Les films du Soleil au MUCEM: accompagnement muséal du fonds d’une entreprise cinématographique locale

 Cas d’étude: 

« Marseille au prisme des Films du Soleil », MUCEM, Marseille, 20-21/09/2014

La programmation du MUCEM comprend des « Temps forts ». Le premier de cette saison 2014-2015 s’intitule : Marseille résonance. Inauguré le 12 septembre le « Temps fort » s’achève le 21, au cours du week-end des Journées du Patrimoine avec deux séances de projection autour des Films du Soleil, maison de production phocéenne qui célèbre son soixantième anniversaire. Cette séance m’a particulièrement permis d’observer les multiples cadrages du film mis au musée.

Cadrage 1. L’environnement événementiel, entre articulation et cumul.

L’hommage aux Films du Soleil s’inscrit dans le panel thématique de manifestations Marseille résonance, qui, d’après le programme du MUCEM, souhaite « interroge[r], questionne[r], met[tre] en dialogue les mythes et réalités de la cité phocéenne. »1. Elle articule pour ce faire diverses expressions audiovisuelles : une installation sonore, la projection intégrale de la série documentaire Marseille contre Marseille (Jean-Louis Comolli, Michel Samson, 1989-2001) avec une rencontre-débat, et l’hommage aux Films du Soleil.

Cette séance laisse aussi observer un phénomène d’imbrication ou de cumul événementiel. Se superposent en effet : la commémoration de la création de cette structure de production, le « Temps fort » du musée et les Journées du patrimoine, d’envergure européenne.

Outre le fait que la programmation puisse être envisagée comme un jeu d’échelles, on peut aussi y réfléchir en termes d’ « opportunité » et de stratégie visant à optimiser la visibilité d’une action culturelle. En effet, multiplier les angles de signalement d’un objet cinématographique pourrait permettre de mobiliser des publics plus diversifiés. Supposons, par exemple, qu’une part de l’audience des Journées du patrimoine motivée par l’accès gratuit aux activités du musée, se distingue de passionnés d’histoire ou de cinéma venus exprès voir des curiosités cinématographiques. Il faudrait s’y pencher.

Cadrage 2. Les environnements écrit et oral : entre information spectatorielle et aiguillage de la réception.

A notre connaissance, la programmation a été annoncée dans le programme Septembre-Octobre et sur le site internet du MuCEM, qui proposaient des informations techniques et de courts résumés des films programmés2. A ces supports écrits s’ajoutent des interventions orales d’ordre divers lors des séances, tenues les 20 et 21 octobre à partir de 17h dans l’auditorium Germaine Tillon.

MUCEM, Programme septembre-octobre 2014

 Hôte de la manifestation, Thierry Fabre introduit brièvement chacune des soirées en les situant dans les activités du MUCEM, où il est responsable des programmations. Chaque séance fera ensuite intervenir des personnalités variées pour présenter les films : le directeur de la maison de production, des réalisateurs, une historienne. Tous ces intervenants, programmateur y compris, représentent différents maillons d’une chaîne de production de sens autour des archives projetées et fournissent des  accompagnements complémentaires. Le 20 septembre, la première séance associe une présentation universitaire par Marylin Crivello, historienne des média, au témoignage d’un acteur-clé, Jacques Hubinet, héritier de la maison de production. Le soir suivant les trois réalisateurs3 des films montrés viennent dire quelques mots avant la projection de leur travail.

Au final, les discours s’additionnent et créent un environnement à la réception, plus ou moins prescriptif. En effet, si les acteurs de la production cinématographique livrent un discours de témoins, l’historienne se situe en retrait et explique en quoi ces films sont des reflets de société. Malgré leurs positionnements divers – de la facture à l’analyse des contenus visuels – les intervenants nouent des liens entre passé et présent, et se posent tous donc comme des médiateurs patrimoniaux. Lorsque Jacques Hubinet explicite les conditions de production d’antan, il compare avec ce qu’elles seraient aujourd’hui et pointe ainsi une singularité des films présentés. Lorsque les réalisateurs livrent des anecdotes sur leurs tournages, ils éclairent la projection dans laquelle va être plongé le spectateur. L’historienne montre quant à elle en quoi ces objets cinématographiques nous permettent de nous représenter le passé avec plus ou moins de justesse.

Stéphanie-Emmanuelle LOUIS

  1. MUCEM, Septembre-Octobre 2014, [Programme], p.11 []
  2. Séance du 20/09/2014 : Images de notre temps, Jean Hubinet, France 1955, 23 min ; Le Provençal, quotidien d’un pouvoir, Gilles Cayatte, France, 2000, 57 min ; Hôpital Nord (version courte), Jacques Hubinet, France, 1965, 17 min. Séance du 21/09/2014 : La Libération de Marseille, Grégoire Georges-Picot, France, 1994, 50 min ; Walter Benjamin à Marseille, François Mouren-Provensal, France, 2014, 7 min ; Simone Weil à Marseille, François Mouren-Provensal, France, 2014, 8 min ; Mémoires de Marseille, Gérard Paroldi, France, 1996, 52 min []
  3. François Mouren-Provensal, François Mouren-Provensal et Gérard Paroldi. []

Ce contenu a été publié dans Billets par Stéphanie-Emmanuelle Louis, et marqué avec , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007, et ponctuellement depuis 2014 avec le Centre Norbert Elias (Université d'Avignon et Pays du Vaucluse) et le Pôle Recherche et Musée (IDEMEC-CNRS, Université d'Aix-Marseille).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *