L’Exposition Rina Sherman, ou l’entrée en patrimoine d’une documentation anthropologique

Compte Rendu 

Séance #5

La cinquième séance de l’APPIA s’est déroulée à Paris autour de l’exposition Les Années Ovahimba. Rina Sherman à la Bibliothèque nationale de France. Le groupe a été accueilli sur le site François Mitterrand. D’abord par Alain Carou, conservateur au département de l’Audiovisuel, co-commissaire de l’exposition; ensuite par Rina Sherman elle-même. Une surprise bien agréable qui a enrichi notre visite, axée, comme à l’accoutumée sur l’étude des rapports entre patrimoine et images animées.

Visite avec Rina Sherman. Séance APPIA 13/11/2015. Copyright: S.E.LOUIS

Visite avec Rina Sherman. Séance APPIA 13/11/2015. Copyright: S.E.LOUIS

En cohérence avec la politique de valorisation menée par la Bibliothèque nationale de France au département de l’Audiovisuel, rappelée en introduction de notre visite par Alain Carou, c’est le travail d’une cinéaste anthropologue sur la culture Ovahimba qui entre dans l’institution patrimoniale. Autrement dit: ses films, photos, notes et dessins. Les objets-témoins de la culture Ovahimba, les parures ou instruments de musique traditionnels restent dans la collection personnelle de Rina Sherman.

C’est une démarche anthropologique, et non son objet que la Bibliothèque nationale archive et s’appliquera désormais à conserver et transmettre. A terme, l’oeuvre de Rina Sherman sera certainement amenée à faire sens à travers d’autres dispositifs de présentation publique. Autrement qu’à travers une monographie d’auteur; mise en série avec les travaux d’autres anthropologues1. Mais, pour l’heure, l’exposition de Rina Sherman met en lumière une étape transitionnelle du processus de patrimonialisation.

Comme le suggère déjà un peu le nom de cet espace : « Galerie des donateurs », l’exposition manifeste un passage de la collection de la sphère privée (du donateur) à celle publique (de l’organisme patrimonial national). L’exposition Rina Sherman illustre totalement cette situation. L’évidence apparaît d’autant plus forte en observant le rôle tenu par la donatrice dans toutes les étapes de l’exposition.

Dans cet accrochage, Rina Sherman canalise presque totalement la médiation de ce qu’elle a donné à la BnF. Elle a été commissaire avec deux conservateurs du département de l’Audiovisuel. Considérant que les éléments du fonds sont entrés en février 2014 à la Bnf et que la sélection de ce qui serait exposé  fut effectuée entre mai et juillet, le temps d’élaboration a été très court et Rina Sherman était certainement celle qui disposait de la connaissance la plus fine des documents. Dans un laboratoire installé chez elle, Rina Sherman a aussi supervisé la conception des montages filmiques montrés dans l’exposition.

Cette exposition, à l’instar d’une précédente tenue en 2002 en Afrique en cours d’observation ((rappelons que Rina Sherman a passé sept années chez les Ovahimba. Les Années Ovahimba: Travaux en cours, Brochure catalogue de l’exposition multimédia, Windhoek, Namibie, 2002)),  correspond à une appréhension transmédiatique de son sujet par Rina Sherman. Ses films et photographies, retravaillés pour l’occasion, sont agencés sur l’espace des cimaises. Le récit d’expérience qu’elle a publié en 2009 fait office d’environnement écrit2

Lors de nos échanges, Alain Carou qualifie l’exposition d' »aboutissement », la distinguant d’un « sous-produit tardif ». Au-delà, l’exposition fait partie intégrante de la recherche de Rina Sherman. C’est une diffusion de ses observations à un nombre accru de personnes, mais aussi et ce faisant, une manière de remettre son sujet au travail en captant les remarques des nouveaux publics rencontrés et en les incorporant à sa réflexion. En effet, Rina Sherman a conduit notre groupe micro attaché au cou grâce à un dispositif qu’elle avait bricolé durant la nuit, nous expliquant qu’il lui avait soudain semblé nécessaire d’archiver les rencontres avec les visiteurs, tant les remarques des étaient intéressantes3.

La posture interventionniste de Rina Sherman, si elle figure certainement un cas extrême de coopération entre le donateur et l’institution patrimoniale (c’est-à-dire une coopération poussée jusqu’à la conception intellectuelle et plastique du discours), met bien évidence la translation patrimoniale qui se joue. Dans le cas de Rina Sherman, ce que l’on nous montre n’appartient pas encore tout-à-fait au passé selon l’échelle temporelle de son auteur. Ce passé singulier, s’il est partagé, n’est pas offert encore totalement à une réappropriation extérieure. C’est peut-être ce qu’entend Alain Carou lorsqu’il remarque qu’exposer dans la Galerie de donateurs, « c’est travailler avec une matière très vivante ».

Autour de Rina Sherman et de son étude des Ovahimba, un processus patrimonial s’amorce avec l’ouverture du fonds à la BnF et cette exposition pourrait faire office de cérémonie des adieux… L’anthropologue évoque d’ailleurs des recherches en cours, diamétralement opposées, sur la vie politique française. Par ailleurs, peut-on vraiment gager que la patrimonialisation de son travail s’accomplisse véritablement avant que l’anthropologue n’achève totalement sa carrière? Il demeure néanmoins que, malgré l’option patrimoniale choisie avec cette entrée des archives à la BnF, Rina Sherman oeuvre à la patrimonialisation de la culture Ovahimba avec ses films et grâce à cette démarche de valorisation institutionnelle.

 

 

  1. On pense par exemple à Jean Rouch, dont les archives sont également conservés à la BnF et dont Rina Sherman fut proche []
  2. Il n’y a pas de catalogue d’exposition. On note que le cahier iconographique de son ouvrage, Ma vie avec les Ovahimba, reprend certaines photos de l’exposition. []
  3. Elle avait fait une visite la veille avec un groupe de jeunes sans l’enregistrer, ce qu’elle regrettait désormais []

Une réflexion au sujet de « L’Exposition Rina Sherman, ou l’entrée en patrimoine d’une documentation anthropologique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *