Carte blanche à Beatriz Tadeo-Fuica

En lien avec la série d’articles autour de la Cinémathèque-Musée, il m’a semblé important de donner la parole à d’autres chercheurs ou chercheuses qui le souhaitaient: d’où cette carte blanche à Beatriz Tadeo-Fuica. Son texte, qui paraîtra dans un billet distinct et ultérieur à celui-ci, s’intitule « La célébration de l’art dramatique et du pouvoir des femmes : deux thématiques trouvées dans la programmation des films européens en Uruguay ». Il reprend une intervention donnée lors d’une journée d’étude que nous avons organisée conjointement en septembre 2019. Cette journée était consacrée aux pratiques de programmation dans les années 1950. Ici, grâce aux ressources du numériques Beatriz nous permet de tenter l’expérience (toujours imparfaite) d’une reconstitution de programme pour en évaluer les lignes directrices intellectuelles ou visuelles.

Dans cette série de billets sur la Cinémathèque-Musée, la contribution de Beatriz permet de mettre en évidence certains modèles de trajectoires pour les institutions patrimoniales s’étant fondées après la Seconde Guerre mondiale. On voit ici comment deux ciné-clubs furent à l’origine d’un projet de cinémathèque en Uruguay: encore un exemple de cet enracinement social des cinémathèques dans la cinéphilie, de l’impulsion décisive du désir de voir des films du passé et de connaître son histoire de jeune cinéphile. La contribution de Beatriz attire aussi notre attention sur plusieurs éléments caractéristiques de cette période: le rôle important de la Cinémathèque française dans la mise en circulation de films anciens à travers le monde dans les années 1950, le développement de la forme festivalière et l’intégration de films du patrimoine à leur programmation1. Grâce à la fine analyse de Beatriz, on voit aussi que l’allégeance aux propositions de programmation de la Cinémathèque française n’était pas totale et que ses interlocuteurs se réservaient une certaine autonomie dans les modalités de présentation des films. La question de l’adaptation d’un propositions culturelles d’un organisme à l’autre, tant à l’échelle transcontinentale que nationale, est en effet essentielle pour appréhender les dynamiques qui sous-tendent cette période.

  1. Voir à ce sujet: Stéphanie-Emmanuelle Louis, « Screens for Historical Awareness. Festivals and the Patrimonialization of Film Art in France before 1968 », in Tricia Jenkins (dir.), Introduction to Global Film Festivals: From Venice to the Digital Age, 2018 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.