Charles Pathé et Ferdinand Zecca exposés par Henri Langlois

En lien avec la séance organisée à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, j’évoquerai brièvement la place donnée à Charles Pathé et Ferdinand Zecca dans les activités d’exposition de la Cinémathèque française.

  • La cinémathèque-musée du cinéma, espace de l’histoire et de la mémoire

Le 11 juin dernier, la sélection de films proposée s’inspirait d’un des programmes composés par Henri Langlois dans le cadre des programmations annuelles qui étaient données à la cinémathèque française-musée du cinéma dans les années 1950. En l’occurrence, le programme s’intitulait « Le cinéma français : Zecca et le réalisme ». Il fut, d’après la brochure-programme que nous avons consultée, donné le 8 mai 1951 lors de trois séances successives dans cette même soirée (à 18h30, 20h30 et 22h30), dans le cadre du cycle annuel « 50 ans de cinéma européen ». Ce programme se composait de 14 films et avoisinait les deux heures. Il s’agissait ainsi d’aborder la figure, mythique, de Langlois programmateur.[1]  

Il s’agira ici de resituer cette séance dans la série des manifestations autour de Charles Pathé et/ou Ferdinand Zecca organisées sous le mandat de Langlois à la Cinémathèque française.

Séance du 11 juin 2021 à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Rappelons la Libération, les enjeux mémoriels et historiographiques sont forts : alors que les volumes d’histoire du cinéma se multiplient, les cinéphiles souhaitent juger sur pièce les films qu’elles évoquent. Par ailleurs, certains témoins encore vivants peuvent parfois véhiculer une représentation transformée, parfois amère ou fallacieuse, des faits du passé. Charles Pathé et Ferdinand Zecca comptent parmi les figures au cœur (comme bien d’autres pionniers) de ces débats.

Ils sont régulièrement mis à l’honneur à la Cinémathèque française que ce soit dans les travaux de la Commission historique, dans les programmations et les expositions, ainsi que dans les textes qui les accompagnent. Il ne s’agira pas seulement de célébrer les pionniers et de favoriser à leur sujet l’émergence de travaux historiques documentés, mais aussi d’accompagner les grands moments de la vie de l’institution en convoquant leur présence. En effet, cela retient l’attention, si l’on considère ce programme du 8 mai 1951, dans l’ensemble des autres manifestations qui ont été proposées à la Cinémathèque française par Langlois.

  • Expositions spécifiquement dédiées à Pathé et Zecca

A l’été 1946, alors que la Cinémathèque française s’implante avenue de Messine et teste différents types d’expositions, elle propose un accrochage temporaire intitulé « Zecca et l’école réaliste Pathé en 1900 » (2e étage)[2]. Cette exposition temporaire a certainement constitué un galop d’essai avant la mise en place du circuit permanent en 1948 et de l’intégration d’un îlot sur Zecca en 1949, dont nous verrons l’importance plus loin.

Un autre moment important de la vie de la Cinémathèque française auquel la figure de Charles Pathé sera associée est l’inauguration des locaux de la rue de Courcelles à l’été 1959, avec une exposition éponyme. A l’époque, la Cinémathèque française n’a plus d’espace d’exposition extra-film. Sa dernière grande exposition en France remonte à 1955. Entre temps, le Ministère des affaires culturelles a été créé et André Malraux souhaite faire de l’institution l’un des fers de lance de sa politique. Le ministre sera d’ailleurs présent pour l’inauguration des locaux avec l’exposition Charles Pathé[3].

Enfin, dernier point sur ces expositions et ces programmations, elles contribuent à rassembler la communauté cinématographique (au-delà donc de la cinéphilie) autour de personnalités marquantes de son histoire et ceci parfois, bien au-delà des murs de la Cinémathèque française. Celle-ci rendra par exemple un « Hommage à Charles Pathé » au Festival de Cannes, suite à la mort récente de l’entrepreneur. Notons qu’à l’époque, la Cinémathèque française occupe, de manière générale, un rôle central dans la mise en œuvre de projets commémoratifs en lien avec le cinéma, que ce soit à des occasions funèbres, telle que celle-ci, ou pour la célébration de l’invention du cinématographe.

  • Focus sur l’exposition « Hommage à Charles Pathé » en 1959

Tout comme les programmations, les expositions peuvent contribuer à une activation mémorielle collective. C’est ce que nous permet d’illustrer le reportage de Simone Dubreuilh réalisé à l’occasion de l’exposition « Hommage à Charles Pathé » en 1959[4]. Ce reportage radiophonique est une archive qui nous semble assez originale pour la période qui nous concerne, car il semble qu’il en existe peu.

Ce reportage se compose des interviews et témoignages d’Henri Langlois, d’Henri Diamant-Berger, de Léon Mathot, de deux opérateurs chez Pathé, et du fils de Léon Gaumont.

Simone Dubrueilh introduit le sujet par une courte biographie tendant à rappeler « que Charles Pathé a véritablement créé l’industrie du cinéma ». Elle s’adresse ensuite à Langlois pour lui demander « s’il lui avait été difficile d’obtenir des documents, des souvenirs de Charles Pathé ». Ce passage permet d’expliquer et valoriser le travail de collecte de la Cinémathèque française, et notamment l’importance d’organiser des expositions pour enrichir les fonds. Langlois souligne la rareté de la collection, ainsi que la vocation de la cinémathèque à rétablir une mémoire juste à l’égard des pionniers du cinéma, en déclarant :

« J’ai quelques documents de la main de Charles Pathé, très rares. Parce que Charles Pathé est un homme qui, à la fin de ses jours, comme tous les grands hommes, n’a pas eu ce qu’il méritait. A la fin, il a fait comme Méliès, il a fait comme les autres, il a pris ses documents il les a brûlés. »

Les interviews suivantes tendent donc à célébrer le grand homme, grâce à un réseau de personnages-clés. Tout d’abord, Henri Diamant berger « qui pendant près de 40 ans a collaboré avec Charles Pathé ». Il décrit, sur la base d’anecdotes personnelles, son caractère d’entrepreneur aimant le risque et évoque sa décisive collaboration avec Zecca. Vient ensuite le tour de Léon Mathot, dont on doit rappeler qu’il est à l’époque le Président de la Cinémathèque française, par ce qu’il a été « une des grandes vedettes du cinéma muet et l’interprète préféré de Charles Pathé ». Mathot essaie de nuancer une image caractérielle du personnage : « Il avait un caractère assez violent, ma foi, quand ça ne réussissait pas comme il le désirait. Il n’était pas toujours très commode, mais, à part cela, c’était le plus parfait honnête homme et surtout il aimait tous ses collaborateurs. »

Deux opérateurs sont ensuite interrogés sur l’équipement des studios, les exigences de prise de vue et la sonorisation des films. En dernier lieu, c’est au fils de Léon Gaumont que l’on demande de témoigner sur la concurrence farouche entre son père et Charles Pathé, qui conclut ainsi :

« je pense que cette rivalité a été pour le cinéma français extrêmement fructueuse et il était amusant pour moi de lire ce que Charles Pathé a écrit dans son livre. Dans le livre qu’il a remis à son confrère Léon Gaumont  ‘ A Léon Gaumont, avec le regret de ne pas avoir été il y a 40 ans les amis que nous sommes maintenant.’ »

  • Intégration de Pathé et Zecca aux expositions d’histoire générale du cinéma

En complément de ces expositions spécifiques, Pathé ou Zecca trouvent évidemment leur place dans les parcours généraux sur l’histoire du cinéma. Un premier exemple est celui de l’exposition temporaire Images du cinéma français, qui inaugure les locaux de Cinémathèque française en 1944 avenue de Messine. Au sein de ce panorama qui évoque le cinéma français à partir d’un rassemblement d’objets tout aussi hétéroclite que féérique, on trouve « une peinture originale de Dumesnil représentant une prise de vues au Studio Pathé de la rue Bois »[5].

Plus tard, à la rentrée 1949, l’intégration de Zecca au circuit de l’exposition permanente « Naissance du cinéma. Plateau, Reynaud, Marey, Demenÿ, Lumière », inaugurée un an auparavant, est moins anecdotique. Dans les faits, deux personnalités sont ajoutées au circuit : Méliès et Zecca.  L’ajout de ces deux protagonistes à la chaîne des inventeurs du cinéma fait basculer le point de fuite de la présentation vers une histoire à la fois spectaculaire et artistique du cinéma. Ceci permet de distinguer tout-à-fait la Cinémathèque française d’autres expositions permanentes d’histoire du cinéma, telle que la section dédiée du CNAM.

Pathé et Zecca seront aussi bien présents dans le circuit du Musée du Cinéma, inauguré le 14 juin 1972 au Palais de Chaillot. Le guide du musée[6] permet d’identifier les différents espaces où la production Pathé-Zecca est exposée : « Salles 10 et 11 : Charles Pathé (1863-1957) et les débuts d’une industrie » et « Salle 12 : Pathé, Gaumont, Eclair ou l’Ecole française ».

La production Pathé est également intégrée aux créneaux de programmation réguliers dédiés à l’histoire générale du cinéma, qui ne s’inscrivent pas nécessairement dans de grands cycles thématiques. Par exemple, sur la production Pathé-Zecca, quelques films seront montrés, à titre comparatif, au cours d’un “Hommage à Georges Méliès”, participant au lancement des séances à la rue d’Ulm. Le 26 janvier 1956, trois programmes se succèdent : la première avec des films de Méliès (1896-1913), la deuxième avec des films Hepwoerth, Zecca, Velles, Lépine, Hatot (1902-1910), la troisième avec des films de Zecca et de Chomon notamment (1900-1912) [7].

  • Zecca et Pathé de nos jours : entre mémoire et histoire

En guise de conclusion, on peut aussi réinscrire ces activités (programmations, expositions, publications) dans une série de manifestations mémorielles, plus ou moins anecdotiques, autour de la maison Pathé. Au titre de la production audiovisuelle, on évoquera en premier lieu les images de Charles Pathé et Ferdinand Zecca introduites dans la première version de Ceux de chez nous de Sacha Guitry dès 1915[8]. Un photogramme circulera dans la presse de l’époque, comme nous le rappelle Alain Carou.[9]

Autre activation mémorielle notable, déclinée en plusieurs temps : la publication des écrits biographiques de Charles Pathé, par lui-même et à destination d’un public restreint dans les années 1920 puis les années 1940. Puis leur réédition, à destination du tout public, partiellement dans les années 1970[10] ou complète en en 2007[11]. Plus tardivement, on signalera la grande exposition organisée en 1994 au Centre Pompidou, Pathé, premier empire du cinéma[12]. On peut également y inscrire l’ouverture de cette Fondation Jérôme Seydoux-Pathé en 2014, dont les dispositifs d’exposition permettent une mise en lumière durable de l’ensemble de l’activité de la firme et de ses différents avatars.


[1] J’ai discuté les modalités de présentation de ces 14 titres lors de ma présentation du 11 juin 2021. Seuls 8 de ces films furent montrés lors de notre séance de présentation. Je remercie la Fondation d’avoir restauré certains d’entre eux pour rendre possible cette projection. Notre assemblée a bénéficié d’une chance que n’avaient pas les spectateurs de l’avenue de Messine : un accompagnement musical en direct au piano. Merci à notre accompagnateur.

[2] Les expositions “L’Affiche du Cinéma 1895-1946” et “Zecca et l’école réaliste Pathé en 1900” sont annoncées dans le programme du 11/06 au 10/07 comme des « expositions rétrospectives » ; BiFi, Fonds des programmes de la Cinémathèque française, PCF6-B1 : 1944 [déclassé].

[3] Le sujet des Actualités filmées, « André Malraux à la Cinémathèque française «  (1er juillet 1959, 46 sec.), montre le ministre déambulant dans l’exposition aux côtés de Léon Mathot alors Président de la Cinémathèque française.

[4] « Hommage à Charles Pathé », 27 juin 1959,10min 08s https://www.ina.fr/audio/PHZ08000496/hommage-a-charles-pathe-audio.html

[5] Laurent Mannoni, op. cit., p. 195-196.

[6] Thierry Lefebvre, Guide du musée du cinéma, Cinémathèque française/ Maeght édietur, Paris, 1995, 159p.

[7] La Cinémathèque française – Programme : Hommage à Georges Méliès, 26/01-07/02/1956, 6 p. BiFi, fonds Catherine Prévert et Daniel Vogel, PREVERT-VO108-B60. 272

[8] Guitry rendait hommage à Charles Pathé qui éditait son film. Alain Carou, « Galerie de portarits : théâtre de la mémoire », in Noëlle Giret, Noël Herpe (dir.), Sacha Guitry, une vie d’artiste, Gallimard/ La Cinémathèque française/ Bibliothèque nationale de France, Paris, 2007, p.57. Voir aussi la note n°11, p.61, qui évoque la circulation d’un photogramme représentant Pathé et Zecca dans la presse de l’époque.

[9] Notons aussi la reprise de Ceux de chez nous par Guitry à la radio en 1939, puis une version remontée pour la télévision en 1952.

[10]De Pathé frères à Pathé cinéma… / Charles Pathé, Premier Plan, n°55, 1970 ; SERDOC, Société d’études, recherches et documentation cinématographiques, 1970

[11] https://www.editions-harmattan.fr/livre-ecrits_autobiographiques_charles_pathe-9782296018990-22869.html

[12] Pathé, premier empire du cinéma. 24 octobre 1994-6 mars 1995 ; https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/cydpRK


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.