A propos de «Cannes 1939, le festival n’aura pas lieu», film de Julien Ouguergouz

Ce documentaire sur le projet de création du festival international du film de Cannes en 1939 écrit par Julien Ouguergouz et Olivier Loubès, a été diffusé dans le cadre de l’émission « La case du siècle » sur France 5, le 12 mai 2019 (52 mn). 1

Ce documentaire revient sur le projet de création du festival de cinéma, prévu à Cannes en septembre 1939, grâce à des archives filmées (françaises et italiennes notamment) et d’actualités contemporaines, ainsi que d’extraits de films sélectionnés pour le festival d’alors. Le film contient aussi des témoignages : filles de Jean Zay, Hélène et Catherine (HZ, CZ) ; des interviews de professionnels du cinéma : Alberto Barbera (AB), directeur de la Mostra de Venise ; Gilles Jacob (GJ), président du festival de Cannes de 2001 à 2014 ; des interventions d’historien/nes, Antoine de Baecque (AdB), Natacha Laurent (NL), Olivier Loubès (OL), Pascal Ory (PO).

Pas de printemps pour l’azur

Les auteurs présentent leur récit en « trois actes » correspondant à des moments historiques décisifs, qu’ils désignent par ces intertitres : « Un automne à Venise », «L’hiver de Munich », « Un été à Cannes ». On sait que la tragédie suivra, que l’on pourrait considérer comme un quatrième acte.
Tout commence à Venise, puisque, de façon inattendue, l’origine du festival de Cannes remonte à la prestigieuse Mostra : il est voulu comme une alternative à une manifestation modèle, mais dévouée au fascisme et au nazisme.
Après L’Arrivée du train en gare de La Ciotat des frères Lumière, se crée une autre légende : au retour de Venise 1938, dans le train pour Paris, naît l’idée de Philippe Erlanger, membre de la délégation française à la Mostra, de monter un « festival des nations libres » ; une musique souligne la détermination d’Erlanger à réaliser ce projet. Pour ce faire, il décide de faire appel à Jean Zay, ministre de l’Education nationale et des Beaux-Arts, et, « cinéphile, ce qui est rare chez les politiques » (AdB). Plus tard, il sera rappelé que Jean Zay s’engagera dès la déclaration de guerre, sera emprisonné pendant quatre ans puis assassiné par la milice en 1944, et que c’est seulement en 2013 qu’une plaque sera apposée dans le hall du palais des festivals, lui rendant ainsi un hommage tardif.
Pour l’heure, en cette fin de décennie 1930, le cinéma n’est pas considéré comme prioritaire face au risque de guerre, sentiment largement répandu dans le pays, qui « ne se demande pas s’il y aura la guerre, mais si elle aura lieu avant la fin de l’année » (PO). Une succession de plans très courts des responsables politiques d’alors, qui vont et viennent, semblent s’agiter en tous sens, évoquent l’inquiétude du moment. En outre, l’accord de Munich – le prétendu engagement des nazis de ne pas envahir la Tchécoslovaquie – prend « une tournure cinématographique » (OL) : enthousiasme de la foule au retour de Daladier, signataire du texte munichois, dont le nom est scandé, comme celui d’une vedette. En contrepoint, le documentaire marque une pause, passe au ralenti sur Georges Bonnet, ministre des Affaires étrangères, partisan d’éviter la guerre car jugeant l’armée allemande trop forte, avant un instant de silence, comme un bref répit, dont on connaît les suites. Il est d’ailleurs rappelé que, lors du banquet officiel à Paris, en présence du diplomate von Ribbentrop, les ministres juifs ou apparentés sont exclus ! Dans un autre état d’esprit, sont rendues les hésitations de Jean Zay à rester au gouvernement : plans sereins de vols d’oiseaux dans les arbres, en toute liberté.
Après ces moments mémorables, survient l’occupation de Prague, qui met fin à une possibilité de paix entre États. Direction alors : la Côte d’Azur.

La vitrine cannoise

En effet, la ville de Cannes est finalement retenue plutôt que Biarritz ou Deauville. D’abord parce qu’elle reçoit un très large soutien de la part des politiques, hôteliers, vedettes. Un autre atout réside dans sa situation géographique : la Côte d’Azur se trouve déjà placée sous le signe du cinéma, par les tournages et par la présence des stars, habituées ou de passage (exemple de la lune de miel d’Annabella et Tyrone Power). Ce choix s’impose d’autant mieux qu’il faut faire vite et qu’on part sans expérience antérieure de festival de cette ampleur en France.
La renommée de la Côte d’azur fait bénéficier le festival d’une large communication. Cette dimension est annoncée dès le début du film avec les images devenues familières de la foule de photographes de part et d’autre du tapis rouge du Palais des festivals, images accompagnées de la musique de lancement des projections. Elle est plus symboliquement évoquée par une salle obscure d’où jaillit le faisceau lumineux du projecteur des films, comme si une lumière venait traverser des ténèbres.
L’alternance d’archives filmiques et d’actualités récentes du festival suggère une continuité entre les époques, au moins dans les images véhiculées : exemple des feux d’artifices, hier en noir et blanc, en couleurs aujourd’hui, assurent une permanence dans les festivités cannoises, divertissement des festivaliers dans les soirées luxueuses comme en bord de mer.
La radio est autre moyen de communication essentiel à l’époque. Son influence est rapportée par des photos de foyers en train d’écouter attentivement les nouvelles, à l’image d’une famille toute concentrée sur le poste de TSF, comme pour souligner que les manifestations cinématographiques, même prestigieuses, concernent tout le monde. Si Jean Zay y prononce des paroles fortes, humaines et sages sur le cinéma, déclarations lues en voix off, avant un court chevauchement avec sa propre voix, le gala à Cannes, « le Bal des petits lits blancs », soirée caritative – où le champagne, incontournable signe de mondanité, coule à flots, – sera aussi retransmis par les ondes en Amérique.
Toutefois, le documentaire pointe que la presse écrite de l’époque se moque du festival, à l’image de la populaire revue Cinémonde, qui voit ce projet de festival comme « une rigolade » (AB) !
Puis, l’annonce du pacte germano-soviétique, accompagnée ici d’une sorte de roulement de tambour, met fin définitivement à l’entreprise cannoise. Le contraste est signifié par les images de la ville désertée sitôt après la déclaration de guerre.

Pour une représentation du monde : sélections et palmarès

Les commentaires des différents intervenants s’accordent pour dire que les sélections cannoises tendent tous les ans à refléter un état du monde, politique, culturel, social, économique. On le voit par les actualités d’époque, qui rappellent que la Mostra de 1937 avait applaudi et couronné La Grande Illusion de Jean Renoir, expression de liberté et de résistance, illustrée dans le documentaire par la séquence des prisonniers français et britanniques de la Première Guerre mondiale chantant « La Marseillaise » au cours de la fête de Noël. Aussi, l’année suivante, Goebbels, contre l’avis des délégations participantes, fait attribuer le Grand Prix à Olympia, de Leni Riefenstahl, sur les Jeux Olympiques de 1936, déploiement de propagande pour le régime nazi, à l’image des officiels du régime, paradant tout sourire et tout de blanc vêtus.
« Sans Hollywood, pas de festival international » (GJ) : le futur Cannes ne pouvait en effet ignorer les États-Unis, occasion pour les Américains d’obtenir un avantage commercial dans une plus large distribution de leurs films sur le territoire français – une grande réception rassemble tout ce que les compagnies hollywoodiennes comptaient de dirigeants influents, comme une impressionnante démonstration de force. En outre, l’industrie cinématographique d’outre-Atlantique trouvait également dans ce festival une occasion d’exposer ses avancées techniques : la féérie du Technicolor, illustrée par un extrait du Magicien d’Oz, de Victor Fleming.
Si le festival de Cannes 1939 faisait preuve d’ouverture et de diversité, la propagande n’était pas pour autant exclue. Ainsi, les films français disponibles pour Cannes tendaient à exposer l’empire colonial. Si demain la guerre, film de l’Union soviétique d’Efim Dzigan, pouvait passer pour une « anticipation » (NL) sur le conflit à venir. Enfin, caractéristique de la situation de l’époque, un film tchécoslovaque, paradoxe puisque la nation, envahie, « n’existe plus en 1939 » (AdB) : La Grande Solution2, de Hugo Haas, où un pacifiste est moqué par la foule, pris à partie, refuse de crier « vive la guerre ».
Le festival Cannes a tout de suite acquis une valeur symbolique par son esprit de résistance, comme « initiative antifasciste et antiraciste » (CZ, HZ). Ce caractère tend à être toujours présent par ses palmarès, en attribuant notamment des prix à des films politiquement engagés, même si la première édition à se tenir en 1946 semblait avoir oublié qu’elle avait déjà un passé. On voit aussi que l’on passe d’une époque à une autre par la différence entre les affiches : celle de 1939 en sépia ; celle d’après-guerre, tout en couleurs.
Cannes 1939 avait été l’occasion d’affirmer une primauté de la culture, ou même, d’une « diplomatie culturelle » (PO). S’il en était besoin, pour illustrer la dimension politique de la manifestation cannoise depuis des décennies, le générique de fin du documentaire est accompagné d’extraits significatifs des engagements ou de moments forts de cet événement médiatique, festif, industriel : attribution d’une Palme d’or à Ken Loach, qui dénonce les maux du système libéral ; propos de Francis Ford Coppola considérant que son film Apocalypse Now « n’est pas sur le Vietman, c’est le Vietnam » ; extrait, bien connu, du vif débat en mai 1968 à Cannes, Truffaut et Godard en tête appelant à l’arrêt du festival. Cannes sera toujours Cannes. 

  1. Fiche Inathèque : http://inatheque.ina.fr/doc/TV-RADIO/TV_6443815.001/cannes-1939-le-festival-n-aura-pas-lieu?rang=1 []
  2. Film connu aussi sous d’autres titres bien parlants, “Histoire d’une dictature”, “La Peste blanche”. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.