Images des minorités ethniques des hautes terres des Cambodge, Laos et Vietnam

Fiche de synthèse

Portail documentaire

Depuis 2006, j’ai entrepris un travail autour des images de ces « minorités » ethniques, autrement appelés « Montagnards » (une définition de ce mot est visible > ici <). Cette approche, menée pour l’essentiel en dehors de tout cadre institutionnel, s’est – pour son aspect le plus visible – concrétisée dans un site web http://www.uplandsinfo.net qui se place parmi les principaux dépositaires et diffuseurs d’images de ces populations à l’échelle mondiale (le site présente en ligne au 20/01/2016 plus de 3900 documents, ce qui est comparable à ce que peut mettre en ligne au même moment le Musée du Quai Branly avec – pour les groupes considérés – 3941 documents [hors photographies des objets des collections]). Une présentation générale en est visible à l’adresse du lien.

Habitants du village Maa' de B'Tong en 1963. Photo : Jean-Paul Barry

Habitants du village Maa’ de B’Tong en 1963. Photo : Jean-Paul Barry http://www.uplandsinfo.net

Au-delà du site, la tâche se décompose en plusieurs activités :

  • Une collecte de tout document relatif aux populations sélectionnées (les groupes linguistiques austro-asiatiques et austronésiens de la partie centrale et méridionale de l’ex-Indochine Française). Documents d’origine familiale, religieuse (activité missionnaire), et scientifique (archives de chercheurs) ou mis à disposition (ce qui inclus la vente) sur Internet.
  • Leur catalogage dans une base de données multimédia consultable et la mise à disposition d’une partie d’entre eux via un site spécialisé.
  • L’analyse critique et comparative de ce corpus qui se manifeste dans des articles publiés (Onorato Oddera (1864-1929) et l’aimable Maa’, la photographie d’un groupe indigène au temps de l’expansion coloniale du début du XXe siècle in Péninsule n°63 – 2012) ou en cours de rédaction.
  • Une mise en question de l’ensemble de la démarche par une participation à des ateliers d’anthropologie visuelle (ADOCAV – 2013-2014, 2014-2015) avec des études ponctuelles sur certains aspects du corpus (par exemple au cours de la séance du 24/03/2015:  Images des Minorités Ethniques du Sud-Est Asiatique et discours eschatologiques : pertinence d’une relation symbolique ?).
  • Un travail de terrain en Asie du Sud-Est : retours dans les lieux photographiés, rétrocession des photographies aux familles identifiées ou aux individus photographiés. A cette occasion, recueil de témoignages, collecte de matériel supplémentaire et organisation de la première exposition photographique indépendante (sur l’œuvre de Jean-Dominique Lajoux) à Kontum (centre Vietnam) de décembre 2014 à novembre 2015.

Pour ce qui concerne plus spécialement le présent atelier, la part du cinéma dans le corpus est matériellement faible, mais historiquement, médiatiquement et symboliquement forte. Elle est représentée par des œuvres ayant acquis un statut canonique, comme Apocalypse Now, de Francis Ford Coppola. Elle s’est particulièrement exprimée dans un registre paroxystique, ceci à l’occasion de la guerre dite « du Vietnam ». La juxtaposition, dans l’étude, d’images animées et de photographies ou d’autres documents graphiques permet, outre l’élaboration d’une analyse chronologique étendue espérant construire une « archéologie » de l’image, d’étudier les différents registres au travers desquels ces hommes ont été représentés. Elle permet de plus d’élucider certaines stratégies filmiques, comme dans le cas de trois documentaires ethnologiques des années 1960, éclairés par le fonds photographique conséquent d’un des auteurs, Jean-Paul Barry.

On peut résumer le projet comme une patrimonialisation double, du côté des sociétés (coloniales ou postcoloniales) des auteurs des prises de vues et du côté des sujets des dessins, photographies ou séquences filmiques. Cette patrimonialisation est analytique et critique pour essayer de dégager des thèmes, des tropes, des schèmes de représentation, des régimes de visibilité. De plus, elle est collaborative et réflexive car un de ses objectifs prioritaires est d’impliquer des membres des cultures photographiées. Ceux-ci sont actuellement dans une phase d’initialisation d’une patrimonialisation reconstructrice (que j’espère contribuer à rendre critique), comme nombre de populations aborigènes de notre monde connecté. Cet aspect est le plus sensible de mon approche qui assemble des contenus d’acteurs hétérogènes (en comparaison, les documents des mêmes populations en ligne sur le site du Quai Branly sont en grande majorité produits par une poignée d’ethnologues reconnus) dans une démarche qui peut sembler prêter flanc à des stratégies d’essentialisation ou une approche esthétisante qui s’affranchirait des aspects sociologiques, anthropologiques ou techniques.

Dans cette optique, l’inscription de mon travail dans le cadre de l’atelier APPIA doit aussi servir à problématiser celui-ci comme outil de patrimonialisation, d’archivage et de diffusion d’une information imagière.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *