Séquence 1: entre nostalgie et sentiment de crise

Deux reportages des actualités françaises nous permettent de mieux nous immerger dans le « terreau sensible » qui a favorisé, entre autres éléments contextuels, le développement de la Cinémathèque française après la Libération. Le soutien de l’Etat, manifesté par une première subvention en 1943, n’y est pas étranger, et l’essor de la cinéphilie encore moins. Toutefois, un certain état d’esprit dispose les gens de cinéma à se tourner vers le passé de leur communauté professionnelle, comme si celui-ci constituait une valeur refuge. Entre une relance délicate du pays et une profession démoralisée, le sentiment de crise favorise l’exaltation du temps où la France dominait le marché du cinéma.

  • Cinquante ans de cinéma. Journal Les actualités françaises, 4 janvier 1946, 6 min 28

https://www.ina.fr/video/AFE85001258/cinquante-ans-de-cinema-video.html

Ce sujet nous montre, dans ses premières secondes, l’une des rares manifestations commémoratives organisées pour les cinquante ans du cinématographe. Une vaste exposition, fort inspirée des expositions internationales d’avant-guerre avait été initialement envisagée. Les représentants de la Cinémathèque française avaient contribué aux préparatifs. La manifestation n’a finalement pas lieu, faute de crédits. Rien n’étant proposé en remplacement par le ministère de l’Information, la profession se mobilise pour marquer le demi-siècle d’un art et d’une industrie qui l’ont fait vivre jusqu’à présent. D’où la première phrase du sujet : « Faut-il croire que seuls, en France, les techniciens du film n’ont pas oublié les cinquante ans du cinéma, invention française […] »?

Nous voyons le cortège des professionnels, issus de tous les syndicats d’alors, descendre, avec sa banderole, des Champs Elysées au boulevard des capucines, le 28 décembre 1945, pour aller inaugurer une plaque commémorative célébrant les « pionniers du cinéma ». Sont désignés comme tels : Reynaud, Marey, Demenÿ, Lumière et Méliès.

Au cours de la soirée commémorative qui se tient le soir à la maison de la Chimie, une dizaine de personnalités prendront la parole, mobilisant une rhétorique funèbre. Crise du cinéma français, agonie, abandon, sont autant d’images convoquées pour signifier les craintes profondes des professionnels quant à leur avenir et aussi dénoncer ce qu’ils ressentent comme un désintérêt manifeste de l’Etat.

  • Le cinéma français en péril, Journal Les actualités françaises, 27 février 1947, 1min 48

https://www.ina.fr/video/AFE85002366/le-cinema-francais-en-peril-video.html

Ces sombres préoccupations transparaissent bien dans un sujet de février 1947 intitulé « Le cinéma français en péril ». Une ambiance apocalyptique est posée dès les premiers plans : carton « SOS Cinéma », musique dramatique et ouverture sur une explosion atomique se succèdent avant que le commentaire débute, sur une vue de Notre-Dame. On notera cette référence visuelle au patrimoine bâti et, ce faisant, aux symboles de la grandeur de la Nation. La voix-off déroule son texte :

« En ce siècle de fer, où la destruction cherche à l’emporter sur la création, le prestige d’une nation se mesure plus que jamais à la grandeur de son passé et au rayonnement de son art contemporain, le cinéma invention française synthèse de l’expression de la pensée humaine est l’instrument le plus puissant mis au service de la grandeur d’un pays et nous voyons des souverains amis assister à la représentation d’un grand film français. Nous voyons aussi hélas, nos artistes, nos metteurs en scène, nos techniciens émigrer vers des pays où le cinéma, protégé par les pouvoirs publics, leur offre des moyens à la mesure de leur talent. En face du cinéma américain, nos studios à l’atelier du forgeron de village luttant contre des usines automobiles ultra-modernes. Pourquoi ? Parce que l’Etat français pour qui le cinéma n’est rien d’autre qu’une taxe fiscale supplémentaire, prélève 44% des recettes des salles, soit un impôt annuel de trois milliard, lui qui exporte à outrance : des automobiles, des pneus, des vins. Savent-il que des films de qualité nous rapporteraient des devises étrangères sans nuire à notre économie puisque dans la vente d’un film la valeur de la matière première n’entre que pour une faible part ?

Il faut que l’Etat révise sans tarder des règles fiscales désastreuses afin de redonner la vie au cinéma français et lui assurer la place qu’il peut, qu’il doit tenir, dans le rayonnement mondial de la pensée française. »

On le voit, c’est au nom d’une grandeur passée, dans la nostalgie, que tente de se construire une vision plus rassurante du futur du cinéma. Ainsi, le sentiment de crise et le besoin de faire revivre un passé triomphant seront-ils deux éléments importants pour favoriser l’essor du projet patrimonial de la Cinémathèque française en France dans les quelques années suivant la Seconde Guerre mondiale. En effet, la cinémathèque-musée du cinéma fournit, par ses expositions non-film et ses projections, de multiples supports aux expériences mémorielles (soirées commémoratives collectives, remémoration plus intime lors d’une séance ou d’une déambulation dans une exposition).

  • La Quinzaine du Cinéma. Journal Les Actualités françaises, 29 septembre 1949, 1 min 49

Alors qu’on s’éloigne de la Libération, la rhétorique mortuaire semble plus rare. Les références à un passé glorieux se voient aussi mobilisées dans le cadre de discours plus enthousiastes sur « la rénovation de l’industrie cinématographique ».

https://www.ina.fr/video/AFE01000641/la-quinzaine-du-cinema-video.html

Ainsi, dans ce sujet, Paris est-elle présentée comme une ville attractive à de nombreux égards et notamment une « capitale du cinéma », une « ville Lumière » devenue telle grâce au Cinématographe. La Quinzaine du cinéma organisée par la Confédération du cinéma, et que vante ce sujet, poursuit et réactive cet héritage des frères Lumière (on note d’ailleurs le portrait de Louis Lumière dans le montage).

Par ailleurs, le film évoque le « public toujours plus nombreux » et montre des foules de spectateurs. Cette soif de voir, appliquée tant aux films récents qu’aux films anciens, sera aussi un élément important dans le succès de la Cinémathèque française. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.