APPIA : présentation de la première année d’atelier

La création de l’APPIA se situe dans la lignée de la publication du numéro de Conserveries mémorielles #16: Patrimoines et images animées, mutualiser les regards, qui venait lui-même clore une aventure entamée en 2010 au sein de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS).

Pour cette année de lancement, l’APPIA bénéficie du soutien de l’IHTP. Son programme a été élaboré par deux postdoctorants du laboratoire, déjà investis dans les étapes antérieures de la réflexion: Vincent Auzas et Stéphanie-Emmanuelle Louis1 .

De manière globale, nous avons souhaité que les séances de l’APPIA adoptent une forme vivante, alternant interventions académiques, visites dans des lieux de conservation ou d’exposition permanente et temporaire, séances de réflexion collective sur des outils de développement de l’analyse des politiques patrimoniales et dispositifs muséographiques.

Cette année nous entrerons en matière en nous intéressant d’abord à la patrimonialisation des images animées grâce à deux immersions sur le terrain. Nous découvrirons deux expositions plutôt liées à la technique, puisque l’une se fonde sur une collection d’appareils cinématographiques (Fondation Jérôme-Seydoux Pathé) et l’autre d’appareils de télévision (Musée des Arts et Métiers). Nous verrons in situ comment une présentation permanente et une autre temporaire temporaire mettent en perspective des objets techniques grâce à des images animées, quels sont les dispositifs de médiation employés. Nous discuterons des manières possibles pour analyser et documenter ceux-ci, afin d’envisager la création de fiches pour le répertoire des dispositifs que l’APPIA se propose de développer.

Dans cette même optique, mais dans une autre configuration, les deux autres séances de l’année seront consacrées à deux formes de communication visuelle: la fresque et la frise. Chacune accueillera au moins deux intervenants qui présenteront leur contribution à la conception d’un dispositif d’exposition où les images animées occupent une place centrale et/ou un propos plus théorique nous permettant de resituer frise et fresque mouvantes dans une filiation de pratiques visuelles.

  1. Nous signalons également la participation de Nicolas Schmidt, ingénieur de recherche à l’IHTP, à la direction du numéro de Conserveries mémorielles paru en septembre 2014 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *