Programmer en ligne pendant le confinement: interview avec la Cinémathèque de Bretagne

Capture d'écran d'attente d'une séance de la Cinémathèque de Bretagne sur la plateforme la 25e heure

Dès les premiers jours du confinement de 2020, la Cinémathèque de Bretagne s’est distinguée par une importante mise en ligne de films issus de ses collections. Gaïd Pitrou, Directrice de la Cinémathèque de Bretagne depuis le 4 janvier 2021, a synthétisé pour nous les évolutions des propositions en ligne entre les différents confinements intervenus au cours des derniers mois et évoqué l’éventualité de pérenniser certaines de ces activités. Nous la remercions chaleureusement pour cette contribution, ainsi que les personnels et administrateurs/trices de la Cinémathèque de Bretagne qui ont participé à ce retour sur expérience.

APPIA : Comme toutes les institutions culturelles françaises, la Cinémathèque de Bretagne a dû faire face aux restrictions sanitaires. Comment s’est-elle adaptée ? Cette stratégie a-t-elle évolué en fonction des différents moments de confinement et/ou de fermeture des salles de cinéma au public ? Faire face aux restrictions vous a-t-il permis d’inventer de nouvelles formes de médiation ou de communication des collections ?

Tout d‘abord, je vous propose un petit rappel historique. La Cinémathèque de Bretagne est née il y a 35 ans, et a su construire un patrimoine audiovisuel d’une rare diversité avec des collections rassemblant aujourd’hui plus de 35 000 films, tournés par des bretons ou dont le sujet est la Bretagne. Les réalisateurs sont pour moitié des amateurs, et pour l’autre des professionnels. Depuis 2006, nous conservons tous les films recevant une aide de la Région Bretagne. La Cinémathèque de Bretagne s’organise autour de plusieurs missions, depuis la collecte de films, en passant pas leur conservation et leur numérisation, jusqu’à leur valorisation. Elle se trouve à Brest et deux antennes sont respectivement à Rennes (Maison des sciences de l’homme de Bretagne) et à Nantes (Archives départementales de Loire-Atlantique). Dès 2006, la Cinémathèque de Bretagne a construit son site internet comme une plate-forme de recherche et de consultation à destination de ses adhérents professionnels et non professionnels. Cette plate-forme est née de la volonté de développer son activité de vente d’images, tout autant que celle de diffusion. La création d’une interface privilégiée avec nos adhérents s’explique par la nature de nos fonds. Leur multiplicité invite à rendre le public acteur de son choix de visionnage, en complément de nos actions de diffusion et de valorisation que nous proposons tout au long de l’année.

L’année 2020 fut, bien sûr, celle des adaptations et des expérimentations nécessaires pour faire face à la crise sanitaire. Dès l’annonce du premier confinement, il a été décidé de rendre accessible sans adhésion une partie de nos films en ligne, et ce, dans le respect de nos obligations vis-à-vis des ayants droit. Ainsi, le 17 mars plus de 6 500 films pouvaient être visionnés gratuitement. Cette ouverture inédite de nos collections a été relayée avec enthousiasme par la presse et les médias, et le site a connu une augmentation de visiteurs de plus 150 % (plus de 100 000 visiteurs sur le site entre début mars et fin mai pour 294 00 visites). Ce passage à la gratuité nous a semblé essentiel pour garder le lien avec nos publics. Il s’agissait aussi d’un acte de solidarité à l’égard de nos concitoyens confinés et privés de toute sortie culturelle. Si le premier confinement a été un moment suspendu pour tout le monde, l’enjeu pour nous était de poursuivre nos missions d’intérêt général en laissant à chacun la possibilité d’accéder à nos collections. Si ce mouvement de mise en ligne de collections a concerné une majorité d’institutions culturelles et patrimoniales, la Cinémathèque de Bretagne a été en capacité de permettre cet accès dès le 17 mars 2021, faisant même écrire à Frédéric Bonnaud, directeur de la Cinémathèque Française, dans un message envoyé à son équipe « C’est normal que l’on fasse moins que la Cinémathèque de Bretagne ? »[1]. Grâce à sa plate-forme développée depuis plusieurs années, la Cinémathèque de Bretagne disposait de l’outil adéquat pour une réactivité immédiate afin de créer une offre sur la toile, gratuite et accessible d’un clic à tous.

Accéder à la plateforme de la Cinémathèque de Bretagne.

Par ailleurs, la crise sanitaire a également donné le tempo à notre programmation in situ. Nous ne disposons pas de salle de cinéma en propre, et notre programmation repose sur des partenariats avec de nombreux acteurs du territoire breton : salles de cinéma, festivals, médiathèques, musées, archives départementales, centres sociaux, etc. Nous valorisons nos collections de différentes manières grâce à des séances de cinéma, des ciné-concerts, des ciné-conférences, des expositions, des ateliers pédagogiques ou encore des interventions dans des formations universitaires. L’adaptation première a consisté à reporter des séances et des événements plutôt que de les annuler, à réduire les jauges ou à doubler certaines séances. De nouvelles propositions ont également vu le jour, telles que des balades cinématographiques ou des séances en plein-air.

APPIA : La Cinémathèque de Bretagne semble avoir investi différents espaces en ligne pour continuer les diffusions de films : KUB, Facebooklive ou la 25e heure, par exemple. Quels sont les types différenciés de diffusion des collections par ces canaux ? Ceci est-il nouveau ou a-t-il évolué du fait des restrictions d’accès aux salles?

A compter du deuxième confinement, la nouveauté fut l’expérimentation de séances en ligne et en direct. Deux espaces de diffusion ont été utilisés : Facebook et La Vingt-Cinquième Heure. Pour les séances en direct sur Facebook, les films programmés étaient systématiquement animés par l’un des programmateurs culturels de la Cinémathèque de Bretagne, accompagné ou non d’un intervenant. Pendant la projection, des « posts » accompagnaient chaque film pour les présenter, et une fois le programme terminé il était possible d’avoir un échange avec les internautes connectés.

Annonce d’un Facebook Live sur la page Facebook de la Cinémathèque de Bretagne.

 

Puis, nous avons commencé à utiliser La Vingt-Cinquième Heure dans le cadre de nos partenariats avec le musée de Bretagne et l’écomusée de la Bintinais. Plusieurs ciné-conférences étaient programmées en lien avec les expositions des deux musées, respectivement Face au mur, le graphisme engagé de 1970 à 1990 et Mes années 70, clichés de campagne en Bretagne. L’interface proposée par La Vingt-Cinquième Heure est plus ergonomique que celle de Facebook et donne davantage l’impression de se retrouver dans une salle de cinéma. Certains réalisateurs étaient aussi défavorables à la diffusion de leur film sur Facebook. En complément de ces séances initialement prévues pour être diffusées dans les auditoriums des musées, nous avons également construit des programmes spécifiques propres à la Cinémathèque de Bretagne. Nous avons décidé d’utiliser Facebook lorsqu’il n’y avait pas d’intervenant, et La Vingt-Cinquième Heure pour les ciné-conférences. Sur l’une et l’autre plate-forme, les échanges avec le public se font par écrit via un « tchat ». Les séances en ligne sont systématiquement gratuites.

Concernant la plateforme KUB, les diffusions des films de la Cinémathèque de Bretagne se sont faites selon les modalités habituelles. Il n’y a pas eu d’offre particulière en lien avec les confinements successifs.

APPIA : Comment les personnes impliquées dans la programmation au sein de votre structure ont-elles vécu cette transformation de leur activité ?

L’équipe de la programmation a eu la volonté persévérante de continuer à être en lien avec nos publics grâce à ces différents types de séance en direct. Ces séances en ligne ont été aussi l’occasion de développer de nouvelles compétences et de renforcer une solidarité d’équipe. Elles ont été la preuve d’une grande capacité d’adaptation, tout en démontrant la créativité de l’équipe, à la fois pour trouver les meilleures solutions techniques comme les programmations les plus adaptées à ce type de média. L’un des avantages incontestables de ces séances est l’absence de frontières, donnant alors la possibilité à des publics d’autres territoires de participer à nos projections. De très beaux échanges ont eu lieu autour de nos films grâce à ces séances virtuelles. Toutefois, il ne faut pas occulter que ces séances restent des ersatz, lors desquelles il est impossible de reconstituer la magie des salles obscures. Comme pour un grand nombre d’acteurs de la culture, l’essence de notre travail est la médiation par la rencontre avec nos publics. Ces projections virtuelles, sans les visages et les voix des spectateurs, s’accompagnent d’une frustration inévitable, le contact direct manquant cruellement. Et même si nous sommes désormais aguerris aux outils de visioconférence pour les réunions du quotidien, animer une ciné-conférence à distance n’est pas un exercice aisé. Il laisse peu de place à la spontanéité, et les échanges par écrit avec les spectateurs imposent une distance inhabituelle.

APPIA : Comment le ou les public.s ont-ils réagi à ces initiatives ?

Comme cela a été évoqué plus haut, la mise en accès libre et gratuit de plus de 6500 films les premiers jours du confinement de mars, a reçu un accueil très favorable qui a pu se quantifier par une augmentation exceptionnelle du nombre de visiteurs et de consultations du site, de nombreux relais dans la presse et les médias. Nous avons également été destinataires de messages d’internautes exprimant leur satisfaction à découvrir ou redécouvrir des films les collections de la Cinémathèque de Bretagne. Certains d’entre eux nous ont même apporté des informations précieuses sur plusieurs films.

Quant aux projections en ligne, le nombre de participants est variable d’une séance à l’autre. En fonction des séances, 10 à près de 100 connexions ont pu être décomptées. Compte tenu aussi de la versatilité des connexions, il est toujours difficile de savoir combien de personnes ont participé à l’ensemble de la projection. Pour chaque séance, quelques échanges et des commentaires intéressants ont eu lieu, même si pour le spectateur devenu internaute, ce type d’interaction possède des limites évidentes.

APPIA : Pensez-vous pérenniser certaines activités mises en place pour faire face aux restrictions ?

Ces différentes expériences et expérimentations nous ont permis d’explorer de nouveaux modes de médiation dont nous pouvons aujourd’hui mesurer le potentiel, surtout pour toucher des publics en dehors de nos territoires, et agrandir « la communauté » appréciant les collections de la Cinémathèque de Bretagne.

Aujourd’hui, nous poursuivons la mise en ligne d’une partie de nos collections pour la rendre accessible au plus grand nombre. Plus de 7 200 films peuvent être désormais visionnés gratuitement. Et nous continuerons dans cette dynamique au fur et à mesure des nouvelles numérisations de nos fonds.

Par ailleurs, nous étudions la possibilité de programmer des séances en ligne en complément de nos projections in situ. Il sera certainement plus plaisant de faire des séances virtuelles quand nous aurons la liberté de le choisir. Enfin, nous menons des réflexions pour explorer d’autres manières de présenter nos collections en ligne.

[1]« Faites confiance à notre algorithme », Emilie Cauquy, Nicolas Le Thierry d’Ennequin et Catherine Hulin in Journal of Film Preservation, n°104, Avril 2021, p.97. Consultable en ligne ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.