Programming is a Serious Game !

En avril dernier, alors qu’un certain nombre de ses affiliés se voyaient contraints à la fermeture de leurs salles du fait de la pandémie de Covid-19, la FIAF a mis en ligne son FIAF Programming Game (FPG). Il faut cependant resituer cette publication dans une autre chronologie, interne à la fédération, puisque peu de temps auparavant une liste des collections en ligne des affiliés était venue enrichir les ressources en ligne de la Commission pour la programmation et l’accès aux collections/FIAF Programming and Access to Collections Commission (PACC). Quelques semaines avant également, s’était également tenue la 5e édition de la Winter School : événement de formation consacré à la programmation, créé en 2016.

Ce jeu en ligne, dont certains internautes avaient critiqué la pertinence lors de sa sortie, n’a pas tardé à démontrer ses vertus pédagogiques, comme en témoignent par exemple les différentes contributions d’élèves du MA Film Heritage programme de la Filmuniversität Babelsberg Konrad Wolf[1]. Cette ressource a également été exploitée dans le cadre de la 6e Winter School, qui se tiendra en ligne à partir du 25 février 2021. En effet, tous les participants (une cinquantaine d’inscrits admis sur dossier) ont dû, dans le cadre de la formation, réaliser un programme qu’ils seront invités à présenter en fin de journée. Les intervenants qui le souhaitaient pouvaient aussi soumettre un programme. Pour revenir sur ce que l’on peut résolument qualifier de « serious game » de programmation, je présenterai les modalités générales du FPG et évoquerai ensuite la manière dont il a été mis à profit dans le cadre de la 6e Winter School.

 

  • Les règles du jeu

La participation au jeu est possible grâce à un formulaire en ligne permettant de soumettre son programme. Les modifications a posteriori sont possibles.

Le ou la participant.e est invité à écrire une courte introduction expliquant ses choix de programmation. Pour chaque film, il faut indiquer le titre, la date lorsqu’elle est connue, sa durée et l’URL du film dans la plateforme dont il provient. Après ces aspects éditoriaux, les contraintes de programmation sont les suivantes. Premièrement, une durée totale n’excédant pas 90 minutes. Il s’agit ainsi de privilégier « la programmation créative dans un temps limité plutôt qu’une interminable playlist ». Deuxièmement, n’utiliser chaque plateforme qu’une seule fois.

Du fait de mes recherches sur la place de la programmation à la FIAF et de ma participation, au titre d’intervenante, à cette 6e Winter School, j’ai tenté l’expérience du Jeu de programmation. Mon programme s’intitule « Le livre dans tous ses états (ou presque) ».

Voici la liste des films composant mon programme ci-dessous. Il comprend 8 films de court métrage, issus d’archives européennes et nord américaines pour une durée totale de 60 minutes environ[2].

1925 (7 min)
Národní filmový archiv
1939 (25 min)
Det Danske Filminstitut
1965 (4 min)
National Library of Scotland
1941 (7 min)
Imperial War Museum
1969 (2 min)
Indiana University
1950 (2 min)
CNC
1952 (11 min)
Cinémathèque de Bretagne
 
  • Discere ludere (Jouer pour apprendre)

Tou.te.s les autres participant.e.s ont bien joué le jeu. Quelques jours avant la Winter School, un message leur a été envoyé pour leur signaler le moment auquel ils seraient probablement sollicités pour présenter leur programme en moins de 3 minutes. Notons qu’on retrouve là une forme de communication académique désormais répandue, telle que « Ma thèse en 180 secondes ».

Pour préparer ce bref retour d’expérience, quelques questions étaient proposées :

Comment avez-vous abordé cet exercice ? Aviez-vous une idée, une thématique de départ, ou votre programmation est-elle le résultat d’une déambulation préalable sur ces plateformes ?

Qu’est-ce qui a guidé le choix de ces films plutôt que d’autres ?

Avez-vous attaché une importance particulière à l’ordre des films de votre programme, et si oui quelle idée a présidé cet ordre ?

Avez-vous pensé au contexte dans lequel vous souhaiteriez projeter ces films, et au public auquel vous aimeriez le présenter ?

Combien de plateformes avez-vous visitées pour faire ce jeu de programmation ? Souhaitez-vous commenter la diversité de ces plateformes, et de leurs différences en termes de présentation, éditorialisation, accessibilité/navigation ?

Cet exercice vous a-t-il permis d’apprendre ou de découvrir quoi que ce soit sur l’acte de programmer ?

Avez-vous rencontré des obstacles, frustrations, surprises, que vous souhaiteriez partager ?

Les résultats sont présentés le soir à l’issue des interventions de l’après-midi. Les organisateurs et organisatrices de la formation ont groupé les programmes par thème, leurs concepteurs et conceptrices peuvent les présenter sur la base du volontariat.

En bonne élève, j’ai moi aussi rempli ma copie…

  • Le livre dans tous ses états (ou presque)
    Capture du site de la FIAF, 26/02/2021

Comment avez-vous abordé cet exercice ? Aviez-vous une idée, une thématique de départ, ou votre programmation est-elle le résultat d’une déambulation préalable sur ces plateformes ?

L’idée du programme est venue au fil de mes déambulations sur les plateformes en ligne proposées par les affiliés. Je voulais me faire une idée des différentes propositions existantes, notamment parce que je pensais demander à mes étudiants de travailler sur ces collections en ligne. J’ai initialement commencé par visiter chaque site selon l’ordre alphabétique de la page qui les recense sur le site de la FIAF. Jusqu’à ce que je trouve un film qui transforme cette flânerie en une quête.

C’est en découvrant, sur le site du CNC, le film publicitaire Huilor : huile pour table que le thème du programme s’est dessiné. Pour moi, il était évident que la meilleure manière de le mettre en valeur était de l’inclure dans un programme sur le livre. J’ai consulté à nouveau les sites sur lesquels j’étais déjà passée pour les réinterroger avec ce mot clé, puis ma déambulation s’est transformée. Plutôt qu’une consultation systématique, je suis passée par les portails, notamment European Film Gateway que je consulte régulièrement. J’ai ensuite repris la consultation des sites d’institutions, mais sans ordre précis, en utilisant le champ lexical du livre avec des mots clés comme « book », « library » ou « book burning ». En effet, fil de la découverte de films qui retenaient mon attention, les critères de recherche sont devenus plus précis et ont finalement aiguillé mes prospections vers des collections spécifiques. Par exemple, lorsqu’il est devenu évident pour moi qu’on ne pouvait pas traverser l’histoire du livre au XXe siècle sans évoquer les autodafés, notamment ceux des nazis qui imprègnent nos représentations du second conflit mondial, j’ai été directement chercher dans les collections de l’Imperial War Museum. Donner à voir ce type de manifestation faisait aussi écho à d’autres films que j’avais pu voir sur EFG : dans des programmes d’actualités se succédaient les images d’une foire du livre et celles des chemise noires italiennes, mais n’offraient pas un regard suffisamment synthétique pour trouver leur place dans mon programme.

Qu’est-ce qui a guidé le choix de ces films plutôt que d’autres ?

Le film Huilor a défini les orientations du choix des films. J’ai cru y voir des pistes pour construire un programme. Il évoque en effet la pluralité des livres et des lecteurs, mais aussi la passion de la lecture. Dans sa construction, ce film publicitaire passe du très concret (une bonne va faire les courses et achète de nombreuses bouteilles d’huile pour qu’on lui offre des livres dans le cadre d’une opération promotionnelle) à la sensibilité (le fait de préférer les livres à l’eau de rose pour madame ou les romans policiers pour monsieur). Dès lors, j’ai voulu suivre le mouvement que j’avais identifié dans le film et retracer toutes les étapes de vie d’un livre : du très concret de sa production à ses effets sensibles sur le lecteur.

Je me suis ensuite laissée guider par mes découvertes et mes coups de cœur, ce qui a abouti, sans que ça soit réellement anticipé, à une sélection assez diversifiée d’objets filmiques : des productions amateur ou professionnelle, des films de fiction ou de non fiction. J’avais dans un coin de la tête également la question de la durée et le rythme du programme. Sur un tel sujet, il me semblait devoir privilégier une sorte d’efficacité, ne pas tomber dans le piège d’un catalogue exhaustif et certainement ennuyeux à la longue. J’ai donc parfois favorisé sur un même sujet un film plus court.

Avez-vous attaché une importance particulière à l’ordre des films de votre programme, et si oui quelle idée a présidé cet ordre ?

L’ordre a une importance dans mon programme, même si je ne suis pas encore convaincue à 100% que la version finale soit la meilleure. Certains enchaînement tiennent, d’autres peut-être moins. Notamment par la place de ce film muet sur l’impression des livres en braille, que je tenais à intégrer parce qu’il m’avait intéressée, que la collection de la National Library of Scotland contient un certain nombre de films sur les livres ou la lecture et que, plus généralement, j’aime bien les pépites qu’on peut y trouver. Je voulais aussi ménager un temps de suspension entre le documentaire danois, film le plus long du programme (et non traduit ici), et le temps fort politique du programme de Battle of Books. Un finalement un film muet était peut-être la meilleure solution entre ces deux films parlants du temps de guerre. Mon seul regret est peut-être de ne pas avoir trouvé un document de la même période (1939-1945).

L’ordre du programme a été défini selon trois critères. Premièrement : parcourir toutes les étapes de vie d’un livre, de sa production à l’expérience du lecteur. Deuxièmement : essayer de donner un rythme à la succession des films par l’alternance de films très courts ou de films plus longs, ou par la succession des atmosphères austères ou plus légères. Troisièmement : essayer de créer des échos dans l’enchaînement des films. C’est par exemple très évident entre Battle of the Books (film de propagande qui montre notamment des autodafés nazis) et World Book Encyclopedia (film publicitaire qui représente sous la forme d’œufs décorés des personnalités historiques, dont Hitler). C’était une manière de sortir du film précédent et de s’orienter vers la fin du programme, voulue plus légère et onirique. Le lien entre la boîte d’œufs que l’on montre dans ce dernier film et le film Huilor, où l’économie ménagère est centrale dans l’intrigue. 

D’un point de vue plus général, j’ai essayé de mettre en application les conseils sur la construction de programmes dispensés par Marianne Levinski à la dernière Winter School, notamment sur l’entrée et la sortie de programme. C’est pourquoi j’ai débuté le programme avec une actualité sur une foire aux livres, un film très court, rythmé et qui donne l’idée d’un parcours parmi les livres, pour finir avec le rêve d’un homme transporté par sa lecture et l’échappée qu’il nous propose dans une course poursuite digne du cinéma des années 1910, exercice de style burlesque proposé dans cette fiction amateur conservée à la Cinémathèque de Bretagne.

Avez-vous pensé au contexte dans lequel vous souhaiteriez projeter ces films, et au public auquel vous aimeriez le présenter ?

Au moment de concevoir le programme, je n’ai pas vraiment pensé au contexte dans lequel il pourrait être montré, mais une fois que j’ai voulu le regarder dans sa version finale, j’ai ressenti le besoin de voir dans une salle. Je pense qu’il pourrait être se destiner à des curieux de cinéma, dans une case de programmation sur les collections de cinémathèque ou dans le cadre d’un festival. Je vois bien aussi ce programme dans un musée, en contrepoint à une exposition sur le livre par exemple. Sinon encore dans un contexte académique, face à un public d’étudiants à sensibiliser aux typologies de films présentes dans les archives.

Combien de plateformes avez-vous visitées pour faire ce jeu de programmation ? Souhaitez-vous commenter la diversité de ces plateformes, et de leurs différences en termes de présentation, éditorialisation, accessibilité/navigation ?

J’ai consulté entre 10 et 20 plateformes, ou portails. Je continue…

Cet exercice vous a-t-il permis d’apprendre ou de découvrir quoi que ce soit sur l’acte de programmer ?

J’avais quelques modestes expériences de programmation auparavant. Toutefois, jamais sur un tel terrain de jeu : toutes les archives du monde, ou tout du moins une large part.

Avez-vous rencontré des obstacles, frustrations, surprises, que vous souhaiteriez partager ?

Ne pas voir le programme en salle est une frustration finalement. Mais, j’éprouve un réel enthousiasme à l’issue de l’exercice et dans le fait de partager mes trouvailles. Tous les films compilés dans mon programme m’ont touchée, et découvrir certain d’entre eux a vraiment été une bonne surprise. Comme par exemple : World Book Encyclopedia, qui représentait exactement le film que je cherchais pour équilibrer mon programme et dont je n’aurais jamais imaginé l’existence. Le chercher m’a par ailleurs permis de découvrir l’étonnante collection d’Indiana University. Mon regret est peut-être de ne pas avoir donné de place à d’autres continents que l’Europe et l’Amérique dans mon programme, mais ça n’était pas la ligne directrice. Globalement, l’expérience est très positive: je n’imaginais pas que ce jeu pourrait produire un effet addictif, car l’envie de rejouer est bien là !

[1] Oliver Hanley, premier intervenant de la WS, membre de la PACC et enseignant dans ce Master a d’ailleurs souligné l’intérêt de cette ressource pédagogique.

[2] J’ai arrondi à la minute supérieure car le formulaire en ligne ne semblait pas autoriser les décimales.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.