Séquence 6 : Le congrès de la FIAF, vitrine et moment d’évaluation des cinémathèques et archives du film

Le congrès vient rythmer, en général chaque année[1], la vie de la communauté FIAF. Des activités scientifiques, professionnelles et culturelles sont proposées aux congressistes : un Symposium[2], des projections, des visites d’organismes archivistiques et cinématographiques locaux, ainsi que des excursions plus touristiques. C’est aussi le moment où se tient l’assemblée générale de la fédération. Les membres construisent leur position dans la communauté internationale alors réunie.  Soulignons, qu’à une époque où l’entremise d’internet n’existe pas, le congrès favorise les interactions directes grâce aux moments de travail et de sociabilité qu’il offre. Si des rapports personnels, qui favoriseront ensuite les échanges et les invitations entre certains membres, se tissent, des projets collectifs plus larges sont lancés. Ils donnent lieu à la constitution de groupes de travail inter-archives. C’est au sein de ces commissions, nous semble-t-il, que les pratiques et normes professionnelles se discutent et se définissent au niveau international, articulant les expertises des différents contributeurs[3].

Comme pour les membres participant, le congrès constitue un lieu de représentation pour l’archive accueillant ce rassemblement rituel. Cela peut être l’occasion de montrer concrètement ses collections et ses installations. C’est globalement un moment où la communauté se donne à voir. Nous évoquerons ces aspects à travers deux documents d’actualités filmées, relatifs aux congrès de 1954 et 1962.

  • Lausanne, 1954[4]

A l’occasion du congrès de Lausanne, à l’automne 1954, le Ciné-Journal suisse réalise un sujet qui met particulièrement en valeur la question des savoir-faire des archivistes du film ou cinémathécaires, ainsi que son évaluation par des pairs et son insertion dans des réseaux internationaux. (Cliquer ici pour voir le film: http://memobase.ch/fr#document/SFW_CJS_CGS-CJS_0643-3)

Comme son titre l’indique, le CJS du 22 octobre 1954 se focalise sur la Cinémathèque suisse, puissance accueillante du congrès. Des gestes et pratiques professionnels sont montrés : différentes personnes de la cinémathèque manipulent les boîtes du stock de films, puis les cartons d’archives de la photothèque. On voit Freddy Buache, alors directeur de la Cinémathèque suisse, installé à la table de visionnage, bobines en main. S’ensuit un montage d’extraits de non-fictions et de fictions permettant de mettre en valeur la diversité des films conservés par l’institution. Le film s’achève, sur un nouveau plan Buache à la table de visionnage, alors que le commentaire conclut :

« sauver de l’oubli de pareils documents préservés de la destruction après leur carrière commerciale des chefs d’œuvres comme Quatorze juillet de René Clair, c’est là la raison d’être des cinémathèques.

Notre petite anthologie du cinéma s’achève, l’œuvre de la cinémathèque prend son essor ».

Le film témoigne de la manière dont un congrès de la FIAF peut contribuer à rendre visible au niveau local le travail d’un membre et, par ricochet, comme dans un jeu métonymique, les compétences professionnelles spécifiques de la communauté. Le film nous montre aussi que les pratiques des membres sont évaluées par les pairs lors des visites qui leurs sont proposées dans les installations. Dans les premiers plans du sujet, on voit en effet un groupe assez nombreux visiter les magasins de la cinémathèque. Parmi eux, on reconnaît Georges Sadoul, Jerzy Toeplitz et Henri Langlois.

  • Rome, 1962[5]

En 1962, un sujet de La Settimana Incom est consacré au congrès qui se tient à Rome du 20 au 24 juin. Là encore, nous pouvons observer les moments et les activités typiques auxquels se livre la communauté des archivistes du film à cette occasion.

Nous assistons aux échanges officiels des congressistes, notamment un discours du Président de la fédération, Jerzy Toeplitz. Le groupe se déplace ensuite dans les installations du Centre Sperimentale di Cinematografia et de la Cineteca Nazionale. Les plans montrant du matériel de tournage, puis des maquettes de costumes et des costumes exposés ont certainement été tournés lors des visites du samedi 22 juin au matin[6]. Visiter les collections et infrastructures d’autres membres de la fédération, entrer en contact avec d’autres organismes cinématographiques : telles sont les vocations du congrès. Ceci permet de comparer les pratiques professionnelles, de les évaluer, de les discuter. Voir des films occupe aussi une place importante, car c’est aussi sur l’écran que s’évaluent les politiques de collection et de préservation. A Rome, plusieurs projections sont prévues comme en témoigne le programme du congrès. Le commentaire du sujet d’actualité souligne que les films viennent des cinémathèques de nombreux pays. A travers ces programmes les archives montrent leur travail et la fédération voit l’efficacité de son réseau également mise en lumière.

 

Pour conclure sur la manière dont les congrès contribuent à la construction de la communauté professionnelle internationale des archivistes du film, ces deux sujets d’actualités semblent mettre en évidence des dynamiques concomitantes. Premièrement, l’affirmation de la communauté professionnelle autour de pratiques communes qui y sont discutées et établies. Ainsi, les images qui nous montrent la découverte in situ des pratiques de l’archive accueillante par les membres de la FIAF présents au congrès témoignent-elles, de cette émulation interne. Deuxièmement, la communauté existe dans un environnement au sein duquel elle se distingue par la spécificité de ses compétences et domaines d’intervention. Ces films d’actualités nous montrent donc aussi comment les médias opèrent la médiation des activités des cinémathèques et archives du film auprès du grand public.

 

[1] Cette année par exemple, celui qui devait se tenir à Mexico a été annulé à cause de la pandémie de Covid-19.

[2] A partir de 1972, si l’on se réfère à la chronologie en ligne proposée par la FIAF.

[3] Il arrive aussi que certains dossiers spécifiques soient confiées à des personnalités qualifiées pour faire avancer certains chantiers de réflexion à venir de la fédération.

[4] La Cinémathèque suisse (0643-3), Ciné-Journal suisse du 22.10.1954, Ciné-Journal suisse (CJS), CJS, 22.10.1954

[5] La settimana Incom 02243 del 28/06/1962 Congresso della Federazione Internazionale Archivi del film

[6] Roma Schedule, 1962, p.2. https://www.fiafnet.org/images/tinyUpload/History/FIAF-Archives/Digitized%20docs/Congresses/1962%20Rome_Schedule_Red.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.