Cinéma Premiers Crimes

Fiche de synthèse sur

l’expositions temporaire Cinéma Premiers crimes

Dans sa politique d’exposition, la Ville de Paris laisse la part belle au cinéma. Elle rappelle ainsi régulièrement que, depuis ses primes heures, le Septième Art a permis d’immortaliser la capitale française…et du Septième Art. En douze stations, Cinéma Premiers crimes ramène le visiteur au temps du muet, lui fait explorer les méandres d’un genre, lui révélant les secrets du film criminel jusqu’à son apogée et lui découvrant les racines du film de gangster.

Exposition Cinéma Premiers Crimes. Affiche. DR.

Exposition Cinéma Premiers Crimes. Affiche. DR.

INFORMATIONS DE BASE

Titre :Cinéma Premiers Crimes

Sujet: Autour de 1914, le film criminel connaît un véritable succès populaire, notamment grâce à des personnages récurrents et des productions en série. L’exposition éclaire l’ancrage social et culturel de ces réalisations. Elle montre comment la réalité et la fiction s’entremêlent : les intrigues s’inspirent non seulement des romans, mais aussi des faits divers relayés par la presse; la ville sert de décor aux tournages…

Dates : 17 avril – 2 août 2015

Lieu : Galerie des bibliothèques de la Ville de Paris, 22 rue Mahler, Paris IV

Commissariat : collectif

Alain Carou, conservateur à la Bibliothèque nationale de France au département de l’Audiovisuel, historien du cinéma.

Matthieu Letourneux, maître de conférences en littérature française à l’Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, spécialiste des cultures médiatiques

Catherine Chauchard, directrice de la Bibliothèque des littératures policières

Types de publics visés : tous

Actions culturelles: visites en groupe; appel à création vidéo (ici)

Documents d’accompagnement : catalogue

Environnement numérique : site de la Ville de Paris / page de l’exposition (ici); Tumblr (ici)

Manifestation corrélée:

projection des films de l’exposition en intégralité à la Fondation Pathé-Seydoux (22/04-02/06)

exposition à la Fondation Pathé-Seydoux Héroïnes face au crime

 

NOTES DE VISITE

Date de visite : 02/06/2015

  • Composants de l’exposition

Vraies choses : souvenirs; presse; ouvrages; photographies; affiches; appareil

Substituts : films (extraits), découvertes photographiques

Outils de présentation : vitrines murales encastrées (objets bi- et tri-dimensionnels), pupitres (documents plats), encadrement (affiches)

Outils de signalisation : vitrine extérieure; fléchage au sol

Environnement plastique : sol et haut des cimaises gris; cimaises rouges ou noires

  • Présences des images animées

Ecrans de petite taille diffusant des sélections d’extraits dans les différentes parties de l’exposition.

I. Le réel bascule dans la fiction. sélection d’extraits : Les effigies du mal

II. Crimes et Châtiments. sélections d’extraits: Tableaux exemplaires; L’actualité mise en scène

III. La peur des Apaches. sélections d’extraits: L’obsession de l’insécurité.

IV.Vivants clichés. sélections d’extraits:Valses Apaches.

V. Le Crime comme attraction. sélections d’extraits: La criminalité comique.

VI. La Fiction rattrapée par l’actualité. sélections d’extraits:Quand un fait divers engendre un scénario.

VII. Histoires de détectives. sélections d’extraits: Détectives contre malfaiteurs; Nick Winter, la métamorphose d’un détective comique.

VIII. 1912-1914: L’apogée. sélections d’extraits:

IX. La suite au prochain épisode. sélections d’extraits:

X.Parodies et relectures. sélections d’extraits:Satire, parodie, pastiche.

XI. L’âge du feuilleton. sélections d’extraits: L’âge du feuilleton; Un cinéma de patrimoine

XII. Films de gangsters. sélections d’extraits: L’aube des gangsters; les exploits de la main qui étreint.

Salle de projection : espace obscure ouvert sur la galerie d’exposition, avec possibilité de s’asseoir. Diffusion d’extraits de films

Liste des extraits diffusés dans l’exposition1 : à consulter  ci -après cartels écrans – V 08-04-2015.

 

  • Notes photographiques sur la scénographie
Exposition Cinéma Premiers Crimes. Ecran de la vitrine extérieure rue Malher Copyright: S.E. LOUIS

Exposition Cinéma Premiers Crimes. Ecran de la vitrine extérieure rue Malher Copyright: S.E. LOUIS

Au numéro 22 de la rue Malher (Paris IV), un écran diffusant des extraits de film accroche les yeux des passants, illustrant une vocation promotionnelle plutôt que documentaire des images qui réapparaîtront plus loin dans l’exposition.

Exposition Cinéma Premiers Crimes, Antichambre. Copyright: S.E. LOUIS

Exposition Cinéma Premiers Crimes, Antichambre. Copyright: S.E. LOUIS

Dispositif-type d’exposition des images animées: un écran de petite taille diffusant des extraits, placé en vis-à-vis de documents dits « non-film ».

Exposition Paris Premiers Crimes, antichambre. Gros plan sur l'écran. Copyright: S.E. LOUIS

Exposition Paris Premiers Crimes, antichambre. Gros plan sur l’écran. Copyright: S.E. LOUIS

Exposition Cinéma Premiers Crimes, antichambre. Cartel. Copyright: S.E.LOUIS

Exposition Cinéma Premiers Crimes, antichambre. Cartel. Copyright: S.E.LOUIS

Un gros plan sur l’écran permet de voir qu’un cartel y a été accolé. Ce cartel documente la série d’extraits proposée au visiteur. On constate que la sélection illustre une thématique (ici: « Les effigies du mal »). Les cartel s’organise selon trois niveaux de lecture. En haut à gauche : l’intitulé de la sélection d’extraits apparaît en lettres capitales grasses. Ensuite, les films dont sont issus les extraits constituent un deuxième niveau de lecture. Ils apparaissent  en minuscules grasses, indiquant : le titre, le réalisateur, la société de production, l’année de sortie. Enfin, un dernier niveau d’information intervient en lettres minuscules précisant l’éventuelle présence d’une célébrité dans la distribution, l’ayant droit, la durée de l’extrait.

Exposition Cinéma Premiers Crimes, antichambre. Chronologie introductive. Copyright: S.E. LOUIS

Exposition Cinéma Premiers Crimes, antichambre. Chronologie introductive. Copyright: S.E. LOUIS

Toujours dans l’antichambre, les « Repères chronologiques » qui permettront au visiteur d’entrer dans le temps de l’exposition, sont délivrés sur une cimaise rouge. Un écran avec extraits en vis-à-vis.

Exposition Cinéma Premiers Crimes, vue générale de la salle 1. Copyright: S.E. LOUIS

Exposition Cinéma Premiers Crimes, vue générale de la salle 1. Copyright: S.E. LOUIS

Par l’escalier, on descend vers la première salle de l’exposition. La pancarte « Attractions », les affiches placardées sur la colonne au premier plan, produisent un petit effet d’immersion du visiteur. On aperçoit aussi sur la cimaise rouge, le texte d’une citation en lettres blanches.

Au sol, le fléchage signalétique, indiquant la marche à suivre si les visiteurs souhaitent suivre le circuit selon sa logique de conception. Toutefois, il est possible de procéder autrement car la circulation n’est pas totalement contrainte. En effet, en prenant directement sur la droite, le visiteur peut remonter le circuit d’exposition et/ou accéder à la salle de projection.

Exposition Cinéma Premiers Crimes, salle 4, vue de l'entrée. Copyright: S.E. LOUIS

Exposition Cinéma Premiers Crimes, salle 4, vue de l’entrée. Copyright: S.E. LOUIS

Toujours dans un esprit d’immersion légère du visiteur, le couperet de la guillotine menace le visiteur au passage de la salle 3 à la salle 4. Sur la gauche, le texte introduisant cette section de l’exposition avec un écran diffusant des extraits, placé juste à côté.

Cinéma Premiers Crimes

Environ à mi-parcours, le visiteur pourra – s’il n’y pas foule – s’asseoir face aux écrans diffusant les extraits.

Exposition Cinéma Premiers Crimes, enfilade des sections menant à la salle de projection. Copyright: S.E. LOUIS

Exposition Cinéma Premiers Crimes, enfilade des sections menant à la salle de projection. Copyright: S.E. LOUIS

Toutefois, l’offre d’une assise n’est pas systématique dans cette deuxième moitié de l’exposition. Contrastant avec les écrans de petite taille qui jalonnent le circuit, le grand écran de la salle de projection. On y voit les films assis, dans un espace obscure. A l’entrée, un cartel indique la liste des films projetés selon les mêmes critères que pour les sélections d’extraits. Le programme de films est accompagné par une création musicale, dont les échos accompagnent le parcours dans les dernières salles de l’exposition.

  1. Nous remercions Alain Carou de nous avoir transmis ce document []

Ce contenu a été publié dans Expos, Fiches de synthèse par Stéphanie-Emmanuelle Louis, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l’EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle travaille en association avec l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS) depuis 2007, et ponctuellement depuis 2014 avec le Centre Norbert Elias (Université d’Avignon et Pays du Vaucluse) et le Pôle Recherche et Musée (IDEMEC-CNRS, Université d’Aix-Marseille).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *