Quelques notes sur Ennio Morricone

Ennio Morricone, Budapest

Les noms d’Ennio Morricone (1928-2020) et de Sergio Leone restent inséparables (comme d’autres associations entre réalisateurs et compositeurs, tels Bernard Hermann et Alfred Hitchcock, Nino Rota et Federico Fellini, Michel Legrand et Jacques Demy, etc.).

  • A voir : exposition et rétrospective à la Cinémathèque française

Une exposition a été consacrée au cinéaste, Il était une fois Sergio Leone, à la Cinémathèque Française à Paris, du 10 octobre 2018 au 4 février 2019 – commissaire : Gian Luca Farinelli.
A l’intérieur de cette foisonnante manifestation, un espace était dédié au musicien et chef d’orchestre qu’a été Ennio Morricone, espace composé de la présentation de documents originaux, partitions et pochettes de disques, l’ensemble étant précédé d’un texte (en français, italien, anglais, comme tous les cartels de l’exposition). Ce dernier rend compte du rôle de la musique dans les westerns de Leone : même non intra-diégétique, la musique fait partie intégrante du récit, « couche narrative supplémentaire, caractérisant chaque personnage, composée de bruits faisant irruption dans le tissu musical (claquements de fouet, chœurs, etc.), insérant des éléments méditerranéens, etc. ; écrite avant le tournage pour donner le tempo à l’image ». Il en ressort que les sonorités, images, musiques ont tendance à s’engendrer les unes les autres.

Partitions d’Ennio Morricone
Pochettes des disques en différentes langues (ci-dessus et dessous)

Parallèlement à l’exposition, une rétrospective  a aussi été consacrée à Ennio Morricone, qui avait travaillé également avec Martin Scorsese, Brian de Palma, Gillo Pontecorvo, Elio Petri, Dario Argento, Roland Joffé, John Carpenter, Francis Girod, et bien d’autres. Outre la projection de films, une master class s’est tenue du 22 au 26 novembre 2018.

  • A lire autour d’Ennio Morricone

Signalons par ailleurs deux textes publiés dans le catalogue de l’exposition.
Catalogue de l’exposition : La Révolution Sergio Leone, ouvrage collectif sous la direction de Gian Luca Farinelli et de Christopher Frayling, biographe de Sergio Leone (Les Éditions de la Table ronde, Paris, 2018).
Les textes font part des mélanges d’influence entre les cinéastes ou de la grande variété des sources d’inspiration esthétique, scénique, musicale, etc.
Sur Morricone, on lira avec profit :
– « La clé musicale », par Sergio Leone (p. 129-130).
Résumés de quelques propos : Les westerns comportent des musiques folkloriques du XIXe siècle, puis prennent des libertés par l’introduction de thèmes mexicains et même slaves ; la musique sert de clé interprétative pour une époque picaresque ; elle est taillée sur mesure pour donner tempo et rythme au western, comme un rituel chorégraphique ; chaque séquence musicale a sa propre signification en fonction de l’histoire et des événements ; la composition intègre des sons matériels, bruits d’oiseau et d’animaux ; c’est une musique qui fait parler les personnages.

– « Entretien avec Ennio Morricone », par Christopher Frayling (p. 229-236).
Résumé de quelques propos : Le réalisateur dit avoir commencé ses tournages dans l’esprit de YojimboLe Garde du corps (1961), d’Akira Kurosawa, avec Toshirô Mifune. Clint Eastwood fait penser à un voyou romain, transposé dans l’Amérique, avec les bruits de la ville au loin, cloche d’église, et sifflements, percussion, guitare… et même utilisation d’une berceuse pour une série télévisée d’Eugène O’Neill, Drames de la mer.
L’écriture de la musique avait lieu à l’avance, à partir du film Le Bon, la Bête et le Truand, pour lequel a été un thème musical porteur sur un hurlement de coyote. Un thème et trois variantes reflètent les trois personnages principaux.
Il n’y a pas de lecture de scénario, mais une approche des personnages et décors présentés par Sergio Leone, avec enregistrement des refrains au piano.
La musique maintient et prolonge l’expressivité acquise durant la scène d’orgue dans Et pour quelques dollars de plus, avec également des carillons de montre ; exemple aussi de la scène d’harmonica dans Il était une fois dans l’Ouest. Son : symbole pour tout le film.
Un thème est enregistré à l’avance, avec règlement du crescendo musical sur la vitesse du mouvement de grue qui suit Claudia Cardinale ; et importance des premières minutes de silence.
Film et musique partagent une dimension temporelle, se fondent en même temps pour exister. Il faut du temps pour écouter la musique.

Pour en savoir plus sur Ennio Morricone nous renvoyons à l’incontournable:
Ennio Morricone, ma musique, ma vie, entretiens avec Alessandro De Rosa, éditions Séguier, 2018.


Une réponse sur “Quelques notes sur Ennio Morricone”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.