Séquence 3 : De la promotion de la cinémathèque-musée à l’étranger

Dans l’immédiat après-guerre et les années 1950, la diffusion du modèle de cinémathèque-musée du cinéma est essentiellement liée aux activités de la Cinémathèque française. Il s’appuie sur le rayonnement de l’institution en France et à l’étranger grâce aux expositions et aux programmations qu’elle organise. Ce rayonnement bénéficie d’un réseau international. J’évoquerai ici un exemple en Italie.

Nous voici à Milan grâce à une actualité cinématographique de la Settimana Incom, en date du 6 mai 1954[1]. Ce sujet nous offre un éclairage synthétique et efficace sur la manière dont la cause patrimoniale et l’action des cinémathèques-musées peuvent être publicisées.

  • La valigia dei sogni, ou l’action des cinémathèques-musées valorisée par la fiction

Dans une première séquence, nous assistons à une projection de La valigia dei sogni (1953), de Luigi Comencini. Dans une salle comble et comptant aussi des personnalités, le critique Lanocita introduit ce film qui raconte, dans un montage alternant prises de vues contemporaines et extraits de films muets célèbres, l’histoire d’un vieil acteur qui sauve des films de la destruction. Il organise des projections qu’il bruite, sonorise avec des disques et bonimente, reçues parfois avec enthousiasme et parfois avec sarcasme.

Le générique du film signale le recours aux collections de deux cinémathèques italiennes.

Comment ne pas y voir une évocation des pionniers des cinémathèques et une mise en abyme de leur travail ? Le générique signale d’ailleurs le recours à leurs collections. Les premières scènes du film sont extrêmement frappantes, évoquant de manière quasi documentaire les procédures de destruction des films après exploitation.

Les bobines impressionnées sont vidées.
Après une succession de bains, les pelotes de pellicule vierge sont récupérées pour la fonte.

On nous montre aussi l’antre du collectionneur-sauveteur, qui revalorise les films mis au rebut par l’industrie, en les conservant et les montrant.

Derrière, les bobines de film préservées dans des boîtes. Entre les deux personnages, un gramophone permettant de passer des disques pendant les projections.
Sur les murs des affiches et des photographies: la passion du collectionneur ne se limite pas aux films.
Les films sauvés sont montrés lors d’une projection publique.

 

Il faut préciser que le réalisateur de La valigia dei sogni, Luigi Comencini, est l’un des co-fondateurs de la cinémathèque de Milan (initialement Cineteca Milanese et Cineteca Mario Ferrari) dans les années 1930[2].

Les relations avec la Cinémathèque française datent de 1938, alors que Comencini et Lattuada procèdent à des échanges de films clandestins avec Langlois. Grâce des prêts d’objets et documents, Comencini et Lattuada organisent une exposition non-film à la Triennale de Milan en 1940. L’organisme devient la Cineteca Italiana en 1947 et intègre la FIAF en 1948, dont Langlois est secrétaire général adjoint. Il occupe encore ce poste à la fédération lorsqu’il se rend à Milan en mai 1954. [3]

  • 50 anni di cinema, ou la circulation des expositions non-film

A la vingt-troisième seconde du sujet d’actualité, on voit Langlois conduisant le sous-secrétaire Ermini et un groupe d’officiels à travers une exposition de la Cinémathèque française consacrée aux cinquante ans du cinéma[4].

Les plans d’ensemble en début de séquence permettent de se faire une idée de la scénographie.  Les gros plans en milieu de séquence permettent de voir la typologie des documents et leur agencement. Dans un couloir, l’un des murs est recouvert d’affiches et d’agrandissements photographiques de très grand format (chronophotographie de la course d’un homme de Marey). En vis-à-vis, dans des vitrines tabulaires reposent, dans une profusion saisissante, des archives papier, alors qu’au-dessus sur les cimaises, sont accrochés des documents de petits format (certainement des gravures, des maquettes de costumes et de décors). L’exposition montre aussi des appareils, dont certains sont présentés dans des évocations en taille réelle de scènes de films ou de tournage, avec des décors et de silhouettes.

Le sujet se termine sur des images de films anciens, car c’est finalement toujours aux films que nous ramènent les expositions…

Ce sujet d’actualité nous laisse penser qu’à travers les expositions de la Cinémathèque française, c’est aussi une certaine manière de conserver et de montrer les collections cinématographiques qui est valorisée et promue. Valorisée, par ceux qui décident d’accueillir une telle exposition ; promue, par celui qui la conçoit. 

 

[1] « 50 anni di cinema », La settimana Incom 01091 del 06/05/1954 . Nous disposons à ce jour de sources contradictoires quant au fait que les deux événements montrés dans ce film d’actualité aient pu se tenir durant la dixième Triennale de Milan.

[2] A lire en français : Marie Frappat, Cinémathèques à l’italienne. Conservation et diffusion du patrimoine cinématographique en Italie, Paris, L’Harmattan, 2006, p.25-28.

[3] Bien que Langlois occupe différents postes dans le Comité directeur, cela ne semble pas avoir d’incidence réelle sur l’influence extrêmement forte qu’il exerce au sein de la fédération. Pour une vue synthétique des membres des Comités exécutifs de la FIAF, consulter : https://www.fiafnet.org/pages/History/Past-Executive-Committees.html

[4] Les premières sociétés de production italiennes apparaissent dans la première décennie du XXe Siècle..


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.