Programmer les films d’archives en L3-Cinéma, ou « La couleur dans les films-essais de la Deutsche Kinemathek »

Dans le cadre de cette série sur la programmation des films de patrimoine, j’ai le plaisir de partager ici un extrait du devoir de l’une des élèves de L3-Cinéma inscrite au cours d’histoire que j’ai donné cette année à l’Université Paris 8. Pour ce cours intitulé « A la découverte des archives du cinéma ! », l’exercice de validation consistait à sélectionner une institution patrimoniale parmi la liste des membres de la FIAF disposant d’une plateforme de films, puis, après avoir brièvement présenté l’histoire de cette institution, à composer un programme de 2 à 5 films issus de ses collections filmiques mises en ligne.

Suzanne Jacoulot a proposé la meilleure présentation de films et m’a autorisée à mettre en ligne cet extrait de son devoir.

Thème du programme et fil conducteur

J’ai choisi le thème de la couleur pour mon programme de films, car en me promenant sur le site de la Deutsche Kinemathek, je me suis rendu compte qu’il y avait plusieurs films qui comportaient une ou plusieurs couleurs dans leur titre, et cela m’intéresse d’étudier à travers ces quelques court-métrages la place symbolique et physique que peut prendre une simple couleur dans les films. Deux des films choisis dans ce programme sont en noir et blanc, il est donc d’autant plus intéressant de s’attarder sur la façon dont la couleur sera ici représentée. Le fil conducteur de ce programme se retrouve ainsi dans cette réflexion autour de la relation entre le titre et les images du film. Les quatre films du programme s’apparentent plutôt à des films-essais, voire à des films expérimentaux pour certains, car leur message ou l’histoire peuvent ne pas être tout à fait clairs, hormis pour White Christmas qui a clairement un message engagé contre la guerre du Vietnam.

Sélection de films

Pour ma sélection de films, j’ai choisi quatre court-métrages où l’on retrouve l’occurrence d’une ou plusieurs couleurs dans le titre. Voici une présentation de ces quatre films, ainsi qu’un bref résumé.

Résumé sur le site de la Deutsche Kinemathek : « White Christmas (1968) établit un parallèle entre les fêtes chrétiennes aux États-Unis et les conflits armés au Vietnam. Les scènes et les images du film sont rythmées par ce qui est probablement la chanson de Noël américaine la plus célèbre : « White Christmas » (1941), composée par Irving Berlin et chantée par Bing Crosby. La chanson, qui est l’un des singles les plus vendus de tous les temps, suggère une idylle de Noël paisible à nulle autre pareille et est diamétralement opposée aux images brutales de la guerre montrées dans le film.« 

Voici la traduction des cartons, pour une meilleure compréhension du film :

1. « Viele Amerikaner konnten dies’ Jähr Weihnachten nicht daheim verbringen./ De nombreux Américains n’ont pas pu passer Noël à la maison cette année. »

2. « Neun Millionen bisher verkaufter platten erinnern die Amerikaner an das Fest des Friedens./ Neuf millions de disques vendus à ce jour rappellent aux Américains la fête de la paix. »

3. « Das Vietnamesische Volk geht auch nicht leek aus; über Nordvietnam werfen die USA explosives Spielzeug ab. / Le peuple vietnamien ne sort pas non plus ; les États-Unis lâchent des jouets explosifs sur le Nord-Vietnam. »

4. « Heute ist unser Heiland geboren./ Aujourd’hui, notre Sauveur est né. »

5. « Gefoltert/ Torturé »

6. « Ermordet/ Assassiné »

7. « Auferstanden ! / Ressuscité ! »

Le titre White Christmas, ainsi que les premières images du film représentant le traîneau du Père Noël tiré par deux chevaux blancs dans la neige, appelle tout d’abord un imaginaire enfantin, familial et chaleureux. Le lien entre le titre et les images est donné d’emblée : des chevaux blancs dans la neige, renforcé par le noir et blanc. Certaines interprétations de la couleur blanche évoquent la clarté, la vérité, la pureté ou encore la lumière. Le film se présente donc tout d’abord comme en accord avec cette symbolique, ainsi qu’avec la musique. Cependant une tout autre image est rapidement présentée dans ce court film, en mettant en parallèle les fêtes religieuses américaines et la guerre du Vietnam.

Le réalisateur ancre la réalité de cette guerre dans le quotidien américain de l’époque grâce à la forte transition qu’il met en place : l’explosion de la maison en jouet de l’enfant, qui est reliée directement au plan suivant avec les bombardements sur les civils au Vietnam. Cet ancrage est d’autant plus renforcé par les termes utilisés dans les cartons « les jouets explosifs », et également la comparaison entre la fête de religion chrétienne en ce jour du 25 décembre et la guerre du Vietnam, qui peut laisser sous-entendre que cela cautionnerait le meurtre de tous ces vietnamiens. En effet les cartons à propos de Jésus-Christ sont placés sur les images d’une mère tenant dans les bras son bébé, probablement décédé dans une explosion, et le dernier carton « ressuscité » se place juste avant une image des troupes en route. En tant que spectateur nous sommes d’autant plus ancré dans le regard américain car dès le début du film la caméra se pose sur le traîneau du Père Noël.

Résumé sur le site de la Deutsche Kinemathek : « Un drapeau rouge est porté à travers la ville lors d’une course de relais au milieu des rues animées de Berlin. La course de relais, à laquelle participent 15 personnes au total, débute dans la Schloßstraße, dans le quartier de Steglitz à Berlin, et se poursuit le long de la Rheinstraße, de la Hauptstraße et de la Dominicusstraße en direction de Berlin-Schöneberg. Arrivés à destination, l’hôtel de ville de Schöneberg, John-F.-Kennedy-Platz, le drapeau rouge est hissé sur le balcon de l’hôtel de ville, sous le regard étonné des personnes présentes. »

Le film est muet, mais en couleurs. On n’entend même pas les bruits de la ville, comme une marche silencieuse pour une cause importante. Cependant ici la marche est une course de relais, avec une seule personne à la fois, et les autres personnes dans la rue ne semblent pas très bien comprendre l’action de ces coureurs, surtout dans la scène de fin où la dernière personne va accrocher le drapeau à l’étage de l’Hôtel de Ville.

L’image est conduite par le drapeau rouge qui passe de main en main. Le personnage principal ici n’est pas un humain, mais le drapeau, si ce n’est même la couleur rouge en elle-même, comme un symbole de liberté et de liaison entre toutes ces personnes. La couleur rouge est associée d’ordinaire au danger, à la colère et à la violence, mais aussi à la vie en général. Cette symbolique ne se retrouve pas tout à fait dans les images, car elles ne reflètent en aucun cas de la violence, les personnes étant pour la plupart souriantes. Cependant ce drapeau rouge entre en contraste avec les couleurs grisonnantes de la ville. Cette couleur se détache du reste, et permet la relation de vie entre ces quelques habitants de la grande ville de Berlin.

Résumé sur le site de la Deutsche Kinemathek : « Le court-métrage se compose d’un seul plan, un homme tient un petit pistolet à la main et le dirige vers la caméra. Il porte un béret, le couvre-chef des bérets verts des forces spéciales américaines. Après un certain temps, sa main commence à trembler légèrement.« 

Pendant 5 minutes nous sommes en tête-à-tête avec cet homme, qui nous fixe et garde son pistolet pointé sur nous, en un plan fixe également. Son arme se place parfaitement dans l’alignement de son œil droit, comme si ces deux éléments ne faisaient qu’un. On peut parfois avoir l’impression qu’il ne nous regarde plus nous, mais qu’il regarde son arme, et que ce pistolet n’est finalement qu’un obstacle à franchir entre nos deux personnes.

Le cadre est serré autour des épaules de l’homme et le décor à l’arrière-plan est totalement neutre, ce qui nous enferme encore plus dans le regard de cet individu. La couleur verte ne ressort pas avec le noir et blanc, elle parait totalement noire. La symbolique de cette couleur est d’habitude l’espérance et la chance, et se rapproche d’une figure d’apaisement et de calme. Ici on ne retrouve pas vraiment ces caractéristiques, hormis peut-être le calme de cet homme qui tient cette arme à bout portant en face de nous. L’espérance pourrait être représentée de notre côté en tant que spectateur, nous espérons que cet homme laisse tomber son arme et ne tire pas. Cela paraît se réaliser vers la fin lorsque sa main se met légèrement à trembler.

Résumé sur le site de la Deutsche Kinemathek : « Une histoire racontée hors-champ sur le malaise croissant envers le nouveau colocataire Valentin. La caméra parcourt la pièce vide, les ombres sur le mur et le papier peint, le foulard jaune et la carte postale d’Italie avec les tournesols…« 

La couleur jaune en tant que telle n’arrive que tard dans le film, avec l’apparition du foulard jaune à plus de la moitié du film. Mais d’après ce que j’ai compris du monologue de la narratrice, la couleur est mentionnée avant, les paroles l’ancrent dans la pièce, dans les murs, et dans des souvenirs.

La couleur jaune en général rappelle la chaleur, le bien-être, la joie. C’est également le symbole de la fraternité, et le titre du film nous appelle à aller dans le sens de toutes ces interprétations. Or les paroles du film vont dans un tout autre sens, la narratrice explique ses problèmes de voisinage et son train de vie plutôt monotone. Pourtant cette couleur jaune reste tout le temps ancrée en elle, notamment grâce à son écharpe qui a droit à un arrêt sur image quand elle sort dans la rue, comme un talisman qui la suit et la guide.

En conclusion, on voit, à travers ces quelques films des collections de la Deutsche Kinemathek, que la symbolique des couleurs que l’on connait en temps normal n’est pas reprise dans ces films-essais, au contraire leur signification est totalement détournée, hormis peut-être pour White Christmas qui utilise la musique ainsi que la couleur blanche pour justifier son propos engagé contre la guerre du Vietnam.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.