« A l’affiche! »: interview avec Morgane Spinec

Couverture du livre-poster publié à l’occasion de l’exposition « A l’affiche »

Alors que les restrictions sanitaires imposées par l’épidémie de Covid-19 ont conduit à la fermeture des expositions, l’une d’elles restaient néanmoins visible dans le déambulatoire du Haut de jardin de la Bibliothèque nationale de France. Morgane Spinec, commissaire de l’exposition « A l’affiche! » a accepté de répondre à nos questions sur cette exposition en temps de pandémie.

Gros plan sur l’agenda en ligne de la Bnf. Capture d’écran du 24/02/2021

APPIA : Qu’est-ce qui a amené le département des  Arts du Spectacle à proposer cette exposition?

Le projet est né en mai 2019, à la faveur d’un créneau qui s’est libéré dans la programmation des expositions de la bibliothèque, prévu de mai à août 2020. Le premier calendrier de conception s’annonçait très serré, mais suite au confinement de mars 2020, la programmation de l’exposition s’est décalée à la rentrée 2020. Cette idée centrée sur les affiches de cinéma faisait également suite à une grande opération de récolement de cette collection au cours de l’année précédente, qui a permis de préciser les thématiques qu’on pourrait aborder dans cette exposition. Ce travail réalisé en magasin a largement facilité le processus de sélection en donnant une vue globale de ce que conservait la collection des Arts du spectacle.
Ce projet a vite provoqué un enthousiasme plus ou moins proportionnel selon les interlocuteurs. Le cinéma est un bon facteur commun dans la culture contemporaine – sans forcément connaître les films, les affiches remplissent souvent leur fonction de premier contact du grand public avec une production. Un courant entier de graphisme s’est d’ailleurs illustré autour de cette création d’affiches alternatives, non officielles – gagnant tant de lettres de noblesse à cet exercice, que leurs illustrateurs se sont fait recruter par des méga-productions telles que Marvel et Disney, d’autre part très restrictifs sur l’usage de leurs licences (absents ou presque de cette sélection pour cette même raison).

APPIA : Quel est le cœur du propos et comment l’accrochage s’organise-t-il?

L’idée était de s’interroger sur ce qu’est une affiche de cinéma : une œuvre d’art ? De la publicité ? Un objet marketing ? Comment sont-elles créées ? Quelles en sont les clefs ? Ont-elles des codes ? En s’appuyant sur les collections de la Bibliothèque nationale de France, l’idée est d’explorer ces questions jusqu’aux dernières entrées, via le dépôt légal de l’affiche, reçu au département des Estampes et de la photographie. La première thématique qui est rapidement apparue s’articulait autour du portrait dans l’affiche de cinéma, autour du concept de tête d’affiche.
Des multiples thématiques élaborées en phase de préparation, cinq grandes parties ont survécu pour faire suite à un propos introductif pour rappeler le lien de l’affiche cinéma « image » avec les affiches-textes des salles de spectacle : l’affichiste, le distributeur en France et à l’étranger, la vedette tête d’affiche, les cycles du cinéma autour de figures de héros telles que Tarzan, Onésime, Fatty, Robin des Bois ou Sherlock Holmes, et une dernière section sur les films de genre et leurs affiches dans un rapide panoramique, western, films noirs, de cape et d’épée et films de monstres. Un dernier panneau s’intéresse à une sélection issue du dépôt légal des affiches, pour un aperçu des entrées les plus récentes de la collection de la BnF et pour ainsi couvrir la chronologie jusqu’au plus contemporain.

APPIA : Quelles sont les typologies documentaires proposées, outre les affiches? Et sous quelle forme (originaux, copies…) ?

La majeure partie des documents présentés sont des affiches, issues des collections de la Bibliothèque nationale de France (département des Arts du spectacle et département des Estampes et de la photographie). La thématique cinéma est cependant également représentée dans d’autres collections du département des Arts du spectacle et il semblait intéressant de créer des liens entre différents fonds pour faire découvrir aux visiteurs des ensembles où se cachent des pépites. Ainsi, certaines affiches viennent compléter des dossiers de productions présents dans des fonds d’archives de cinéastes. L’affiche de l’Inhumaine (en provenance de la Cinémathèque française) répond aux archives de tournage et de production du fonds Marcel L’Herbier. Des photographies de façades de cinéma venant de la collection d’iconographie ancienne, cotes ICO-ARC et ICO-CIN, permettent de visualiser l’impact et la place pris dans l’espace public de cette forme d’art publicitaire corollaire du cinéma.
Les collections de cinéma des Arts du spectacle conservent également des maquettes d’affiches et des dessins préparatoires, qui viennent renseigner des aspects du travail graphique de création de l’affiche : Léo Kouper et David Olère font l’objet de focus dans le cours de l’exposition.
Tous les documents sont présentés en reproductions, les panneaux imprimés ont été collés à la manière d’affiches d’ailleurs sur les panneaux d’affichage le long de l’allée Julien-Cain. Avec de nouveaux aléas de calendrier, l’exposition a été prolongée de septembre à février 2021 – des originaux n’auraient pas pu être exposés si longtemps pour des raisons de conservation – le déambulatoire est directement exposé en pleine lumière.

APPIA : Comment avez-vous effectué les choix de documents?

Le thème initial de l’exposition était d’emblée large : les affiches de cinéma. La collection tant des Arts du spectacle que du département des Estampes et de la photographie couvre toute la chronologie de l’histoire du cinéma. L’exposition devait au plus possible répondre à ce même panoramique. Le premier calendrier de préparation se resserrait sur moins d’un an – partie de la sélection s’est faite sur des collections qu’on trouvait déjà dans la bibliothèque numérique Gallica – son pendant intramuros, la plupart des affiches de cinéma étant de fait sous droit. Cette question juridique a nécessité un travail colossal de la part du service des Expositions, à la fois pour retrouver les ayant-droits, tracer une histoire économique des fusions et rachats de studios de production bien complexe et finaliser des contrats d’autorisation portant sur la reproduction et la présentation des œuvres. Deux prêteurs particuliers, Jeff Maunoury et Laurent Melki, ont contribué leurs versions personnelles à des œuvres qui ne figurent pas nécessairement dans les collections de la BnF. Une part conséquente du budget a été dévolue au paiement des droits, en partie à l’ADAGP.
Parmi les acquisitions du département des Arts du spectacle, on compte des affiches polonaises de cinéma, qui ont l’intérêt de montrer une autre approche graphique de l’objet cinématographique, avec comme seul obstacle réel, la censure sur la diffusion du film lui-même. Une fois ce visa obtenu, carte blanche était laissée à l’interprétation du graphiste, d’où une affiche telle que celle pour les Trois Mousquetaires, signée Andrzej Dudzinski, dont l’approche graphique diffère sensiblement de sa version à l’ouest du rideau de fer.  

APPIA : Quels sont les avantages et les inconvénients de l’espace où l’exposition est proposée?

Cet espace a les avantages de ses inconvénients, pourrait-on dire. L’allée Julien-Cain est un espace public, une circulation entre diverses salles de lecture du Haut-de-jardin de la BnF, ce qui en fait un lieu de passage, plus qu’un lieu de contemplation. C’est un lieu intéressant pour une exposition d’affiches, qui les rapproche à nouveau de leur espace « naturel » : ces images de cinéma apparaissaient dans les rues, les avenues des villes. Les visiteurs de la BnF y ont accès en toutes circonstances et à cette heure où les autres expositions sont fermées, « A l’affiche ! » reste visible par les lecteurs et toute personne qui franchit le seuil du site François-Mitterrand. De par cet accès large et ouvert, elle est également gratuite, ce qui est un plus

APPIA : Des accompagnements de type édition, visites ou manifestations avaient-ils été prévus?

Plusieurs manifestations étaient prévues en accompagnement : le cinéma de midi a pu avoir lieu, maintenu par le département de l’Audiovisuel, qui a également mis à disposition des films de la sélection d’affiches dans la salle A. Cette présentation est mise en valeur par la présence d’une vitrine de DVD à l’entrée de la salle A. Une table ronde d’affichistes, combinant le regard de plusieurs générations sur le métier et son devenir a cependant été annulée, après en avoir envisagé la tenue en visio-conférence. Le vernissage prévu à son ouverture a été décalé de mai à septembre, puis annulé en même temps que l’ensemble des manifestations de ce type au sein de l’établissement.
Quelques visites guidées ont pu néanmoins avoir lieu à la fin de l’été et à l’automne 2020.

APPIA : Quel a été l’impact des mesures sanitaires liées au Covid sur le projet?

Le covid a de fait déplacé le calendrier d’ouverture de l’exposition, prévue au départ pour mai à août 2020. Le confinement a à la fois retardé son ouverture et annulé de fait son vernissage, mais a permis par l’élongation de la préparation de résoudre un certain nombre de questions juridiques autour de la reproduction des images – l’équipe a pu obtenir des réponses positives que le premier calendrier aurait pressées de trop.
Sur le plan des adaptations stricto sensu, on avait prévu un lutrin de présentation pour la publication corollaire du livre-poster, sorti quant à lui en juin 2020 – lutrin qui n’a pu être mis en place pour raisons sanitaires.
Paradoxalement, à sa date de démontage [février 2021], l’exposition s’en sort plutôt bien ; suite à la réouverture du Haut de jardin en janvier – elle était de fait la seule exposition BnF visible par le public.

APPIA : Quel.le.s ont été les collaborateurs et collaboratrices impliqué.e.s dans ce projet?

Le service des expositions a mis trois chargés d’expositions sur l’accompagnement du projet, avec l’appui d’une secrétaire, pour résoudre les obtentions d’autorisations pour reproduire et présenter les images des affiches et autres documents. De nombreux échanges ont eu lieu entre cette première équipe et le service juridique de la bibliothèque pour finaliser les contrats avec les auteurs graphiques.  Ont été également mis à contribution les collègues du service de numérisation de l’atelier de Tolbiac, qui ont créé les reproductions en haute résolution des images figurant sur les panneaux. Le service des Editions a dirigé la publication du livre-poster « A l’affiche ! Films cultes », sorti en juin 2020 – et le service des Manifestations a œuvré jusqu’à son annulation pour le maintien de la table ronde. Le service Presse de la BnF en a assuré la visibilité médiatique, ainsi que quelques visites guidées, tout comme les collègues de la médiation. Le département de l’Audiovisuel s’est associé en programmant une séance du cinéma de midi et en offrant l’accès dans leur salle de lecture à un échantillon de films de cette sélection iconographique. Quasiment tous mes collègues du département des Arts du spectacle ont participé de près ou de loin à une phase d’élaboration de cette exposition, que ce soit par le biais de discussions à bâtons rompus sur le sujet, de prélèvements d’affiches originales pour les envoyer à l’atelier de numérisation ou d’avis échangés sur les éléments de la sélection. C’était mon unique sujet de discussion pendant un long moment…

Nous remercions chaleureusement Morgane Spinec d’avoir accepté cet entretien.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.