Séquence 5 : La représentation française à la FIAF, images d’une transformation

Au cours de la période 1944-1970, le paysage des acteurs de la valorisation du patrimoine cinématographique en France se structure. Plusieurs configurations se succèdent, au sein desquelles la Cinémathèque française occupe une position déterminante. Lors d’une première phase, de la Libération à 1960[1], les activités sont concentrées autour de la CF, ce qui est favorisé par le subventionnement de l’association par l’Etat. Dans une deuxième phase, d’autres projets de cinémathèques-musées apparaissent, avec un volume d’activité plus modeste mais marquant néanmoins un désir de changement. Lors de la troisième phase, activée en 1968, la répartition des compétences patrimoniales entre les acteurs de droit privé[2] et l’Etat se voit parachevée par la création d’un service des archives du film au CNC. Ces transformations ont un impact sur la représentation française à la FIAF et des images en témoignent.

  • Le congrès de la FIAF, un outil de rayonnement durant « les années Langlois »

Pour Laurent Mannoni « de 1945 à 1955, Langlois grâce à son prestige et aux collections de la Cinémathèque française, a régné en maître sur le destin de la FIAF »[3].  La Cinémathèque française est alors le seul membre français de la fédération. Un chiffre pourra peut-être sembler révélateur quant à cette emprise française : sur vingt-quatre congrès organisés entre 1939 et 1970, quatre ont lieu en France. Trois de ceux-ci se tiennent entre 1946 et 1957, avant que Langlois rompe avec la fédération suite à l’Assemblée générale de 1959. A cette occasion, il vit comme un affront l’accession de Jacques Ledoux (Cinémathèque de Belgique) au Comité directeur. Elle vient envenimer la crise de confiance consécutive à la destruction de nombreuses copies appartenant à des membres de la fédération lors d’un incendie dans la cour de la Cinémathèque française durant l’été 1959.

Un film de 1953, en pleine apogée de Langlois à la FIAF, est tourné par Maurice Sigallas lors du Congrès de Vence[4] (il est visible ici). On fume beaucoup ; on discute ; on rit ; on mange ; on boit le café ; on fait quelques pas. Cependant, on travaille. Un plan nous montre Langlois, attablé avec d’autres convives lisant un document, l’air préoccupé. Quelques secondes auparavant, on a vu Mary Meerson de dos. Plus loin on verra Lotte Eisner et Jean Grémillon. Autrement dit, la Cinémathèque française est fortement représentée dans l’assemblée.[5]

Congrès de Vence, par Maurice Sigallas. Collection Cinémathèque française

Au cours du Congrès de 1954 l’assemblée vote une résolution d’hommage à Langlois[6]. C’est une reconnaissance officielle de son influence par la communauté internationale.

Résolutions du congrès 1954. Archives de la FIAF

L’un des derniers gros projets porté par Langlois pour la FIAF semble être l’exposition des soixante ans du cinéma, d’abord tenue à Paris en 1955, qui a ensuite circulé en Europe.

Rapport d’André Thirifays, Varsovie, 1955, Archives de la FIAF

Suite à l’assemblée générale de 1959, Langlois n’assiste plus aux congrès. En 1962, après de nombreuses discussions internes, la Cinémathèque française est radiée des membres de la fédération. Elle ne réintégrera la FIAF qu’en janvier 1983, au titre d’Observateur.

  • Les nouvelles représentations françaises à la FIAF : reflet d’une situation nationale en mutation

Entre 1962 et 1970, la diversification des acteurs du patrimoine cinématographique en France devient aussi visible à la FIAF.

La Cinémathèque de Toulouse, qui a été fondée en 1964 suite à l’autonomisation de la section toulousaine des Amis de la Cinémathèque française[7], devient membre provisoire de la FIAF en juin 1965. Elle accède au statut de membre de plein droit en mai 1966, et devient alors la représentante de la France à la fédération. Dès cette année-là, Raymond Borde (fondateur et principal animateur de la CT), est élu au Comité directeur. Il en fait à nouveau partie lors du congrès de mai 1969 à New-York.

Un film tourné par Ulrich Pöschke (Deutsches Institut für Filmkunde, Wiesbaden) à cette occasion, nous montre Borde lors d’une des excursions en bateau organisées pour les congressistes (le film est visible ici).

Raymond Borde. Congrès de New-York, par Ulrich Pöschke.

Lors de l’assemblée générale de 1969, le Comité de fondation du musée du cinéma et de la cinémathèque de Lyon est admis comme membre correspondant[8]. L’année suivante, le congrès se tiendra à Lyon dans la villa d’Antoine Lumière, qui est le site actuel de l’Institut Lumière. Un autre film d’ Ulrich Pöschke nous montre les lieux tels qu’ils étaient à l’époque[9] (le film est visible ici).

Si les films amateurs de Pöschke permettent d’évoquer les lieux des congrès, ainsi que certaines activités (le plus souvent de loisir, puisqu’il s’agit aussi de ramener des souvenirs des villes découvertes durant le congrès) des congressistes, ces films signalent aussi par la bande les bouleversements de la représentation française à la FIAF. En effet, en 1969, la fédération compte deux affiliés français autres que la Cinémathèque française. Si la présence d’un autre affilié français en 1965 pouvait paraître paradoxale, en 1969 celle de deux organismes français reflète le mouvement de pluralisation des acteurs du patrimoine qui s’est opéré en France tout au long des années 1960 et qui a aussi abouti à la création d’un acteur nouveau, par l’Etat, en 1969[10] : le service des archives du film du CNC[11]. Le SAF deviendra Observateur à la FIAF en mai 1974, avant d’être admis comme Membre de plein droit en mai 1983.

 

[1] 1960 est l’année d’installation des journées du cinéma d’animation à Annecy. Leur implantation dans cette ville est associée au développement d’un projet de musée. Suivront ensuite la Cinémathèque de Toulouse en 1964, puis le Comité de fondation du musée du cinéma et de la cinémathèque de Lyon en 1965.

[2] Les cinémathèques de cette période sont des associations loi 1901.

[3] Laurent Mannoni, Histoire de la Cinémathèque française, Paris, Gallimard, 206, p.282. Continuer jusqu’à p.301 pour une approche complète de cette rupture CF/FIAF.

[4] 1953, 39 mètres, durée 3’57. Positif inversible Kodachrome 16mm non monté issu des collections de la Cinémathèque française, numérisé en 2014. Prises de vues : Maurice Sigallas

[5] D’après la liste des participants les autres pays représentés cette année-là (par une personne en général) sont : le Venezuela, la RFA, la Suède, les Pays Bas, la Suisse, les Etats-Unis (Moma et George Eastmann House), l’Iran, la Yougoslavie, l’Italie, le Pakistan, l’Indonésie, la Suède. On compte aussi des représentants du Maroc et de l’Algérie, alors respectivement protectorat et département français.

[6] Résultats des travaux et résolutions, 1954, p.7.

[7] Natacha Laurent, « Raymond Borde et Henri Langlois, 1957-1965 ; retour sur une histoire de cinémathèque », Journal of Film Preservation, n° 91, octobre 2014 ; Stéphanie E. Louis, « Le Musée au pluriel. 1958-1968 : le patrimoine cinématographique au prisme de la décentralisation », dans Dimitri Vezyroglou (dir.), Le Cinéma : une affaire d’Etat, 1945-1970, La Documentation française, Paris, 2014 ; Stéphanie E. Louis, La Cinémathèque-Musée, une innovation cinépahile au cœur de la patrimonialisation du cinéma en France, Paris, AFRHC, 2020, p.253-278.

[8] Ce Comité a vu le jour à Lyon en 1965. Voir à ce sujet : Stéphanie E. Louis, La Cinémathèque-Musée, une innovation cinéphile au cœur de la patrimonialisation du cinéma en France, Paris, AFRHC, 2020, p.279-302.

[9] Sur l’aménagement du site, lire notamment : Stéphanie E. Louis, « Exposer le cinéma en France : le cas de l’Institut Lumière de Lyon », Réunion-échange : Les trois Lumières, INHA, mai 2009.

[10] Décision prise en 1968 en dénouement de l’affaire Langlois. Création effective en 1969 : Décret no 69-675 du 19 juin 1969 relatif à la conservation des films par le centre national de la cinématographie, JORF no 145 du 22 juin 1969, p. 6315

[11] CNC, 1969-2009 : les archives françaises du film du CNC. Histoire, collections, restaurations, Paris, Editions CNC, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.