note de fin de texte.

Un certain nombre de films y évoquaient les interactions entre les êtres vivants et leur milieu. Il y avait, d’une part, des films mettant en cause le saccage de la faune et de la flore par l’être humain. D’autre part, selon une approche presque inverse, certains films questionnaient les moments où la nature reprend ses droits et les implications sociales de ceci ; ici, on peut spécifiquement penser aux films nés du confinement.

Une des questions posées en amont de cette rencontre était : « Comment le mashup éclaire-t-il de façon ludique des enjeux de société profonds ? ». Voici quelques pistes pour contribuer à une réponse collective. Préalablement, il m’a semblé utile de me demander pourquoi le mashup a le potentiel d’éclairer ces faits sociétaux ?

  • La capacité du mashup à éclairer les faits sociétaux provient de sa matière première

Une hypothèse serait que ce potentiel réside dans sa matière première : les sons et les images recyclés. Premièrement, parce que les faits de société sont documentés par des images et des sons d’actualité qui sont réemployés dans les mashups. Par exemple, ils peuvent reprendre des contenus diffusés par les chaînes de télévision, les radios, la presse écrite, mais aussi les images citoyennes réalisées par des amateurs ou commandées par des ONG (exemple : violences policières aux USA).[1]

Deuxièmement, les mashup réemploient aussi des films de fiction. Or, on sait que les questionnements générés par les grands débats sociétaux nourrissent l’imaginaire des cinéastes. On peut voir en effet dans certains film-catastrophes ou films d’anticipation, les reflets de préoccupations profondément ancrées dans les débats des sociétés au sein desquelles ces films sont produits (dérèglements climatiques, menace atomique, etc…).

Donc, dans son œuvre de récupération de matériaux préexistants, le mashup peut avoir cette capacité à éclairer les enjeux de société profonds.

  • Un éclairage social, au-delà du ludique…

Pour ce qui est de la forme (ou du comment), le mashup produit cet éclairage, l’adjectif « ludique » n’est peut-être pas le plus, ou peut-être le seul, approprié. En effet, face à ces films très ancrés dans les débats de société, il semble que le spectateur se situe au-delà du « jeu ».

Certes, l’une des manières de recevoir les mashups est fondée sur un jeu de reconnaissance des images sources par celui qui visionne les films. Mais on peut se demander si la préoccupation sociétale qui sous-tend certains mashups, ne vient pas écraser un peu cet aspect. De plus, peut-on imaginer des mashupeurs totalement déconnectés de la gravité des sujets qu’ils traitent et exclusivement portés vers un traitement ludique ? Cependant, une dimension de jeu cinéphilique ou plus largement de culture visuelle, et notamment de détournement, reste très présente dans certains films ; ceci est certainement à corréler avec sensibilité de leurs réalisateurs.[2]

  • Un éclairage du social entre approche analytique et approche poétique

La capacité de ces films plus sociétaux à mettre leurs spectateurs à distance les flux d’images et d’informations dans lesquels ils sont quotidiennement immergés, est frappante. Cette distance semble se situer entre deux pôles, ou deux approches : analytique et poétique, qui vont définir tout un éventail de possibilités créatives pour s’emparer d’un sujet grave. L’approche analytique livre un argumentaire construit sur le thème social traité, quand l’approche poétique propose une expérience plutôt intime et sensible.[3]

  • Une distanciation comme familière étrangeté.

Cette distance se construit d’abord dans le montage lui-même, montage qui paraît souvent rendu encore plus efficient par un format court des films, qui invite à ramasser son propos en peu de temps. Cette distance se construit cependant aussi grâce à un autre élément distinctif du mashup : la pratique du réemploi. Car le fait de reprendre des images ou des sons que le spectateur a déjà vus ou entendus pour recomposer un nouveau discours me semble produire ce que l’on pourrait appeler une « familière étrangeté ».

La référence à l’expression freudienne d’« inquiétante étrangeté » s’entend au sens de « familier devenu étrange », et ceci d’une manière paradoxale car le familier ne devrait pas être inquiétant. Mais là, dans le cas de ces mashups, le contexte familier a un caractère inquiétant ou préoccupant. Et en réagençant des contenus visuels ou sonores auxquels le spectateur a été exposé, qui forment son paysage sonore et visuel quotidien, pour l’interroger dans des récits inattendus, analytiques-poétiques, créent une étrangeté positive ou négative.[4]

En conclusion, si ces mashups traduisent un engagement, il n’est pas forcément de l’ordre d’un militantisme hyper revendicatif. De toute évidence cependant, il s’agit d’un engagement dans le quotidien et d’une nécessité pour les mashupeurs d’entrer activement dans le débat public. On peut supposer que la circulation des films en ligne facilite cette entrée dans le débat public.


[1] Exemple : This is America X Congratulation ( Canerval Mashup ), Moko Ph // Black lives matter ; Hanging Tree/Strange Fruit MashUp #BlackLivesMatter Tribute// Kayah Taylor et Black Lives Matter

[2] How to wash your hands (Luiz Azevedo) ou Irréprochable (David Rinaldi) ou encore Twin Peaks Theme (Florent Ghys).

[3] Approche poétique: analytique – Marcel sur Didier Raoult, Agnès Buzyn, Yves Lévy et la Chloroquine de Marcel Dubreuil; approche poétique – Wes Anderson’s Social Distancing, Luiz Azevedo

[4] L’Ile, réalisé par Frédérik Bois durant le confinement dans le cadre des « Lettres de confinement » commandées par la CF. Film non inclus au programme du MFF, mais disponible sur Vimeo. Un film qui fait son miel de différents éléments que nous avons connus pendant le confinement : la ville reprise par les animaux, les appels pour savoir si X ou Z qu’on n’avait pas vu depuis longtemps était bien vivant etc… et qui en propose une mise en image décalée.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.