Séquence 2: un bouleversement muséographique

Le projet de la Cinémathèque française, apparu au milieu des années 1930, prend véritablement corps à la Libération avec l’ouverture au public d’un lieu permettant l’organisation d’expositions non-film (avenue de Messine).  Des expositions de collections cinématographiques se sont déjà tenues à Paris auparavant[1], mais c’est un véritable bouleversement muséographique qui se joue alors. Trois éléments-clés peuvent le définir : la mutation de ce que l’on entendait auparavant par « musée du cinéma », une scénographie singulière et la place du film dans le circuit de visite.

Pour mieux saisir ce bouleversement, deux films peuvent nous aider : L’histoire du cinéma par le cinéma, de Raoul Grimoin-Sanson (1927, 44 min), et Naissance du cinéma, de Roger Leenhardt (1946, 39 min).

  • De plus larges perspectives pour l’histoire du cinéma

Le film de Raoul Grimoin-Sanson a été conçu pour accompagner l’ouverture de la section cinématographique du Conservatoire national des arts et métiers, inaugurée en 1927, que l’on appelait alors « Musée du cinéma ».

Comme l’indique un carton « Là, sont conservés pour l’éducation des âges futurs, les objets et les appareils anciens qui jalonnent par la technique, l’Histoire du Progrès Humain ! ». L’histoire du cinéma est donc celle d’une technique.  Le film présente une succession d’inventeurs et d’appareils. Les présentations d’appareils sont assorties de démonstrations et manipulations comme cela se pratique habituellement dans un musée comme celui du CNAM.

Ainsi, en proposant des expositions temporaires sur les Images du cinéma français (1944-1945), le Dessin animé (1946) ou l’Affiche de cinéma (1946), ou en intégrant Méliès et Zecca à la chaîne des « inventeurs » présentés dans son musée (1948 et 1949), la Cinémathèque française bouleverse-t-elle les perspectives muséographiques jusqu’alors établies en France.

  • Une transformation de la scénographie

En 1946, le film de Roger Leenhardt, Naissance du cinéma, nous offre quelques plans du musée du CNAM et de ses salles d’exposition. Eclairage par de larges baies vitrées, des vitrines hautes où les objets reposent sur des étagères, les gros appareils sur des socles, le tout dans un agencement strict et sans aucune fioriture.

Ce style n’est, de toute évidence, pas celui qu’Henri Langlois imprime aux expositions de la Cinémathèque française. Les photographies que nous avons pu consulter témoignent d’une volonté, dès les années 1940, de produire l’immersion du visiteur dans un univers sensoriel : que ce soit avec de grandes découvertes photographiques évoquant les décors parisiens dans les salles d’exposition, avec des silhouettes de personnages de dessins animés dans le hall de l’avenue de Messine ou dans l’évocation d’un intérieur bourgeois où se tenaient des séances de lanterne magique.

  • Moins de didactisme et une nouvelle place pour le film au musée

On le voit, le didactisme strict qui présidait au musée des techniques ne semble plus de mise au musée du cinéma tel qu’envisagé à la Cinémathèque française. Et, ce qui sera décrit ensuite comme une système de compréhension osmotique dans les expositions semble, d’ores et déjà, se mettre en place. Une des caractéristiques fortes des scénographies de Langlois, sur le long terme, est déjà bien visible dans les parcours qui s’articulent avenue de Messine : le contraste des ambiances entre les différents espaces d’exposition.

Toutefois, dans cette deuxième moitié des années 1940, la prédominance de la muséographie immersive ne semble pas encore arrêtée. Les archives photographiques de l’exposition du Dessin animé (1946) montrent, par exemple, l’utilisation d’éléments didactique, comme des panneaux explicatifs des différentes étapes de composition d’un film d’animation ou une frise chronologique. Un sujet des Actualités françaises offre quelques plans de l’exposition (D’Emile Cohl à Walt Disney, Journal Les Actualités françaises, 8 mars 1946, 47 sec.): https://www.ina.fr/video/AFE85001358/d-emile-cohl-a-walt-disney-video.html

Enfin, un dernier élément semble devoir être corrélé avec cette volonté de s’éloigner d’un didactisme trop prégnant : la place du film. Loin du film « d’éducation » de Grimoin-Sanson qui venait illustrer au CNAM le fonctionnement des appareils exposés, le film inséré dans les parcours d’exposition de la Cinémathèque française est une œuvre à part en entière qui vient, en quelque sorte, transcender ce qui l’entoure. Et c’est d’ailleurs en premier lieu pour cette raison que se déplace le public de la Cinémathèque française: voir des films!

[1] Voir en premier lieu les travaux de Christophe Gauthier.


Une réponse sur “Séquence 2: un bouleversement muséographique”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.