La célébration de l’art dramatique et du pouvoir des femmes : deux thématiques trouvées dans la programmation des films européens en Uruguay

Ce texte est basé sur la présentation « La programmation de films classiques en Amérique du sud à travers les échanges avec la Cinémathèque française ». Il vise à analyser la façon dont des films européens arrivés en Uruguay, à travers le réseau FIAF, ont été programmés par Cine Universitario, un des ciné-clubs les plus importants de Montevideo et un membre fondateur de la Cinémathèque uruguayenne. Cine Universitario a, en effet, créé cette cinémathèque en 1952 et elle a été acceptée comme membre correspondant de la FIAF cette même année au Congrès d’Amsterdam. En 1953, Cine Club del Uruguay, un autre ciné-club de même importance, a décidé de rejoindre le projet et, cette même année, la Cinémathèque uruguayenne a été acceptée comme membre à part entière de la FIAF au Congrès du Vence.  La Cinémathèque uruguayenne fournissait des films principalement pour les projections de ces deux ciné-clubs étant à l’origine de sa fondation. Cependant, elle organisait parfois aussi des projections indépendantes.[1] 

À l’occasion du Festival du cinéma de Sao Paulo (1954), la Cinémathèque française a envoyé une vaste liste de films.[2] Mais, contrairement à ce que nous aurions pu imaginer, cette sélection n’a pas été montrée dans sa totalité.  Le financement reçu pour organiser le festival a permis de payer le tirage et le transport des copies, l’organisation de séances à Sao Paulo pendant toute l’année 1954, ainsi que leur circulation dans la région après le festival.[3] En pratique, les programmes montrent que ces films ont effectivement voyagé entre Sao Paulo, Río de Janeiro, Buenos Aires et Montevideo pendant plusieurs années.

Le 8 juin 1955, quatre films de Méliès, qui étaient arrivés l’année d’avant au Brésil, ont été montrés au Cine Universitario. Selon la feuille de programmation, les titres concernés sont : Le magicien (1987)[4], Le mélomane (1903), Le royaume des fées (1903), et Les 400 farces du diable (1906).[5] Cependant, ces films, au lieu d’avoir été programmés dans une rétrospective des films français (comme cela avait été le cas au début de l’année lors du Festival du Cinéma de Punta del Este, Uruguay), ils ont été programmés avant un long métrage italien qui venait de recevoir le Lion d’argent au festival de Venise en 1953 : I Vitelloni de Federico Fellini.

Ce choix nous pousse à réfléchir au-delà des catégories historiques et des fonctions pédagogiques associées de manière fréquente aux ciné-clubs. Pour commencer, nous notons qu’il y a un décalage d’environ cinquante ans entre les films de Méliès et celui de Fellini. Je propose que dans cette programmation le lien entre les court-métrages de Méliès et le film de Fellini a été établi à travers le sujet de la comédie et, plus précisément, l’importance de l’évasion à travers les arts dramatiques.

En effet, le film de Fellini montre la vie de cinq amis dans un village italien. Parmi eux, l’un rêve de devenir dramaturge, un autre est chanteur, et tous profitent bien du carnaval. Ces vies bohèmes se divertissent grâce aux arts et c’est donc ainsi que je propose de faire un lien avec les films de Méliès dont l’objectif d’utiliser des costumes, des scénarios et des corps des comédiens visait à amuser un spectateur qui établissait ses premiers contacts avec le cinéma.

Voir les films nous permettra de mieux réfléchir à cette hypothèse. Voici des liens permettant de les visionner :

L’illusionniste fin de siècle

Le mélomane

Le royaume des fées

Les 400 farces du diable

Bande d’annonce de I Vitelloni (en anglais)

Pour construire une argumentation plus large, je voudrais maintenant considérer l’analyse d’une autre programmation, celle du 19 octobre 1955, qui, à priori, n’a pas des liens très évidents entre ses composants. Il s’agit du film Aux frontières de l’homme réalisé par Nicole Vedrès et Jean Rostand en 1953 suivi par Le vent de Victor Sjöström de 1928. Selon les archives consultées, le film de Sjöström est arrivé pour le festival de Sao Paulo via Londres. Cependant, des doutes persistent sur le fait que la copie ait bien appartenu à la Cinémathèque française et qu’elle ait été envoyée de Londres, ou bien sur le fait que cette copie ait été une pièce de la collection britannique. Elle est néanmoins arrivée en Amérique du sud pour le festival de Sao Paulo et elle a, au moins, fait un voyage supplémentaire en Uruguay pour être montrée au Cine Universitario.

Comme pour l’exemple précédant, le long métrage a été introduit par un autre film : en l’occurrence, le documentaire français Aux frontières de l’homme. Cette copie a été fournie par l’Ambassade et non par la Cinémathèque française.

Encore une fois, on constate un éloignement chronologique entre les deux films, cette fois-ci, de 25 ans et, au contraire du programme Méliès-Fellini, la programmation commence par le film le plus récent, celui de Vedrès et Rostand. Dans ce programme, je pose l’hypothèse que la relation entre les deux films se base sur le concept de manipulation (ou conquête) de la nature, ainsi que sur des références au pouvoir des femmes.

Pour visualiser cet argument, je vous invite d’abord à regarder l’extrait suivant du documentaire, qui parle de la nature et de la manipulation chromosomique à des fins de reproduction.

Puis, on verra le début du film de Sjöström, dont les premiers cartons sont très parlants : « L’homme – petit mais irrésistible – gagnant toujours du terrain sur l’immensité de la nature, progressivement, très progressivement arrachant ces étranges secrets, maîtrisant ses éléments féroces – conquit la terre ! »  « Ceci est l’histoire d’une femme qui est entrée dans le domaine des vents »:

Ces deux programmations du Cine Universitario, une institution créée par des étudiants cinéphiles, nous montrent une approche créative, plutôt basée sur la connaissance des films, qui laisse le spectateur tisser des liens entre les œuvres, au lieu de programmer les films par ordre chronologique ou de donner la priorité aux mouvements et périodes précises de l’histoire du cinéma.

 

Remerciements :

Je voudrais remercier la FIAF, la Cinémathèque française, la Cinémathèque brésilienne, la Cinémathèque uruguayenne et le SODRE (Uruguay) pour m’avoir donné accès à leurs archives. Ces recherches ont fait partie du projet TRANSARCHIVES financé par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne d’après l’accord de subvention Marie Sklodowska-Curie No746257.

[1] Pour plus de détails voir Beatriz Tadeo Fuica « Tracing past Exchanges between European and South American Cinematheques: a Key to Understanding the Impact of Sharing”, Iluminace : Journal for Film Theory, History, and Aesthetics, 27–42, 2019, 31–32.

[2] Pour trouver plus d’exemples de films arrivés à l’occasion du Festival de Sao Paulo, voir https://transarchives.nakalona.fr/ onglet « From Paris to Sao Paulo ». Les films dont la « date de soumission » est fixée en janvier 1954 ont été envoyés dans le contexte du festival.

[3] Fausto Douglas Correa Júnior, A cinemateca brasileira das luzes aos anos de chumbo, Sao Paulo, 2010, p. 143.

[4] Les correspondances trouvées aux archives, qui parlent parfois du film Le Magicien et parfois du film L’illusionniste, ainsi que les recherches menées par Marie-Hélène Lehérissey Meliès, nous amènent à conclure que le film envoyé à l`époque a en fait été le film aujourd’hui identifié comme L’illusionniste fin de siècle (1899). Voir l’extrait du 15ème bulletin de l’association Les Amis de Georges Méliès (2ème semestre 1989 pages 21 à 26) reproduit dans Cinémathèque Méliès – Association les amis de Georges Méliès, Analyse descriptive des films de Georges Méliès rassemblés entre 1981 et 1996 par la cinémathèque Méliès, Paris, 1996.

[5] Les dates et les noms des films ont été extraits de la feuille du programme de Cine Universitario.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.