HENRI: une plateforme en ligne de la Cinémathèque française

Alors que la crise sanitaire liée au Covid 19 sévit dans le monde et que le confinement a été imposé en France mi-mars 2020, entraînant la fermeture des salles de cinéma entre autres lieux publics, la plateforme HENRI a été lancée le 9 avril 2020 par la Cinémathèque française.

Annonce de l’ouverture d’HENRI sur la page Facebook de la CF

Il s’agit de mettre « gratuitement à disposition des internautes ses propres ‘trésors cachés’. Des films de tous formats, de toutes époques et de toutes nationalités, ayant été restaurés sous [la] supervision [de la Cinémathèque française] lors de ces vingt dernières années. » La plateforme permet donc de valoriser à la fois le travail de collecte et celui de restauration menés par la Cinémathèque française.

Sur la plateforme, l’A propos de Frédéric Bonnaud, directeur général de la CF[1], explique le fonctionnement de cet outil numérique :

« Cette mise en ligne d’une infime partie de notre collection, celle dont nous possédons les droits de diffusion, répond bien sûr à un contexte très particulier, l’épidémie de Covid-19 et le confinement, mais aussi à la volonté de diffuser le plus largement possible quelques pépites méconnues du patrimoine cinématographique.
Très attachée à la projection et à l’émotion partagée dans une salle, la Cinémathèque poursuit ainsi sa mission de transmission et de découverte. […]

Le site s’enrichira ainsi quotidiennement de merveilles, souvent rares, voire inédites, qui resteront disponibles jusqu’au retour des beaux jours, quand nos salles pourront rouvrir.
Soyez les bienvenu·e·s sur Henri, la quatrième salle de la Cinémathèque française ! »

Evidemment, cette quatrième salle virtuelle questionne en profondeur les pratiques de programmation de cette cinémathèque, et, plus largement de ses consoeurs. Il est intéressant d’observer comment, dans ce lieu dématérialisé, la Cinémathèque française réinvestit deux éléments caractéristiques de l’expérience d’un spectateur qui se rendrait rue de Bercy. Premièrement : l’articulation de programmations aux thèmes différents ; deuxièmement : la rotation des titres au sein de chacune d’entre elles. On donnera ici un aperçu de la composition et de la modulation des contenus mis à disposition sur cette plateforme en comparant en ligne en ligne les matins du 7 et du 30 mai 2020[2].

  • Organisation générale des contenus

Les programmes proposés sont accessibles en cliquant sur l’onglet « Les films ».

Onglets en-haut à gauche

La page se subdivise en plusieurs sections, que nous répartirons en quatre types : le programme du jour, les monographies de cinéastes, les programmations thématiques, et les « séances spéciales ». Les contenus de ces sections évoluent régulièrement, mais pas au même rythme. Le taux de rotation le plus important est celui de la première section, dont le contenu change quotidiennement. Ce n’est pas le cas des autres, dont les contenus connaissent des modulations ponctuellement. On verra aussi que le nombre des sections (programmations) proposées s’est étoffé dans le temps.

Il faut noter que chaque programmation fait l’objet de quelques lignes de présentation, et que chaque film est accompagné d’un synopsis et d’un texte de présentation. Adaptation à l’environnement en ligne: on remarque qu’en comparaison d’un programme papier imprimé, les proportions des textes sont inversées. En effet, dans les programmes de la rue de Bercy, les cycles font l’objet d’un présentation longue et les films ne sont accompagnés que des synopsis. 

  • Les programmes du jour: un large spectre cinématographique mis en avant

Au matin du 7 mai, c’est le film mis en ligne la veille au soir qui apparaît dans le programme du jour

Tout au-dessus, la section 1 décline le programme du jour. Il peut se composer d’un ou plusieurs titres. Pour le 7 mai, autour de René Clair : les films étaient Paris qui dort (1925) et la Tour (1928). Le 30 mai, le film du vendredi 29 mai au soir, encore en ligne au moment de notre consultation est : La Brune et moi, de Philippe Puicouyoul (1979). La comparaison de ces deux propositions permet de voir le spectre cinématographique vraiment large, couvert par les programmes.

Mis en ligne chaque soir à 20h30, le programme du jour fait écho au rituel de la séance à laquelle on se rend à heure précise. Toutefois, on ne peut s’empêcher non plus de penser  au rendez-vous télévisuel, pour le film du soir. C’est pourquoi la plateforme, pour se distinguer dans son environnement médiatique a intérêt au développement d’autres interactions avec son public, comme l’ajout de nouvelles programmations aux contenus évolutifs et accessibles plus durablement.

  • Les monographies de cinéastes: une approche auteuriste traditionnelle

Après le programme du jour, différentes sections dédiées à des cinéastes se succèdent, selon une approche auteuriste traditionnelle en programmation, puisque la mise en valeur des cinéastes se pratiquait déjà du temps de la cinéphilie des années 1920.

Section Jean Epstein le matin du 7 mai

Matin du 7 mai 2020 Matin du 30 mai 2020 Variation

Jean Epstein : 5 films

Otar Iosseliani : 2 films

Raoul Ruiz : 3 films

 

 

Jean Epstein : 7 films

Otar Iosseliani : 3 films

Raoul Ruiz : 5 films

Jean-Claude Biette : 1 film

Jacques Rozier : 3 films

+ 2 titres

+ 1 titre

+ 2 titres

+ 1 titre /nouveau cinéaste

+ 3 titres /nouveau cinéaste

  • Les sections thématiques: d’autres explorations de la production cinématographique

On trouvera après les programmations dédiées aux cinéastes, des sections thématiques, qui proposent des entrées plus éclectiques dans la collection. Ces programmations permettent elles aussi de couvrir de larges pans de la production cinématographique. On note que deux nouvelles thématiques ont été ajoutées entre les matins du 7 et du 30 mai.

Matin du 7 mai 2020 Matin du 30 mai 2020 Variation

Albatros

Avant-gardes et incunables

Engagements, combats, débats

Henri Langlois

 

 

Albatros

Avant-gardes et incunables

Engagements, combats, débats

Henri Langlois

1950

Le plein de super

 

 

 

 

nouvelle programmation

nouvelle programmation

Programmation Henri Langlois le matin du 7 mai

Certaines de ces programmations ont vu augmenter le nombre de titres qu’elles contiennent. Par exemple, celle sur Henri Langlois contenait six films le matin du 7 mai, et neuf celui du 30 mai. Il faut noter qu’un titre présent le 6 a été retiré (Le Métro, Georges Franju, Henri Langlois, 1934). Notons aussi qu’un des titres proposé le 30 mai ne sera plus visible le lendemain.

Programmation Henri Langlois le matin du 30 mai

 

  • En bonus: les séances spéciales

Après les programmations thématiques, on trouvera, en fin de page, une section « Séance spéciale ». Au matin du 7 mai, seul le film de Dominique Gonzalez-Foerster et Ange Leccia, Personne n’est à la place de personne (2009), avec le chanteur Christophe, récemment décédé, était encore en ligne. Au matin du 30 mai, quatre titres sont proposés. Celui du 6 mai est toujours visionnable, et trois autres films (courts ou longs) ont été ajoutés : La France contre les robots (Jean-Marie Straub, 2020), Le Manoir de la peur (Alfred Machin, Henry Wulschleger, 1924), Où en êtes-vous, Barbet Schroeder ? (Barbet Schroeder, 2017).

  • Enrichissement des programmations durables

Quant à l’enrichissement des différentes programmations plus durables (monographiques, thématiques, ou séances spéciales), il peut provenir (mais pas nécessairement) d’une ventilation a posteriori des titres proposés dans le programme quotidien. 

Actualisation du programme quotidien le 30 mai au soir

C’est ce que nous permet d’observer par exemple le programme proposé le 30 mai au soir: Entretien entre Serge Daney et Jean-Luc Godard (Jean-Luc Godard, 1988), qui apparaît désormais dans la section « Engagements, combats, débats ».

Contenu de la section « Engagements, combats, débats » augmenté d’un film le 30 mai au soir

Cela a par exemple été le cas avec les films de Gaspard Noé en hommage à Philippe Nahon, décédé le 19 avril 2020, qui après avoir été « en haut de la page » ont été proposés en « Séance spéciale » tout en-bas, avant d’en être retirés.

 

[1] Ce texte présent sur la plateforme est aussi en ligne sur le site de la CF : https://www.cinematheque.fr/article/1534.html

[2] Pour un historique des diffusion, on peut se référer à la page Facebook de la Cinémathèque française, qui annonce les films chaque jour. Voir : https://www.facebook.com/cinemathequefr/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.