Gouverner la culture, gouverner par la culture

Dans le cadre des vingt-troisièmes Rendez-vous de l’histoire, l’AFRHC a organisé une table ronde intitulée: « La politique culturelle du cinéma dans les années 1950-1960 : regards sur les enjeux d’un gouvernement de la culture et par la culture ».

  • Un panorama original sur les décennies 1950 et 1960

Cette rencontre était modérée par Dimitri Vezyroglou, Président de l’association, qui a notamment dirigé le volume collectif Le Cinéma : une affaire d’Etat 1945-1970 (Comité d’histoire du Ministère de la Culture/ Documentation française, 2014). Elle réunissait trois historiennes récemment publiées par l’AFRHC, citées ci-après par ordre d’intervention dans la table ronde :

L’ensemble des interventions a permis de dresser un panorama original de la période, associant problématiques morales, économiques et mémorielles. Du cas français, on s’est ouvert à des enjeux européens. De l’interaction interministérielle aux coopérations internationales, on est aussi passé par l’articulation des politiques étatiques et municipales en matière de cinéma.

Mon intervention portait sur ce dernier aspect et consistait à mettre en avant trois points, que je vais présenter ci-après après en avoir rappelé brièvement les prolégomènes théoriques et historiographiques.

  • Le cas du patrimoine cinématographique dans les années 1950-1960: rappels théoriques et historiographiques

Afin de bien saisir les enjeux de la période, il faut d’abord rappeler que l’organisation du champ patrimonial du cinéma en France est sous-tendue par le couple dialectique conserver-montrer. Autrement dit: d’une part, ce qui est mis en œuvre pour sauver physiquement les films ainsi que toutes les collections afférentes à leur histoire, et d’autre part ce que l’on fait pour montrer ces collections. On doit insister sur le fait que, d’après l’approche théorique mobilisée par les études patrimoniales, conserver ne suffit pas à ce que le processus de patrimonialisation s’accomplisse: la transmission est essentielle.

De plus, du point de vue historique, lorsqu’on pense à la période 1950-1960 en matière de patrimoine cinématographique, le premier événement qui vient en tête est souvent l’affaire Langlois, dans les premiers mois de 1968. Cette représentation masque la fertilité des années 1960 ainsi que la pluralité des acteurs impliqués dans le processus de patrimonialisation. Elle tend aussi à réduire la problématique de la gouvernance liée au patrimoine cinématographique à une interaction entre l’Etat et des acteurs privés. L’un des enjeux de mon travail a été de restituer une partie de sa profondeur à l’affaire Langlois (après des historiens comme Antoine de Baecque), et donc de battre en brèche cette représentation dominante.

  • 1950-1960: deux décennies essentielles de mutation pour la patrimonialisation du cinéma

Il faut rappeler que la principale transformation sur la période 1950-1960, en matière de la gestion étatique de la culture, est la création du ministère des Affaires culturelles en 1959. Dans le cadre de cette table ronde, il s’agissait donc d’envisager l’avant et l’après de la création du ministère en matière de patrimoine cinématographique.

D’abord, en rappelant qu’une certaine gouvernance de ces questions patrimoniales sur le cinéma a existé avant les années 1950 au niveau national. Du point de vue des actions de l’Etat, la problématique patrimoniale a été prise en charge avec plus ou moins de succès, dès les années 1930. Une cinémathèque nationale a été créée en 1933 sous l’égide du secrétariat aux Beaux-Arts  (ministère de l’Education nationale). Elle a périclité et ses prérogatives sont récupérées par une association issue de la cinéphilie, fondée en 1936, la Cinémathèque française. Un nouveau projet de cinémathèque nationale a été envisagé sous Vichy. A cette période, on doit surtout noter qu’une loi sur le dépôt légal du cinéma est mise en place, mais sans le décret d’application correspondant: ce qui la rend donc sans conséquence. Mais aussi, la Cinémathèque française touche sa première subvention de l’Etat ; subvention qui ne sera concrètement remise en cause qu’en 1968. La création du ministère des Affaires culturelles amène une intégration non plus seulement financière mais aussi conceptuelle des questions patrimoniales sur le cinéma à la politique de l’Etat.

Parallèlement il est important de distinguer la question des politiques gouvernementales et celle des politiques culturelles menées par ailleurs. En effet, la période 1950-1960 voit émerger des initiatives locales en matière de patrimoine cinématographique. Si elles coïncident, d’un point de vue temporel,  avec l’entrée en activité du Ministère, elles sont loin d’être un simple prolongement des initiatives centrales. Toulouse, Lyon et Annecy nous permettent d’observer des mises en oeuvre singulières, et différents types d’articulation avec les actions gouvernementales. On peut citer le soutien timide de la municipalité toulousaine par le prêt d’un local à la fin des années 1950, afin d’offrir à la section des Amis de la cinémathèque française un lieu de stockage. Plus engagées seront les municipalités d’Annecy et de Lyon durant les années 1960. Annecy en soutenant l’implantation d’un festival et d’un projet de Conservatoire international du cinéma d’animation, comprenant un musée, le tout dans des rapports cordiaux avec l’Etat. Lyon à partir de 1964, sous le mandat de Louis Pradel et d’une opposition désormais franche à l’administration gaulliste.

La période 1950-1960 apparaît donc, pour le cinéma, comme celle de la pluralisation des acteurs privés et publics de sa patrimonialisation. Une période de configuration de ce champ cinématographique spécifique, notamment du point de vue de la gouvernance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.