Séquence 4 : Langlois et les autres… Quelques vues comparées d’expositions non-film dans les années 1940 en Europe

Lorsque François Albera  évoque l’exposition Images du cinéma français, proposée par la Cinémathèque française à Lausanne, après Paris, en 1945, il parle de « l’effarement »[1] qu’elle produisit sur les visiteurs non préparés à cette expérience visuelle[2]. Il évoque ce que ces visiteurs ont potentiellement pu voir auparavant, et notamment l’exposition itinérante Le Film hier et aujourd’hui, conçue par Georg Schmidt, Werner Schmalenach et Peter Bächlin, inaugurée au Musée des arts et métiers de Bâle en 1943, puis reprise à Berne (1944), Zurich (1945) et Bruxelles (1947).

Le Ciné-Journal suisse a consacré des sujets à ces deux manifestations des années 1940. Ils ne sont pas consultables en ligne, mais figurent toutefois sur le DVD édité en 2018 par la Cinémathèque suisse sur Lausanne , des Lumière à Godard 1896-1982[3]. Des photogrammes nous permettent de comparer des typologies expographiques assez éloignées l’une de l’autre.

  • Der Film gestern und heute [4] : le didactisme austère

Le CJS n°161.3 évoque en partie l’exposition Le Film hier et aujourd’hui [Der Film gestern und heute], à Bâle en octobre 1943, lors des Dix jours du film. Le commentaire explique « La partie technique expose les premiers appareils conçus dès 1884 pour rendre le mouvement par l’image. Les appareils de prise de vue, de projection des origines à nos jours. » Un plan d’ensemble nous permet de découvrir une partie de cette galerie des appareils, jalonnée de panonceaux explicatifs.

Didactisme oblige? Plusieurs plans laissent penser que certains appareils pouvaient être manipulés ou faisaient ponctuellement l’objet de démonstrations. N’oublions pas que les démonstrations participent de la tradition muséographique des techniques.

Toutefois, l’association du volet technique à une présentation de l’art du film relie clairement cette exposition à la tradition expographique cinéphile. La partie dite « artistique » de l’exposition se compose de panneaux illustrés. Le commentaire du CJS explique qu’elle « montre au moyen de tableaux graphiques quels effets esthétiques on peut tirer de la technique du film. »

Les textes guident fortement l’interprétation par le visiteur des documents sélectionnés.

L’objectif serait de permettre « à chacun d’apprendre ce qui distingue un bon film d’un mauvais et pourquoi il y en a relativement peu de bons et tant de mauvais films. » La  médiation conçue pour cette exposition se veut donc didactique et qualitative.

  • Images du cinéma français [5] : la fantasmagorie à l’œuvre ?

Près de deux ans plus tard, le CJS n°253.2 consacre une sujet à l’exposition Images du cinéma français, présentée au Palais Rumini à Lausanne par la Cinémathèque française. Le commentaire annonce: « le matin de l’inauguration, des parois vides ». Le fil narratif fait ensuite appel à l’imaginaire de la magie, de l’apparition subite.

Une telle improvisation semble tout à fait impossible pour l’exposition présentée à Bâle… En outre, différents gros plans et inserts nous permettent de voir que les typologies documentaires mobilisées par l’exposition semblent assez différentes de celles exploitées par Le Film hier et aujourd’hui. Si l’on retrouve des jouets optiques et des photographies, on trouve aussi des affiches, des gravures, des décors et des archives. Le commentaire et les images s’attardent sur la présence de scenarii de « chefs-d’œuvre » du muet.

A la mise en espace très austère observée à Bâle, s’oppose une ambiance « fantasmagorique » qui refléterait l’ « aventure » du cinéma français. La coloration différenciée des cimaises, la juxtaposition d’objets et documents de types différents (appareil/affiche par exemple), l’utilisation de découvertes photographiques en guise de décor, des vitrines chargées de pièces rares, sont autant d’éléments surprenants pour les visiteurs et caractéristiques de la « griffe expographique » de Langlois.

Quant au didactisme, il n’apparaît pas comme le but principal. Si de petites étiquettes semblent parfois présentes vers certains objets, elles sont fort discrètes et ne cherchent pas à imposer une interprétation. Quant à distinguer ce qui serait bon de ce qui serait mauvais, la sélection documentaire est livrée au spectateur dans sorte d’évidence de ce qui a fait la grandeur du cinéma français (Renoir, L’Herbier, Méliès, Dulac, Albatros, etc…). Il faudra se référer au catalogue pour connaître le discours explicite qui sous-tend cette présentation.

  • La Mostra -Sagra del Cinema : un entre-deux expographique ?

Quelques années plus tard, entre mai et juin 1949, la première Exposition Rétrospective du Cinéma, à Galleria Metropolitana de Turin semble se situer à mi-chemin entre les deux types expographiques précédemment présentés[6]. La manifestation est organisée par le Museo del Cinema, des représentants de l’industrie cinématographique et des organisations cinéphiles locales[7].

Selon la Stampa, l’exposition « explique au public comment naît un film»[8]. L’article poursuite : « L’architecte Piero Boggio a  transformé la Galleria en un espèce de cité du film. Le public trouvera une salle de projection et un studio en plus des divers stands où seront dévoilés les secrets de la scénographie, des truquages, etc.… A côté des expositions démonstratives il y en aura d’autres, statiques et documentaires pour ainsi dire. » Reconstitutions, démonstrations: on se situe à mi-chemin entre les deux types expographiques présentés plus haut. Ce qui se confirme dans l’observation des images.

Un sujet de La settimana Incom nous permet d’observer cette exposition. Des gros plans nous montrent des cartels écrits à la main. Les cimaises semblent colorées et la mise en espace propose de petits îlots thématiques qui créent des contrastes d’ambiance. On voit, par exemple, un îlot avec différents appareils auprès des réverbère, accessoire assez incongru. Plus loin, une cimaise tapissée de photos épinglées bords à bords, d’autres avec des portraits d’acteurs en grand format. Plus loin, une maquette de décor dans laquelle peut pénétrer un visiteur. 

Ces trois exemples nous permettent de voir la coexistence de styles expographiques divers dans les années 1940 et aussi de mieux nous représenter la spécificité de ce que pouvait présenter Langlois. Toutes ces expositions ont un lien étroit avec la communauté cinéphile (qu’elle soit locale ou internationale). Il convient de souligner des films sont présentés en lien plus ou moins direct avec ces expositions.

A Bâle, pour les Dix jours du film [10 Tage des Film], des productions récentes ont été montrées dans les cinémas de la ville. Il faut aussi noter que les Archives cinématographiques suisses de Bâle [Schweizerisches Filmarchiv] furent également inaugurées à ce moment-là.

A Lausanne et à Turin, une salle de projection est intégrée à l’exposition (voir la mention « Projection permanente de films » sur l’affiche d’Images du cinéma français ci-dessus), ce qui nous ramène à l’idée de cinémathèque-musée, où sont intimement liées monstration des collections film et non-film.

 

[1] François Albera, « L’effarement », dans Dominique Païni (dir.), Le Musée imaginaire d’Henri Langlois, Paris, Flammarion/ La Cinémathèque française, 2014, p.187-189. Voir aussi : François Albera, « Langlois à Lausanne ! », Alain Boillat et al. (dir.), Kino CH/ Cinéma CH. Rezeption, Äesthetik, Geschichte/Réception, esthétique, histoire, Marburg, Schüren, 2008.

[2] Lire éventuellement, avec les précautions d’usage, le témoignage de Freddy Buache. Freddy Buache, Derrière l’écran. Entretiens avec Christophe Gallaz et Jean-François Amiguet, Lausanne, L’Age d’homme, 2009, p.53-54.

[3] On consultera aussi avec profit la brochure incluse dans le coffret DVD, très complète quant à la contextualisation historique des films.

[4] L’exposition apparaît dans le CJS n°161.3 intitulé : Bâle. Les dix jours du Film, 15/10/1943, 5 min 21.

[5] L’exposition apparaît dans le CJS n°253.2 intitulé : « Images du cinéma français », 14 /09/1945, 1min25.

[6] La settimana Incom 00294, 26/05/1949,  Torino la mostra del cinema, 1 min23

[7] Ces informations ainsi que les extraits de la presse italienne nous ont été communiquées par Donata Pesenti et son tirée du catalogue de l’exposition Una passione per il cinema, tenue en 2002. Plus d’informations ici : http://www.museocinema.it/it/mostre/le-dragon-et-l%E2%80%99alouette-una-passione-il-cinema

[8] La Stampa, 24/04/1949.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.