Autour des “Comiques Transatlantiques”…

Titre : Comiques Transatlantiques, de Linder à Chaplin (1910-1925)

La Fondation présente l’exposition d’affiches, photos et documents, au rez-de-chaussée et en sous-sol avant la salle de projection.
Affiches, photos et dessins, en grand nombre, documents originaux, en vitrine et sur les murs, montrent des figures très expressives, suggèrent le mouvement que les spectateurs vont découvrir en film (exemple de Little Moritz), ou bien imposent un personnage, les films s’inspirant les uns des autres, réalisés par échanges, imitations, copies etc. L’ensemble donne une impression de vitalité, d’inventivité, pour un moyen d’expression encore neuf et un genre en grande évolution, sous l’influence en particulier des cinéastes américains, Charlie Chaplin en premier lieu.

Sujet : Les acteurs comiques des années 1910 et 1920 en Europe et aux États-Unis, leurs échanges et influences réciproques. Affiches, photos et films.

Dates : 20 février – 9 juillet 2019

Lieu : Fondation Jérôme Seydoux – Pathé – 73, avenue des Gobelins 75013 Paris

Types de publics visés : Tous publics, particulièrement les enfants, pour lesquels un
Quizz a été prévu, tout au long de l’exposition.

Documents d’accompagnement : Dépliant de présentation avec photos et affiches.

Manifestations corrélées:

Dates de visite : 20 février et 7 mai 2019.

Vraies choses : Affiches, , photographies, lithographies, dessins, documents

Outils de présentation : Affichage et vitrines

Dans la première partie de l’exposition, trois grandes vitrines présentent l’ensemble des comiques, en indiquant les liens qui les unissent.

Environnement plastique :
Notes photographiques sur la scénographie

Vitrines Exposition Comiques transatlantiques – Fondation Pathé-Seydoux © N. Schmidt – IHTP-CNRS- Paris8

Les vitrines exposent des photos d’un grand nombre de célébrités du cinéma de deux côtés de l’Atlantique : Nick Winter, André Deed, Max Linder, Mistinguett, Prince Rigadin, Casimir, Rivers, Chaplin, Mack Sennett, Monty Banks, Harold Llyod, Fatty Arbuckle….

Vitrine Comica Nizza – Exposition Comiques transatlantiques – Fondation Pathé-Seydoux © N. Schmidt – IHTP-CNRS- Paris8
Cartel de la vitrine Comica Nizza – Exposition Comiques transatlantiques – Fondation Pathé-Seydoux © N. Schmidt – IHTP-CNRS- Paris8

Dans cette vitrine, outre les photos, parmi les documents présentés dans cette vitrine, on peut relever les “Dépôts de marque” textes des brevets de fabrication des couleurs.

Vitrine Linder-Chaplin – Exposition Comiques transatlantiques – Fondation Pathé-Seydoux © N. Schmidt – IHTP-CNRS- Paris8

Un peu plus loin que les vitrines, à côté de la Table Mashup, une affiche transformée en support de jeu pour les enfants, où se faire photographier.

Affiche – Jeu_ Exposition Comiques Transatlantiques 2019 – Fondation Pathé Seydoux – © N. Schmidt – IHTP-CNRS- Paris8

Face aux grandes vitrines, sur le mur en face, une série d’affiches.

Affiches, première partie de l’exposition Comiques transatlantiques – Fondation Pathé-Seydoux © N. Schmidt – IHTP-CNRS- Paris8

En deuxième partie, pour commencer : une grande affiche et une présentation complète de l’exposition.

Affiche et texte de présentation de l’exposition Comiques transatlantiques – Fondation Pathé-Seydoux © N. Schmidt – IHTP-CNRS- Paris8
Texte de présentation de l’exposition Comiques transatlantiques – Fondation Pathé-Seydoux © N. Schmidt – IHTP-CNRS- Paris8

Sur les autres murs: affiches et de photographies des films des comiques français, Max Linder, Rigadin, Harold Lloyd, Chalumeau, et des comiques Américains, Harold Lloyd, Chaplin.

Affiches et photographies des films des comiques français, Max Linder, Rigadin, etc. Exposition Comiques transatlantiques – Fondation Pathé-Seydoux © N. Schmidt – IHTP-CNRS- Paris8
Affiche et photos – Harold Llyod – Exposition Comiques transatlantiques – Fondation Pathé-Seydoux © N. Schmidt – IHTP-CNRS- Paris8
Chalumeau, affiche et cartel – Exposition Comiques transatlantiques – Fondation Pathé-Seydoux © N. Schmidt – IHTP-CNRS- Paris8

Dans une vitrine, sont présentés divers documents relatifs à Charlie Chaplin, ainsi qu’un volume de The Moving Picture World ouvert à la page de Max Linder, pour son arrivée aux États-Unis en 1916.

Page sur Max Linder, The Moving Picture World – Exposition Comiques transatlantiques – Fondation Pathé-Seydoux © N. Schmidt – IHTP-CNRS- Paris8

Présence des images animées : les projections de films

Présentation des films par Elvira Shahmiri, programmatrice.
Il est précisé que programme et affiches portent sur des films « distribués par Pathé, d’où l’absence de Buster Keaton ».
Lors de la projection des films, le propos de l’exposition peut se résumer ainsi : « Pochades, gestuelle : socle servant de source d’influence pour les Américains, qui prendront le pas sur les autres formes de comique à partir de 1915. »
On relève notamment dans l’exposition :
« Les courses poursuites, souvent tournées dans la rue. Elles sont inspirées du vaudeville, du cirque, et les comédiens sont habitués à travailler ensemble. Comptent surtout la vitesse, la nervosité, et l’expression par le visage. »
« Les comiques comme Rigadin vont ensuite être dépassés par Chaplin ou Lloyd, et l’on trouve Max Linder plus “poussif”, que Chaplin. On retrouve des gags connus (l’arroseur arrosé, le double dans le miroir) aux États-Unis. »
« Chaplin et Chalumeau, son sosie, exemple de Chaplin, chef de rayon (1916), mais le double tend à imiter l’original. L’influence de Chaplin est patente avec des avatars de Charlot, et même très visible dans la publicité. »
« Max Linder rencontre Charlie Chaplin aux États-Unis, mais c’est aussi la fin pour le comique français. »

Les films ont été présentés en ciné-concert, accompagnés par un élève de la classe de Jean-François Zygel, le pianiste Harry Allouche.

Exemple de rythme et de vitesse dans Gribouille redevient Boireau (1912, 10 minutes) qui file à « fond de train » sur un rapide – un moyen de « loco-motion » ( !) – avant d’être projeté dans les airs et de retomber dans un studio de cinéma où l’acteur est engagé avant de reprendre son identité première. Autre exemple avec Little Moritz enlève Rosalie (1911, 7 minutes), où le jeune homme enlève sa belle dans une automobile brinquebalante ; la fuite se poursuit sur les toits, puis la fumée d’une cheminée s’engouffre sous les jupes de la jeune femme, qui se voit transformée en montgolfière ! Les moyens de déplacement sont mis à contribution et surtout détournés pour devenir des engins qui auraient leur vie propre.
Les films ont à voir avec la modernité, comme dans Chaplin, chef de rayon (1916, 25 minutes) où le grand magasin, avec ses marchandises de toute sorte (vêtements, produits de beauté) offre un terrain de jeu tout trouvé, sans oublier ses escalators et ascenseurs, évidemment occasion de chutes, sur-place, allées et venues, cache-cache, etc.

Il ressort l’impression d’ensemble que films et affiches invitent à la rêverie, laissent libre cours à l’imagination, le cinéma semblant un monde où tout est possible. Images fixes ou animées donnent lieu à une créativité sans souci de logique, entraînant le spectateur dans un mouvement qui semble ne jamais devoir d’arrêter. D’où l’intérêt des surréalistes pour ces films (cf. supra le cartel de présentation) ; et le plaisir et la surprise de redécouvrir ces «très vieux films » !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.