Sur le terme « cinémathèque-musée »

Il m’a semblé utile de revenir sur la terminologie « cinémathèque-musée », que j’emploie dans le titre de mon livre.

  • Du  « Musée au pluriel » à la « cinémathèque-musée »

Il convient d’abord de préciser que ma thèse s’intitulait « Le Musée au pluriel (1944-1968). Faire voir le patrimoine cinématographique en France à l’heure de l’expansion cinéphile ». Je souhaitais alors mettre en évidence comment l’idée de faire exister un musée du cinéma avait été investie de différentes manières par la communauté cinéphile, en plein essor après la Seconde Guerre mondiale. Il y avait, dans cet intitulé, un clin d’œil à Michel de Certeau, dont les réflexions sur le rapport à la norme et à l’autorité dans la Culture au pluriel correspondaient à mon interprétation des dynamiques sociales et institutionnelles sous-tendant l’organisation d’une vie patrimoniale autour du cinéma entre 1944 et 1968.  Ce préambule me permet aussi de signaler que le concept de « faire voir » vient des travaux de Nathalie Heinich[1]. Il décrivait pour moi exactement la manière dont le musée s’inscrit dans un système plus vaste de valorisation du cinéma comme patrimoine ou de construction d’un regard patrimonial sur le cinéma. [2]

La « cinémathèque-musée » reflète d’abord une suggestion éditoriale. L’objectif était de rendre plus évident le sujet du livre, mais est-ce vraiment le cas finalement ? L’idée qui organise le récit reste la même : les organismes de valorisation du patrimoine cinématographique se sont diversifiés dès les années 1950 sous l’égide de groupes cinéphiles. Cependant, c’est la forme institutionnelle matricielle par laquelle passent ces actions de valorisation qui se voit mise en avant avec ce titre « la cinémathèque-musée ». En effet, l’idée de concrétiser une « cinémathèque-musée » guide, me semble-t-il, les cinéphiles qui s’investissent dans la cause patrimoniale entre 1944 et 1968. C’est un modèle, un idéal vers lequel ils tendent.

Le titre la « cinémathèque-musée » se réfère donc à un concept institutionnel défini de manière heuristique et vérifié dans l’observation de mon corpus d’étude. Ce concept reste donc bien ancré dans le réel.

  • Cinémathèque-musée : le mot et le concept

On trouve ce mot-valise sous la plume d’Henri Langlois, au début des années 1960, pour décrire son projet pour la Cinémathèque française à la commission du plan[3]. Mais, il vient alors – et si tant est que ce soit un de ses premiers emplois – désigner un idéal institutionnel exprimé depuis plusieurs décennies.

Un texte tout à fait fondamental pour aborder le concept de « cinémathèque-musée » a été publié en 1949 dans la revue l’Amour de l’art et s’intitule « Pour un musée vivant du cinéma »[4]. Langlois y clame : « Qu’on ne vienne pas nous dire que Cinémathèque et musée du Cinéma sont deux choses différentes ». La fusion de l’une et l’autre de ces formes institutionnelles, qui existent déjà dans les années 1920, est désormais posée comme un objectif clair pour la Cinémathèque française, et sera à l’origine du bouleversement muséographique dont nous avons parlé dans un précédent billet.

Il convient de situer dans une temporalité plus longue ce projet de fusion entre la cinémathèque et le musée du cinéma, énoncé publiquement en 1949. Cette perspective s’esquisse dès octobre 1936 ; soit : le mois suivant la création de la Cinémathèque française.  Depuis quelques mois dans la presse, les débats sont engagés sur l’organisation d’un musée du cinéma[5], et Langlois y prend part signalant que la Cinémathèque française pourrait assumer le rôle de « département artistique » de ce futur musée grâce  ses collections film et non-film[6].

En 1949, lorsque paraît « Pour un musée vivant du cinéma », le contexte s’est transformé à l’égard de la Cinémathèque française. Au niveau français, elle jouit d’une situation hors pair puisqu’elle a récupéré dès 1939 les prérogatives initialement dévolues à la Cinémathèque nationale, qui avait été inaugurée en 1933[7]. De plus, elle a inauguré son Musée du cinéma quelques mois auparavant (fin 1948). Au niveau international, l’association a véritablement assis sa position à la Fédération internationale des archives du film (FIAF). Désormais en position de force, sur le terrain national, la Cinémathèque française promeut donc un modèle institutionnel où collections et expositions sont les deux revers d’une même médaille, plutôt que les maillons d’une chaîne. Ce n’est, par exemple, plus la cinémathèque qui met à disposition les films pour que d’autres les programment, mais elle qui, devenue musée, montre en priorité sa collection. Ce faisant, elle ne se contente plus de fournir en films des spectacles cinématographiques, mais de rendre visible les sources de l’histoire du cinéma et de faire vivre sa mémoire.

Langlois se battra sans relâche, avec un certain nombre de soutiens, pour concrétiser une cinémathèque-musée. Ce qui est mis en œuvre à la Cinémathèque française enthousiasme et inspire de nombreux cinéphiles en France et à l’étranger. L’objectif de conserver pour montrer est partagé, le modèle « Cinémathèque française » repris et adapté aux envies et contextes singuliers de ceux qui porteront ces autres initiatives. C’est pourquoi, au final, le concept de cinémathèque-musée désigne une manière dont s’articulent le fait de vouloir conserver et montrer des collections cinématographiques dans le cadre d’un projet institutionnel. Mon livre explore les multiples combinaisons que l’on peut observer en France entre 1944 et 1968. Certes, le concept est directement inspiré des réflexions menées à la Cinémathèque française ; ceci contribue à souligner l’importance de cette dernière dans la configuration du champ patrimonial en France sur la période concernée.

[1] Nathalie Heinich, Faire voir : l’art à l’épreuve de ses médiations,  Paris, Les Impressions nouvelles, 2009.

[2] Pour une synthèse sur la manière dont le musée s’était posé comme support aux discours sur le patrimoine cinématographique, voir : Stéphanie E. Louis, « Les cinémathèques-musées au cœur de la patrimonialisation du cinéma en France (1936-1968) », Museologia & Interdisciplinaridade, n°15, 2019. https://periodicos.unb.br/index.php/museologia/article/view/24665

[3] Laurent Mannoni, Histoire de la Cinémathèque française, Paris, Gallimard, 2006, p.321

[4] On peut facilement lire cet article, dans sa réédition la plus récente, dans l’anthologie des textes de Langlois, publiée pour le centenaire de sa naissance en 2014. Voir : Henri Langlois, Ecrits de cinéma. Textes réunis, présentés et annotés par Bernard Benoliel et Bernard Eisenschitz, Paris, Flammarion/ Cinémathèque française, , 2014, p.203-206

[5] Voir entre autres : Gaston Thierry, « Pour le Musée du Cinéma », Paris-soir, 12/05/1936, p.8 ; Léo Deglesne, « Pour un Musée du Cinéma », La Griffe, 6/09/1936, p.8 Jean Emile-Bayard, « A quand la création du Musée du cinéma français », Comoedia, 26/09/1936

[6] Langlois, « ‘La Cinémathèque Française’ en plein accord avec M. Jean-Emile Bayard », Comoedia, 01/10/1936, p.4.

[7] Laurent Mannoni, Histoire de la Cinémathèque française, Paris, Gallimard, 2006, p. 62-75


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.